• Bikaner, le fort Junagarh

    Mardi 30 janvier

    Nous quittons Mandawa à 8 h. Nous traversons la petite ville de Fatehpur, ancienne capitale d’un petit état fondé par un prince Rajput converti à l’Islam. De chaque côté de la rue, des havelî, des temples hindous, des mosquées richement décorés mais nous ne pouvons pas nous arrêter et les photos prises à travers les vitres sont trop laides. Nous continuons pendant 3 heures sur une bonne route avant d’atteindre Bikaner. Rien de bien passionnant pendant ce trajet, une caravane de chameaux traverse la route.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner est une ville construite sur le désert du Thar. Nous traversons un important quartier militaire (Bikaner se trouve à 400 km du Pakistan. Le quartier des fonctionnaires est propre, arboré, très différent de ce que nous verrons dans la vieille ville. Le stade est l’endroit où se déroulent les matches de polo (à dos de dromadaires), de cricket, de hockey sur gazon, sport national. Dans les rues, les vaches mangent les ordures.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner a été fondée en 1488 par Rao Bika, fils de de Rao Jodha, le fondateur de Jodhpur. Par la suite, les princes rajpoutes furent ennemis puis alliés des Moghols, en particulier d’Akbar. Bikaner se trouvait sur la route de la soie et la ville comporte encore de très belles haveli.

    Avant l’indépendance, il y avait 585 provinces (165 provinces ont formé le Pakistan). Les maharajahs étaient très puissants, certains utilisant leur argent pour améliorer les conditions de leurs sujets, d’autres dilapidant leur fortune en palais, fêtes et chasses. Après l’indépendance, leurs avantages (armée, pas d’impôts) furent supprimés et certains transformèrent leurs palais en hôtels de luxe (par exemple, le maharadjah d’Udaipur est propriétaire du Lake Palace hotel au milieu du lac Pichola). Certains maharajahs obtinrent des postes administratifs importants. Par exemple, la Maharani Gayatri Devi, troisième épouse du Maharajah de Jaipur, Man Singh II, fut élue au Parlement en tant que Rajmata de Jaipur ; elle lutta pour l’émancipation des femmes et l’éducation des filles.

    Parmi les maharajahs de Bikaner, citons Rao Bikaji (1465-1504), le fondateur, Ganga Singh (1887-1504) qui a fait creuser le canal Ganga, ce qui permet de cultiver le désert, Sadul Singhji (1943-1950) et Karni Singhji (1950-1988).

    Bikaner, le fort Junagarh

    Le fort Junagarh, construit par Raj Singh se visite en partie, l’autre partie étant privée. Le prix des billets, les taxes sur les appareils photos et camescopes reviennent au maharajah. À coté le palais de Lalgar, construit par Ganga Singh, est transformé en musée et hôtel de luxe et une partie est habitée par les maharajahs et sa famille.

    1 - La citadelle, en grès rouge, entourée d’une muraille de près d’un kilomètre, est composée de 37 palais et pavillons.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    2 - Nous pénétrons dans le fort par la Daulat Prole ou Porte du trésor (le butin y était entassé dans 100 jarres pleines d’or). La porte est hérissée de pointes acérées pour empêcher les attaques par les éléphants armés.

    Bikaner, le fort Junagarh

    2 - Nous pénétrons dans le fort par la Daulat Prole ou Porte du trésor (le butin y était entassé dans 100 jarres pleines d’or). La porte est hérissée de pointes acérées pour empêcher les attaques par les éléphants armés. Sur le mur, se trouvent des bas-reliefs représentant des mains, symboles de la pratique de la sati (les doigts sont vers le haut, signe de bénédiction). La sati se pratiquait uniquement au Rajasthan, Bengale, Gujurat et consistait en l’immolation (volontaire ou forcée ?) de la veuve sur le bûcher de son mari. Les légendes de Sati, épouse de Shiva et de Sati, épouse de Rama, sont souvent évoquées pour justifier cette pratique. Actuellement le sati se pratique parfois si la famille ne prend pas en charge la veuve. Au lieu de la crémation, la veuve va au temple vivre en recluse (dans quelques provinces seulement). La vie des veuves est parfois difficile car elles sont considérées comme maudites dans certains endroits et la sati leur donne un peu le statut de déesse et les gens considèrent que les veuves sont ainsi purifiées et le lieu de leur sacrifice devient un lieu sacré. On considère qu’elles n’ont pas su retenir l’âme de leur mari. S’ajoutent à cela, les problèmes d’héritage et il est utile que les veuves disparaissent. Certaines de ces « veuves blanches » expient leur « péché » en se réfugiant à Vrindavan, un village de l’Uttar Pradesh où elles vivent une vie de recluses, vivant de restes que leur procurent les habitants L’immolation régresse (elle a été abolie en 1829) mais est parfois encore pratiquée : en 1987 (Roop Kanwar avait 18 ans), en 2002 (Kuttu Bai) en 2006 (Janakrani), en 2008 : suicides ? meurtres ? Les villageois empêchent les policiers d’intervenir. Hors de son mari, une femme n’a pas d’existence dans les milieux traditionalistes hindous. 

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    3 - Fateh Prole (porte de la Victoire)

    Bikaner, le fort Junagarh

    4 - Nous passons ensuite la Suraj Prole (Surya Pol) ou Porte du Soleil, gardée par deux statues d’éléphants portant les héros Jaimal et Patta, héros qui défendirent Chittorgarh contre Akbar, le troisième Moghol. Raj Singh fit construire cette porte en l’honneur de sa femme, originaire de cette ville.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Temple de Ganesh (sur une pancarte sont indiqués tous les noms de Ganesh).

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Autel à la déesse (Kalka Devi ou Kali (kali = noire).

    Bikaner, le fort Junagarh

    5 extérieur

    Bikaner, le fort Junagarh

    6 – La Tripolia et son bel escalier, construit sous Ganga Singh. De là, part une rampe qui permettait aux chevaux d’entrer  dans le fort.

    Bikaner, le fort Junagarh

    8 – deuxième cour

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    9-  Nous pénétrons dans une troisième cour, Jorawar Chowk. Le jour de la fête des couleurs (Holi), le maharajah prenait place sur le trône en marbre de Carrare au milieu du bassin  et ses sujets avaient le droit de l’asperger d’eau colorée. Tout autour, des balcons ornés de moucharabiehs permettaient aux femmes de regarder sans être vues.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Peintures en l’honneur de Ganga Singh (électrification, canal, train).

    Bikaner, le fort Junagarh

    Fenêtre (jarokha) avec des carreaux de Delft (Sar Mandar)

    Bikaner, le fort Junagarh

    10 - Salle d’audience publique (Karan Mahal) aménagée en 1631 par Karan Singh. Trône en argent de 130 kg

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    11 – quatrième cour en stuc et marbre

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    12 - Nous pénétrons dans de petites salles, en principe fermées à la visite : le Chandra Mahal est composé de 3 salles : Phool Mahal (phool = fleur) : appartements pour les hommes avec le lit de Rao Bika,

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    le Shish Mahal décoré de miroirs, canards sauvages et motifs persans et le Chandra Mahal (Chandra = lune) l’appartement des femmes avec de nombreuses représentations : en face le singe Hanuman, la ville sainte de Badrinath, Narasimba, Saraswati, à droite : Krishna entouré de Rada et Rukmini ; à gauche : Ganesh, Shiva et Parvati , Vishnou, Durga, Surya ; au-dessus de la porte : Rama, Sita et Lakshman. Le collier de Krishna semble être en relief.

    Les photos sont un peu mélangées et ne correspondent peut-être pas aux bonnes pièces mais dans l'ensemble, c'était à peu près au même endroit

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Tous ces éléments sont dans une toute petite pièce mais je n'ai pas su les identifier

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    sans doute Vishnou (il a le trait vertical sur le front et la peau bleue)

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Ganesh :

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    peut-être Krishna, huitième avatar de Vishnou, avec la vache

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Narasimba, quatrième avatar de Vishnou qui tua sous cette forme le démon Hiranyakashipu. Pour avoir provoqué la colère de son maître Vishnou, un gardien fut condamné à être un démon. Mais Brahma lui accorda la particularité de ne pouvoir être blessé ni par un homme ni par un animal, ni de jour ni de nuit, ni à l'extérieur ni à l'intérieur. Il devint si arrogant que Vishnou décidé de le punir. Vishnou prit la forme d'un homme à tête de lion (ni homme ni animal), se cacha dans une colonne de l'entrée de la maison du démon (ni à l'extérieur, ni à l'intérieur), s'empara de lui au crépuscule (ni de jour ni de nuit) et le déchira avec ses griffes (sans armes).

     

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Statue de Surya, le dieu Soleil : le char de Surya est tiré par 7 chevaux (les 7 jours de la semaine ou les 7 couleurs de l’arc-en-ciel ou les 7 chakras), son cornac est le Temps. Le soleil est représenté avec un chapelet et un pot.

    Bikaner, le fort Junagarh

    15 – emblèmes royaux : disques d’or et tête de poisson qui représente le Mahi Maratib, l’ordre du Poisson,dignité accordée par les souverains Moghols à leurs alliés de Bikaner.

    Bikaner, le fort Junagarh

    16 - Anup Mahal (salle du couronnement et d’audiences privées) :  Tapis fait par des prisonniers. Tentures brodées

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    d’or.

    17 Palais des nuages (Badal Mahal) : on peint les nuages, la pluie, la foudre pour donner une impression de fraîcheur. Un système de ruissellement avait été aménagé dans une niche contre le mur et était activé par un bouton.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    18 – Nous accédons ensuite au premier étage. Au milieu de la terrasse, un basilic en pot, plante médicinale et spirituelle, offerte au soleil

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    19 – le Gaj Mandir est composé de trois salles : un vestibule où se trouve le berceau pour la statue de  Krishna. Quand on bougeait le berceau, toutes les poupées bougeaient.

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    La chambre de la Maharani

    Bikaner, le fort Junagarh

    et la chambre du Maharajah (Gaj Singh avait environ 52 concubines et 61 enfants)

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    23 – terrasse supérieure

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Un  ascenseur de marque Schindler permettait au maharajah de circuler dans le palais

    24 - Pierre argentée sacrée recouverte de vraies feuilles d’argent

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    26 – salle avec collection d’armes. De nombreux étudiants en visite.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    27 - Premier étage : Dungar Diwas : salle d’audiences publiques avec trône de couronnement en bois de santal . Salle d’audience privée (marbre de Carrare, teck de Malaisie, grès de Bikaner) (sous réserve !!!)

    Bikaner, le fort Junagarh

    28 - Cour : fenêtres feuilles de lotus

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    29 - Le Ganga Niwas est aménagé en musée. Dans la salle à manger : Collection d’armes, photos de Ganga Singh (en particulier en compagnie de Clémenceau à la chasse au tigre), lettres en sanskrit

    Bikaner, le fort Junagarh

     

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Cuiller de Ganga Singh, conçue pour que la moustache ne trempe pas dans la soupe.

    Bikaner, le fort Junagarh

    30 - Dans la grande salle des audiences publiques, le Vikram Vilas, se trouvent des palanquins pour éléphants et un  avion monoplace reconstitué à partir de deux avions offerts par les Anglais à Ganga Singh.

    Bikaner, le fort Junagarh

    Bikaner, le fort Junagarh

    Une belle visite !

    Bikaner, le fort Junagarh


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :