• Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Avant d’aborder le temple d’Apollon, nous longeons le mur de soutènement (VI è siècle av JC). Les pierres sont gravées de 800 inscriptions : ce sont des actes concernant les affranchissements des esclaves.  Devant le mur, il ne reste que trois colonnes du portique des Athéniens érigé pour abriter le butin pris par les Athéniens aux Perses lors des victoires navales (voiles et proues de navires).

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    affranchissements des esclaves :

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    colonne ionique :

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Copie de la colonne Serpentine en bronze. C’est ce qui reste du trépied en or dit trépied de Platées, offert par les cités grecques après leur victoire sur les Perses à Platées (479 av JC). La colonne était formée par les corps entrelacés de trois serpents dont les têtes soutenaient une vasque en or. La colonne en bronze fut transportée à Constantinople sous le règne de Constantin pour orner l’hippodrome. Elle s’y trouve toujours mais les têtes ont disparu.

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Le temple d’Apollon Pythien n’était pas en marbre mais en calcaire gris et les colonnes en marbre de Paros.

    Plusieurs temples ont été construits au cours des siècles. Les mythes parlent d’un premier temple en feuilles de laurier, d’un deuxième construit par les abeilles du Parnasse avec de la cire et des plumes d’oiseaux, d’un troisième en airain construit par Héphaïstos. Les suivants existèrent vraiment et furent détruits (séisme de 373 av JC, incendie). Le dernier, le sixième, est daté du IV è av JC.

    Devant le temple, se trouvait l’autel d’Apollon, sur lequel on pratiquait des sacrifices. Une inscription indique qu’il a été construit par les habitants de Chios : « Delphus Edokan Chios Promantheien » ce qui signifie que Delphes accordait le droit de promantie aux Chiotes, c’est-à-dire qu’ils étaient n’avaient pas besoin d’attendre pour poser leur question.

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

     A l’entrée, se trouvait le pronaos (vestibule, sur ses murs étaient écrits « Connais-toi toi-même, E, Rien de plus) puis le naos, puis en contrebas l’adyton. C’est là que se manifestait l’oracle par l’intermédiaire de la Pythie. Les Pythies étaient des jeunes filles vierges (plus tard des femmes âgées) originaires de la région. Elles perdaient leur prénom pour prendre celui de Pythie.

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

     

    repos ? contemplation ? 

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

     

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    tout à droite, l'adyton :

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    La consultation avait lieu d’abord une fois par an puis une fois par mois, sauf en hiver car on disait qu’Apollon était chez les Hyperboréens (il était remplacé par Dionysos). La pythie se purifiait dans la source Castalie proche du sanctuaire (les pèlerins faisaient de même) puis elle descendait dans la salle sous le temple (l’adyton) où il y avait l’omphalos. Elle attendait assise sur son trépied, mâchait les feuilles du laurier sacré et buvait l’eau sacrée. Elle s’asseyait et inhalait des émanations de gaz. Il y a une double faille dans le sol qui laissait sans doute échapper de l’éthylène. Elle vociférait une réponse incompréhensible et les prêtres traduisaient la réponse en vers. Pour consulter, il fallait payer une taxe. La file d’attente était longue mais en payant davantage, on pouvait accéder plus vite (promantie).  Avant de poser leur question, les pèlerins faisaient un don, les prêtres jetaient de l’eau sur une chèvre. Si celle-ci ne tremblait pas, le pèlerin perdait sont tour.

    plongée sur le temple :

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Nous continuons à monter à l’ombre des pins, des grenadiers, des cyprès pour accéder au théâtre. Des concours de musique y avaient lieu tous les 4 ans lors des fêtes d’Apollon. Le théâtre pouvait accueillir 50000 personnes. On voit les coulisses. Le prix à gagner était une couronne de laurier, l’arbre d’Apollon. Le laurier a donné « lauréat ».

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)

     

    Nous continuons à monter pendant 15 min vers le stade mais nous ne pouvons pas y accéder, l’accès en est interdit. Tous les 4 ans, y avaient lieu les jeux pythiques.

    Delphes, le sanctuaire d'Apollon (3)


  • Commentaires

    1
    LAROCHE Didier
    Mercredi 25 Janvier à 22:02

    Bravo pour ce reportage de belle qualité

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :