• Deux madrasas à Khiva

    Le musée de Zoroastre (ou Zarathoustra) : ancienne madrasa Matpana Baya

    Le Zoroastrisme tient son nom de son fondateur, Zoroastre ou Zarathustra. L’ensemble des textes sacrés se trouve dans un livre, l’Avesta, écrit sur 12 000 peaux de chèvre (ou de vache).

    C’est une religion monothéiste, réforme du mazdéisme. Zoroastre était contre le sacrifice des animaux de la religion de Mithra, dieu du soleil. Le dieu du Zoroastrisme s’appelle Ahura Mazda, créateur des 4 éléments et de l’homme qui peut choisir entre le Bien et le Mal.  Ses deux fils jumeaux  représentent la dualité : le Bien et le Mal, la Lumière et les Ténèbres, la vie et la mort.

    La règle du zoroastrisme, c’est « Avoir de bonnes pensées, de bonnes paroles et de bonnes actions ».

    Les Zoroastriens sont allés en Iran dans une ville que Nietzsche a visitée (peut-être Yazd ?). À l’arrivée de l’Islam, ils allèrent en Inde, à Bombay et dans le Gujurat (100 000 encore actuellement) où ils prirent le nom de Parsis. Il y aurait 250 000 dans le monde, en Inde, en Iran (principalement à Téhéran, à Yazd).

    À la mort, les cadavres étaient exposés en haut de tours appelées tours du silence et étaient dévorés par les vautours percnoptères. Si le vautour commence par s’attaquer à l’œil droit, cela veut dire que le mort ira au Paradis. Quand j’étais ado, je correspondant avec Kushru, un Indien habitant Bombay, fils de commerçants. Il était parsi et m’écrivait qu’à sa mort, son corps serait exposé au sommet de la tour du silence.

    En Ouzbékistan, ils n’y a plus de Zoroastriens mais les traditions restent (le feu sacré, les mariés tournent trois fois autour de la maison pour chasser les mauvais esprits).

    Zoroastre apparaît dans « Zadig » de Voltaire, dans « Ainsi parlait Zarathoustra » de Nietzsche, et c’est le Sarastro de « la flûte enchantée » de Mozart (il représente le Soleil, par opposition à la Reine de la Nuit).

    La madrasa Matpana Baya est transformée en musée de Zoroastre. On y voit la maquette de la forteresse Tuprak-Kala, ce qui nous servira le lendemain quand nous visiterons cette citadelle et que nous essaierons d’imaginer où se trouvaient le temple de Zoroastre, la tour du silence, l’hôtel de la monnaie, le palais.

    Deux madrasas à Khiva

     

    Dans le musée, on voit des portraits de scientifiques : Abu Kyar Khammor (948-1048) et son théorème dit « de Khammori », on le surnommait aussi le second Hippocrate (travaux sur l’anatomie, l’alimentation, l’épilepsie),

    Deux madrasas à Khiva

    Mansur ibn Jady (Xè – 1034),

    Deux madrasas à Khiva

    Al-Kwârizmi à l’Académie de Bagdad.

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    On voit aussi des statues de Bouddhas,

    Deux madrasas à Khiva

    de Ganesh,

    Deux madrasas à Khiva

    un échantillon des murs avec des roseaux contre les tremblements de terre et l’humidité.

    Deux madrasas à Khiva

     

    L’ensemble Islam-Khodja du nom d’un grand vizir:

    Le minaret mesure 57 m. Un minaret avait trois fonctions : pour l’appel à la prière, il servait de phare pour les caravaniers et montrait la puissance de l’empire.

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    La madrasa Islam-Khodja (42 cellules) a été transformée en musée d’arts décoratifs.

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

     

     

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva

    Deux madrasas à Khiva


  • Commentaires

    1
    chantal
    Dimanche 5 Novembre à 21:26

    intéressant et beau ! Merci !

    2
    Lundi 6 Novembre à 19:03
    caréli

    un pays et une culture passionnants à découvrir

    bonne soirée

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :