• En route vers Monteverde

    Dimanche 13 mars

    De bonne heure, nous partons pour Monteverde. Depuis le car, nous admirons le volcan Miravales avec son petit chapeau de nuages et le Tenorio juste derrière.

    En route vers Monteverde

    À Limonal, nous faisons un arrêt « toilettes » dans un petit restaurant où nous admirons les nombreux aras rouges dans les énormes manguiers. (clic ICI) Des petits écureuils gris grimpent aux arbres.

    En route vers Monteverde

     

    En route vers Monteverde

    Nous traversons Abangarès, ancienne ville minière d’où on extrayait le cuivre.

    En route vers Monteverde

    Nous nous arrêtons pour photographier le « Golfe Dulce » de Nicoya, là-bas, au loin, depuis un belvédère. Pas facile de monter sur cette petite butte, encore moins de descendre. Heureusement, nous trouvons un petit chemin plus accessible !

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

     

    Je photographie un pachira quinata (pochote) avec son tronc hérissé de piquants et ses fleurs en plumets orange.

    En route vers Monteverde

     

    En route vers Monteverde

    Nous attaquons la piste pour une trentaine de kilomètres.

    En route vers Monteverde

    Pour passer le temps, Suwany nous donne ses recettes préférées : Couper une tomate en deux, enlever la pulpe, mettre des crevettes, de l’ail, un peu de basilic, un oignon, du parmesan et passer au gril ou au four. Une autre recette : passer des ailes de poulet au grill et arroser toutes les 10 minutes avec du citron vert et du sel. Et aussi : Badigeonner du thon avec de l’huile d sésame et frotter avec de l’ail, du gingembre, arroser de sauce soja et parsemer de graines de sésame.

    On retrouve ensuite la route goudronnée dans les derniers kilomètres avant d’arriver à Santa Elena et Monteverde.

    En 1949, quatre Quakers pacifistes de l’Alabama ont été emprisonnés pour avoir refusé de combattre dans la guerre de Corée. Une fois libérés, ils ont cherché un pays où ils pourraient vivre pacifiquement tout en continuant d’exploiter leurs fermes laitières. Le Costa Rica avait aboli l’armée l’année précédente et avait de grands espaces à cultiver dans des régions très peu peuplées. 11 familles de Quakers (44 personnes) se sont donc installées dans cette région et ont commencé l’agriculture, l’élevage et une vie paisible, fondant la petite ville de Monteverde. Par la suite, ils se sont aperçus que la déforestation massive était nuisible et ils ont fondé la réserve biologique naturelle de la forêt de nuages.

     

    Arrivés à l’hôtel Establo, on nous annonce que les chambres ne sont pas prêtes. Nous passons à table. En fait, Jacqueline s’arrange avec les femmes de chambre pour que nous puissions mettre nos bagages dans les chambres et nous changer. Cet hôtel est beau mais les bâtiments sont dispersés sur une grande étendue et ce qui n’arrange rien, la dénivellation est importante. Il faut donc emprunter les navettes …. qui se font attendre. «  El Establo » est ainsi nommé car c’était une écurie appartenant à une famille quaker. Au début, il y avait quelques chambres économiques, maintenant c’est l’hôtel le plus grand et le plus luxueux de Monteverde. Les repas y sont savoureux ! Cet hôtel est toujours détenu et géré par la même famille.

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

    En route vers Monteverde

     


  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Juin 2016 à 22:57
    Merci, encore une fois, pour ce partage. Bisous bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :