• le château vu de la rive gauche :

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Après avoir quitté Renaud, nous entrons dans ce qui était la basse-cour au Moyen-âge. C’est maintenant un parc où se tiennent d’un côté le théâtre

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    et en face, l’ancienne justice de paix du canton.

    Kiosque à musique.

     

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    magnolia

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

    Nous faisons la connaissance de Camille, qui nous guidera dans le château-musée de Mayenne. Elle nous emmène sous une pluie battante, dans la partie la plus ancienne du château.

     

     

    Le logis carolingien, dans la haute cour, date de 900-920, sous le règne de Charles le Simple (c’est le seul logis carolingien en Europe). Au début, on l’appelle « palais ». La tour carrée, reconnaissable à son parement de gros blocs de granit, est la logement du seigneur. À côté, une tourelle d’escalier desservait les étages. Une terrasse était égalent accolée à la tour.

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Nous pénétrons ensuite dans l’aula, grande salle de réception. Un son et lumière nous explique les différentes parties de la construction, par exemple les arcatures carolingiennes.

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Pour compléter cette partie du X è siècle, il y avait un cellier, à l’étage inférieur. Il a été rebouché au 12 è siècle pour ajouter un étage. Il y a des trous de boulins, certains ont été rebouchés. On a rebouché avec la terre de l’extérieur où on jetait les objets cassés. C’est dans le cellier qu’on a retrouvé des céramiques, des pièces de jeux d’échecs, de tric-trac. De la cour carrée, il ne reste que trois niveaux sur quatre et de la tourelle d’escalier et des terrasses, il ne reste que les fondations.

     

    Par la suite, la tour a été fortifiée et pris le nom de « château ». Au XII è siècle, le seigneur de Mayenne s’émancipe des comtes du Maine. Pour asseoir son autorité, il ajoute un étage. Le logis est augmenté d’un étage. Un nouveau bâtiment est construit dans la haute cour et des portes en granit sont percées dans la tour carrée. Au XIII è siècle, on ajoute la basse cour, une muraille avec des touts et un châtelet d’entrée et un donjon circulaire. Le donjon avait un usage uniquement militaire. Un étage a été ajouté à l’aula au XII è.

    La porte date du XVIII è siècle.

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

     

    La prison a été construite plus tard. Il y avait 80 prisonniers, enfermés là pour des courtes peines de 1750 environ à 1936. Elle a été agrandie en 1825. Un mur dans la cour séparait les femmes des hommes.

     

     

    Le musée du château a été ouvert en 2008. Des objets trouvés lors des fouilles sont exposés au premier étage, notamment une exceptionnelle collection de pièces de jeux d’échecs et de trictrac. Les pièces d’échecs et de trictrac étaient fabriquées par des artisans appelés des facteurs. Ils se déplaçaient de château en château ou travaillaient dans leur propre atelier.

    une affiche amusante en cette année 2021

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

    Il y a 37 pièces d’échecs. Elles datent donc du X è au XI è siècle. Ce sont principalement des pions (34) en bois de cerf et un en ivoire.

     

     

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Il y a aussi un roi,

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    un fou

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    et une tour (roc)

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

    Les deux tabliers de jeu de trictrac ou merelle sont constitués de plaques d’os rivetées à des pièces de bois. Il y a 52 pions et 7 dés en bois de cerf. Les pions sont décorés de motifs géométriques, d’animaux (quadrupèdes, oiseaux) et d’un animal fantastique, le griffon, lion ailé à tête d’oiseau.

    les dés

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    le griffon

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    deux rapaces s'abreuvant à la même coupe

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    les tabliers

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Pour avoir plus de détails sur ces jeux de Mayenne, les règles du jeu, les dessins des pions, vous pouvez lire cet article très intéressant : CLIC

    Dans la salle carcérale sont exposées des poteries,

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    des lampes à huile. Certaines lampes, apodes (sans pied) étaient rassemblées sur un support afin d’obtenir un éclairage plus vif. Elles pouvaient aussi être suspendues au plafond.

     

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Nous avons vu ce système de levage de pierres à la forteresse de Jublains.

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    des fers de prisonniers :

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    une serrure de coffre à moraillon

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    mortier dit à œil de perdrix

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     

    des pointes de flèches

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

    carreaux d'arbalètes

    Mayenne, le château-musée, les pièces de jeux d'échecs et de trictrac

     


    1 commentaire
  • Dimanche 4 juillet.

     Nous nous sommes installés la veille au Grand Hôtel de Mayenne.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Ce matin, nous enfilons les imperméables, prenons les parapluies et partons pour la visite de la ville de Mayenne, 13 000 habitants. Il pleut.

     

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Nous traversons la Mayenne par le quai Racken (du nom de James Dougal Mc Racken, soldat américain, qui s’est sacrifié pour défendre ce pont le 45 août 1944).

    depuis le pont, vue sur la rive droite : basilique et château

     

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Nous rejoignons notre guide, Renaud, qui nous attend sur les bords de la Mayenne, quai de Waiblingen où se trouve l’Office de tourisme.

     

    Mayenne, une ville de Mayenne

    La ville primitive était un peu plus loin (Brives). Il y avait alors un gué protégé par une villa gallo-romaine. On a construit l’église Sainte-Marie.

     Au VIII è siècle, on déplace le bourg sur un rocher qui domine la Mayenne et on construit un château de bois dont il ne reste que les trous de poteaux.

     On a longtemps pensé que ce vieux château avait été incendié par Guillaume le Conquérant mais on 1993, on a découvert fortuitement les restes d’un palais carolingien en pierre, construit en 920 sous le règne de Charles le Simple. Une série de châteaux avait été construite à cette époque pour protéger le royaume contre les invasions normandes et bretonnes.

     En 1063, c’est ce château nouvellement construit qui a été incendié par Guillaume le Conquérant et on en a construit un nouveau en 1100.Au XI è siècle, on détruit l’ancien château

     La Mayenne est canalisée depuis le XIX è siècle car avant, elle était très tumultueuse. L’ancien nom de la rivière est Mad uenna (= eau qui déborde). La ville a été construite au confluent de deux axes : la Mayenne et la route des pèlerinages (Saint-Michel et Tours). Rive droite, se tient le bourg avec le château ; rive gauche, le faubourg Saint Martin, quartier mal famé, avec ses commerçants, ses prostituées.

     Au niveau du gué de Brives, on a retrouvé 26 000 pièces de monnaie, on pense que les voyageurs lançaient une pièce à la déesse rivière avant de traverser le gué.

     La basilique Notre-Dame-des-Miracles

    La première église était donc à Brives. Au VII è siècle, une première chapelle dédiée à Sainte Anne a été construite ici puis on construit l’église Sainte-Marie qui sera incendiée en même temps que le château, en 1063, par Guillaume le Conquérant.

     Au XIII è siècle, on construit une nouvelle église en prenant exemple sur Saint-Junien du Mans. En dessous se trouve une crypte qui fait le tour du rocher.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Devant, sur la gauche : la statue de Jeanne d’Arc

    Mayenne, une ville de Mayenne

     une autre statue dont je ne connais pas le nom

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Le chœur est démesuré.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    En 1944, les Alliés bombardent Mayenne et détruisent le chœur de la basilique. L ‘édifice est basilique mineure depuis 1900, preuve e est de la présence de l’ombellino et du tintinabulum.

     

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    La statue Notre-Dame-des-Miracles est une copie (quatre fois plus grande que l'originale). Elle a été donnée vers 1630 anonymement aux sœurs Calvairiennes très pauvres avec un petit mot : « Pleurez, mais espérez ». Après le don de la statue, l’argent se met à affluer, premier « miracle ». Pendant la Révolution, elle est cachée par les trois sœurs Lemesnager et échappa à la destruction, deuxième miracle. Elle fut rendue à l’église en 1897. Pendant le bombardement de1944, la statue resta intacte, troisième miracle.

     Mayenne, une ville de Mayenne

     La place Louis de Hercé. En 1654, Mazarin achète le duché de Mayenne. La ville est très sale. Mazarin fait abattre les halles et construire ouvrir trois places en enfilade, du sud au nord : elles s’appelleront plus tard la place Louis de Hercé, la place Cheverus et la place Saint-Vincent. Entre la place de Hercé et la place de Cheverus, il fait construire la barre Ducale (1656-1668) . Au sommet du bâtiment se trouve la statue d’Armand de la Melleray, mari de sa nièce. Armand de la Melleray tient une épée de commandement, une balance et justice et sa tête est posée la colombe de la paix.

     

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    la fontaine de la place de Hercé

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Les blasons sont, de gauche à droite celui de Mazarin, celui de Marianne (la République) et celui de la Mayenne. Le bâtiment devient la mairie jusqu’en 1772. Maintenant, c’est la salle des mariages.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Place de Cheverus. Jean Lefebvre de Cheverus a été ordonné prêtre en 1790, il est parti en Amérique comme missionnaire, devenu evêque de Boston en 1810 puis evêque de Montauban puis archevêque de Bordeaux et enfin cardinal en 1836. La statue, de David d’Angers, date de 1844. Sur les panneaux, sont représentées quatre scènes de la vie de l’écclésistqiue : il évangélise les Indiens, sa mort.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

    La chapelle des Calvairiennes. Les petites chapelles devant n’existaient pas à l’origine. À gauche, c’est la partie réservée aux sœurs, à droite la partie pour les villageois. Ces deux parties étaient séparées par un retable pour que les sœurs ne voient pas les villageois. La chapelle est maintenant un centre d’Art contemporain.

    Mayenne, une ville de Mayenne

    un peu d'art urbain

    Mayenne, une ville de Mayenne

    Mayenne, une ville de Mayenne

     


    votre commentaire
  • Dimanche 4 juillet

     

    Nous sommes au Grand Hôtel de Mayenne depuis hier soir.

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    La matinée a été consacrée à la visite de la ville de Mayenne (photos à venir)

     

    Déjeuner à « Les bistrots d’Alsace, La Taverne ». Un excellent repas sous terrasse abritée (heureusement car il y a eu des trombes d’eau) : une assiette de crevettes, saumon, foie gras, magret puis pavé de bœuf avec écrasé de pommes de terre aux morilles et enfin un chaud froid pommes caramel et glace vanille.

     

    Nous redémarrons à 15 h 20 après un très court passage à la chambre.

     

     

    Première étape : Le Mont des Avaloirs. Haut de 416 m c’est le point culminant du Massif Armoricain et du Grand Ouest

     

    Nous escaladons le belvédère construit en 1994 (dénivelé 18 m 108 marches faciles). Sur la plate-forme nous avons une belle vue panoramique à 360 °. Le mont des Avaloirs est considéré comme le juge de paix de la course par étapes Circuit de la Sarthe-Pays de la Loire avec une montée de 2 km et des passages à 8 %.

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    au fond, sur la droite c'est sans doute le signal d'Écouves (413 m)

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    le signal d'Écouves au zoom. Êtes-vous d'accord ?

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

    ers le sud-ouest

    Le Mont des Avaloirs (Mayenne)

     


    1 commentaire
  •  

    Deux grottes se visitent : la grotte Margot et la grotte Rochefort. La grotte Rochefort est plus difficile d’accès et déconseillée aux personnes sujettes au vertige : un escalier métallique est à descendre comme une échelle.

     

    La grotte Margot me semblait plus facile, ans le dépliant il était indiqué « accessible à partir de 3 ans et déconseillée aux personne à mobilité réduite ». Bon, ce n’est pas notre cas quand même. Nous faisons deux groupes de douze personnes.

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

     

     

    En fait, ce n’est pas si facile que ça, il ne faut pas se tenir aux parois, le sol est mouillé et glissant, il faut parfois marcher accroupi (sans toutefois ramper!). Deux personnes abandonnent la visite dès le début et la guide commence à s’énerver. Le reste de la troupe progresse, admire les concrétions, découvre quelques gravures plus ou moins visibles : un très beau rhinocéros laineux, un cygne dont ne voit que le cou et un corbeau, un beau cheval. Il faut continuer sur une pente un peu plus raide et glissante et un monsieur panique et ne peut plus avancer. Nous rebroussons chemin et ne verrons pas la quatrième gravure, somme toute pas très nette.

    photos du musée car les photos sont interdites dans la grotte, bien évidemment.

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

    Les grottes de Saulges (Mayenne)

     

    La grotte Margot tient son nom d’une légende.

     

    [Les grottes de Saulges] sont fameuses, moins par leur singularité que par le concours d’une multitude de pèlerins qui y abordent de toute part pour y consulter le devin. Tout ce que j’ai pu découvrir sur cette vieille superstition, c’est qu’une certaine fée qu’on nomme Margot tient son empire au fond de cette grotte, et distribue de l’argent à ceux qui viennent lui en demander, moyennant la redevance d’un agneau, d’une poule ou autre animal manducable, pourvu qu’il soit noir.

     

    10 septembre 1706, Lettre de René Bouvet, conseiller au siège présidial du Mans. In Relation de Voyage.1

     

     

     

    En sortant, il était 17 h, le groupe précédent avait passé l’heure à visiter le musée. Mais nous, nous n’avons eu droit qu’à une demi-heure car le musée ferme à 17 h 30.

     

    En conclusion, une visite un peu décevante pour moi, même si j’étais très émue en voyant le rhinocéros.

     

    1

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Samedi 3 juillet (suite)

      Nous quittons Jublains pour Sainte-Suzanne. La pluie nous poursuit. C’est Bob Marshall qui nous accueille pour une visite guidée. Ancien diplomate, cet Écossais, habite Sainte-Suzanne depuis 2010 et fait partie de l’association des Amis de Sainte-Suzanne.

    Sainte-Suzanne, un des plus beaux villages de France et petite cité de caractère surnommée « la perle du Maine » est située sur un éperon rocheux qui domine la vallée de l’Erve.

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

     Le village compte environ mille habitants. Autrefois, il y avait de nombreux commerces, une modiste, une gendarmerie (qui comportait deux chambres de sûreté, une pour les hommes, une pour les femmes). La ville comptait plus de 1800 habitants au XIX è siècle.

     Nous descendons la Grande Rue jusqu’aux remparts. Nous passons devant la musée de l’Auditoire (ancien auditoire de Justice), devant la maison de la carterie (Sainte-Suzanne était un centre important de papeterie). Le papier était fait à partir du lin et du chanvre. On en faisait des jeux de 52 cartes. Les enseignes représentant des tarots n’ont rien à voir avec cette activité.

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    ce n'est pas le château mais le château d'eau !

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

     

    La maison des procureurs du Roi (par exemple le sieur Boisteau en 1591). Les procureurs du roi étaient chargés de recevoir les procès-verbaux et d’assurer tous les actes de justice.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

     Nous descendons quelques marches au niveau de la tour du Guichet, une des deux portes d’entrée dans la forteresse.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Le chemin de la Poterne nous permet de longer les remparts est et sud et d’avoir une belle vue sur la vallée, où nous apercevons quelques moulins à tan. Nous avons un bel aperçu sur les tours rondes des remparts, plus faciles à défendre que les tours carrées.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    achilée jaune

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    valériane

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    la porte de fer

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    le logis :

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    La tour de guet est située au niveau de porte murée, la deuxième porte d’entrée dans la ville.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Le grenier à sel date de 1725. Le sel était une denrée importante et faisait l’objet d’un imôt obligatoire et détesté : la gabelle. La porte du grenier à sel a une serrure à trois clés : il fallait trois notables (le Président du Tribunal, le grenetier et le procureur du roi) pour l’ouvrir ! Le grenier à sel contenait jusqu’à 4 tonnes de sel, souvent de mauvaise qualité.

     la rue du grenier à sel :

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Nous pénétrons dans la cour du château, sans faire une visite approfondie.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Le rez-de-chaussée du donjon était un cellier pour entreposer les boissons et aliments. Neuf ouvertures permettaient l’aération nécessaire à la conversation des aliments. Le premier étage était l’étage noble par excellence. La grande salle (aula) servait de salle de réception et de banquier mais aussi de salle de justice. Le second étage était réservé aux appartements privés du seigneur. Le mobilier était limité : lits et coffres.

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

     L’histoire de Sainte-Suzanne est compliquée. Le donjon a été édifié au début du 11 è siècle par la famille des Beaumont. En 1083, Guillaume le Conquérant assiège, en vain, pendant quatre ans, depuis le camp de Beugy, le château défendu par Hubert II de Beaumont-au-Maine (1030-1095). C’est «le seul château que le Conquérant ne put jamais prendre». La femme de Hubert de Beaumont était Ermengarde de Nevers, arrière-arrière-petite-fille d’Hugues Capet.

     Au siècle suivant, Ermengarde de Beaumont (1170-1230 épousa Guillaume dit Le Lion, roi d’Écosse.

     Bob se plaît à nous rappeler que les Écossais furent présents en 1401 aux côtés des soldats français et mirent en déroute les Anglais Revanche d’Azincourt.

     En 1425, les Anglais prennent Sainte-Suzanne. En 1439, Jean de Bueil (1406-1477), compagnon de Jeanne d’Arc, reprend la ville occupée par John Falstof. Il faut dire qu’il a été aidé par John Ferramen, un soldat anglais, amoureux d’une suzannaise, qui leur ouvrit les portes.

     Au XVI è siècle, la forteresse appartenait à Henri IV qui en avait hérité. Il la céda à son épouse, la reine Margot. Celle-ci revendit le château à Guillaume Fouquet de la Varenne. C’était un ami d’Henri VI qui le fit baron. Fouquet de la Varenne s’était distingué lors de la bataille de Fontaine-Française en 1595. Henri IV lui donna des armoiries : un lévrier, signe de fidélité au roi.

     Guillaume Fouquet de la Varenne est également connu pour avoir créé les premiers courriers postaux.

     En 1608, Guillaume Fouquet de la Varenne entreprend la construction du château Renaissance mais, suite à la mort d’Henri IV et à sa déchéance, il ne put l’achever. Il en reste le logis.

     Actuellement, le château appartient au département.

     L’église

     Sainte Suzanne était la patronne des fiancés.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

    Sainte-Suzanne (Mayenne)

     Bon repas au restaurant Beauséjour.

     

    Sainte-Suzanne (Mayenne)


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique