• Etchmiazin et l'Église arménienne

    Etchmiadzin est le siège du Catholicos de tous les Arméniens. Son nom précédent était Vagharchapat , l’ancienne capitale de Tiridate III. Dès le VII è siècle, Narsès III, le Bâtisseur, déplace le catholicossat à Zvartnots. Le siège fut déplacé plusieurs fois avant de revenir à Etchmiadzin.

     

    Nous entrons par l’est sur la place Komitas par une porte monumentale ornée d’un bas-relief représentant à gauche le roi Tiridate et à droite Saint Grégoire l’Illuminateur.

    Etchmiazin et l'Église arménienne

     

    On se retourne pour regarder le côté à côté de la porte. À droite, se trouve un autel où a lieu la fête du raisin le 18 août. Pour la fête du Saint-Chrême, on prépare 40 jarres d’huile en 40 jours.

    Etchmiazin et l'Église arménienne

     

    Tout autour de la place, il y a des bâtiments en tuf de différentes couleurs. Sur le côté nordde la place, ont été dressés des khatchkars roses qui viennent du cimetière de Djoulfa dans la République autonome de Nakhitchevan (Azerbaïdjan). Ce cimetière, le plus grand de l’Arménie historique , comptait 10 000 khatchkars (prononcez « ratchkage) a été détruit par l’Azerbaïdjan en 2005.

    Ils datent de 1602 à gauche et 1603 à droite

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    au loin, on voit Sainte-Gayané (la mère supérieure de Hripsimé, martyrisée elle aussi):

    Etchmiazin et l'Église arménienne

     

    La cathédrale d’Etchmiadzin a été construite en 303 par Grégoire l’Illuminateur, elle a été remaniée à plusiuers reprises. Etchmiadzin veut dire « la descente du fils unique ». La légende raconte que Dieu est descendu du ciel ; avec son marteau d’or, il a frappé la terre à l’endroit où Grégoire devait construire l’église. La cathédrale fut détruite puis reconstruite plusieurs fois.

     

    Nous nous contentons de regarder la cathédrale de l’extérieur. Elle est en rénovation à l’extérieur, comme à l’intérieur. Nous ne verrons donc pas les magnifiques fresques. Elle a le même plan que notre oratoire de Germigny-des-Prés, qu’on dit construit par l’architecte arménien Odo de Metz. La partie gauche est du 19 è alors que la partie à droite du pilastre est du 5 è siècle. La coupole est supportée par quatre piliers. Le clocher campanile est du 17 è siècle.

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    Etchmiazin et l'Église arménienne

     

    En face de la cathédrale, se trouve le monument du génocide, il a été dressé en 1965.

     

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    un spectacle se prépare sans doute :

    Etchmiazin et l'Église arménienne

    Etchmiazin et l'Église arménienne

     

    L’Arménie a été évangélisée par les apôtres Thaddée et Barthélémy. Le roi Tiridate III (ou IV?) se convertit en 301 et l’Arménie est le premier pays à adopter le christianisme comme religion d’état.

     

    L’Église arménienne n’est pas orthodoxe. Elle ne reconnaît pas l’autorité du pape, elle a son propre patriarche, le catholicos qui est aussi celui de tous les Arméniens, d’Arménie et de la diaspora (10 pays). On dit qu’elle est autocéphale.

     

    l’Église Arménienne a rompu avec l’Église de Rome après le quatrième concile, celui de Chalcédoine, en 451 (l’Église arménienne n’avait pas participé à ce concile à cause d’une bataille perdue contre les Perses). C’est une église anté-chalcédonienne. Les églises orthodoxes (grecque, roumaine, bulgare, serbe, russe, géorgienne…) se sont séparées de Rome en 1054. L’Église Arménienne est appelée primitive, apostolique ou Église des trois conciles (Nicée, Constantinople, Éphèse) mais on ne peut pas l’appeler orthodoxe.

     

    Le différend porte sur la nature du Christ. Les Églises catholiques et orthodoxes pensent que le Christ est 100 % homme et 100 % dieu (1+1 = 1). L’Église arménienne est monophysite, pour elle le Christ a une seule nature : la nature humaine est absorbée par la nature divine.

     

    L’Église catholique met l’accent sur la pénitence alors que l’Église arménienne met l’accent sur la résurrection.

     

     

     

    En Arménie, Noël se fête le 6 janvier. À l’origine, Noël était fêté le 6 janvier. Pour combattre le paganisme, le Pape a fixé le jour de Noël le même jour que le solstice d’hiver, le 21 décembre. Mais une erreur de calcul a fait qu’on fête Noël le 25 décembre.

     


  • Commentaires

    1
    VKG
    Jeudi 18 Juillet à 14:57

    SUPER article. bises

    2
    Vendredi 19 Juillet à 09:57

    Me revoilà Monique, c'est l'été et souvent de la visite.

    Je te remercie pour la carte d'Arménie, superbe pays mal connu

    bisous bisous

    Lili

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :