• Lundi, je suis allée au Boullay-Mivoye (au sud de Dreux) pour prendre en photo l'église et le monument aux morts. Mais j'ai aussi pris en photos et vidéo les 6 éoliennes du parc de Tuleras. Voici ce que j'ai lu au pied des éoliennes :
    Dès que le vent s'élève à une vistesse minimum de 15 km/h, la machine commence à tourner. Elle tourne à une puissance de 2 mégawatts à 50 km/h et, pour des raisons de sécurité, s'arrête de tourner quand le vent souffle à 100 km/h. Le rotor a une vitesse de rotation variable en fonction de la vitesse du vent avec un minimum constant de 2 tour par minute et un maximaum de 22 tours par minute. La machine est pilotée dans son intégralité à distance depuis le cnetre de contrôle en Allemagne. Le vent moyen à 100 mètres du sol est de 25 km/h en provenance du sud-ouest.
    La puissance du parc de Tuleras s'élève à 12 mégawatts (12 000 kw) soit une consommation éléctrique de 12 000 personnes. Cela évite le rejet dans l'atmosphère de 7 200 tonnes de CO2 par an. Une éolienne produit une tension éléctrique de 440 volts au niveau de la nacelle qui est dans un premier temps transformée en une tension de 20 000 volts à l'intérieur de la machine. L'électricité produite par chacune des 6 machines est ensuite injectée dans le réseau EDF par l'intermédiaire d'un câble souterrain d'une tension de 20 000 volts et d'une longueur de 8 km vers le poste des Poiriers. Une fois arrivé au poste source, l'électricité est ensuite distribuée vers le réseau local basse tension.

    Chose curieuse, sur la place du Boullay-Mivoye, se trouve un édifice qui était (j'ai eu la chance de rencontrer le maire qui m'a gentiment offert un gros livre sur la commune !) une éolienne en 1902 ! Il y en avait d'ailleurs d'autres dans la région, à Marsauceux par exemple (je dis cela pour Lili et Mumu qui connaissent peut-être ce village)
    La mairie du Boullay-Mivoye est à l'emplacement de l'ancienne salle de classe. C'est là que se tint, pendant l'Occupation, une grande réunion de la Résistance à laquelle participèrent Maurice Clavel (il raconte cela dans "Le temps de Chartres", Silvia Monfort qui deviendra sa femme (pour moi, elle est inévitablement associée à Eponime dans "les misérables" et Maurice Glédel, instituteur à ce moment-là au Boullay-Mivoye. Ce dernier sera arrêté à Chandelles (hameau de ma commune d'enfance, Villiers-le-Morhier) alors qu'il allait voir sa grand-mère, torturé,  tué et enterré près de la rivière à Villiers.
    Je vais relire "Le temps de Chartres". C'est un livre, Lili, que j'ai reçu en prix en 3 ème spéciale au collège de la rue Saint-Martin à Dreux. Livre qui porte encore la signature de la directrice de l'EN d'Orléans (chaque livre apporté par les élèves devait être contresigné par la directrice pour entrer dans l'établissement. "Le temps de Chartres" avait été accepté mais pas "La peste" !)
    Excusez-moi pour la vidéo ! une fois de plus j'ai oublié qu'il fallait tenir l'APN horizontalement !

     


    4 commentaires
  • Quelques vues de mon village natal. Aujourd'hui, il faisait froid. Mais nous sommes allés au marché de Noël. Voici l'arbre aux biscornus, il y avait également beaucoup d'autres ouvrages brodés par l'association de point compté effet brodeuses
    allez faire un tour sur leur site !
    IMG-9933.JPG

     

     


    6 commentaires
  • Quelques photos de la cathédrale de Chartres

    Porche Nord :

    Porche royal :

    le portail Nord illuminé (fête de la lumière), les statues étaient à l'origine recouvertes de peintures qui ont pratiquement toutes disparu. Très peu de peintures ont résisté au temps (il en reste des traces à l'abbaye de St Benoît sur Loire)


    2 commentaires
  • Les bords de l'Eure à Chartres

    L'Essonne à Malesherbes


    votre commentaire
  • Un petit tour dans les vieux quartiers de Chartres vous permettra de découvrir la maison du saumon. C'est une très vieille maison qui date du XV è siècle (il y en avait d'autres sur cette place de la Poissonnerie mais elles ont été démolies). Elle a été endommagée pendant les bombardements de 1944 et les sculptures ont été restaurées par la suite.

    Les sculptures en bois représentent un saumon, une truie qui file, l'âne qui vielle, un canard, des feuillages, un escargot, un ange, une vigne...

    La morale de la truie qui file (ou l'âne qui vielle) est "Il est inutile de faire ce pour quoi on n'est pas fait"

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique