• 10 – Le jardin des voyelles. Ce jardin est l’œuvre de l’Oulipo (OUvroir de LIttérature POtentielle), groupe créé en 1960 par Raymond Queneau le Poète et François Le Lionnais le Disparate (ingénieur chimiste, mathématicien, joueur d’échecs, écrivain, resistant déporté à  Dora (il faut lire « La peinture à Dora » !). Les travaux des Oulipiens vont du simple divertissement ludique à l’élaboration d’œuvres de longue haleine (Perec, Calvino, Roubaud). L’idée est venue aux membres de l’Oulipo d’écrire un poème dont les voyelles seraient remplacées par des fleurs, cinq couleurs différentes pour les cinq voyelles. Hommage à Baudelaire pour qui « les parfums, les couleurs et les sons se répondent » et à Rimbaud qui associe les voyelles aux couleurs.   Les consonnes sont déjà écrites en lettres de métal et nous avons déchiffré le poème. C’est un onzain, en hommage à la ville voisine d’Onzain. Il y a le même nombre de caractères par vers. Le a est rouge (deux premiers verts), le u est jaune (vers 3 et 4), le o est vert (dommage car cela se confond avec le vert des feuillages, vers 8 et 9), le i est bleu (vers 10 et 11)et le e est blanc et partout dans le poème et occupe tout seul les vers du milieu.

    Ce parc  élégant  est  espace

    de balade mentale  et parle

    du pur bleu qu e tu scrutes

    du seul murmure des fleurs 

    en cette terre de semences

    des pensées  égrènent l’été 

    éternellement s’élèvent 

    et colorent le poème géomètre

    Fond  et forme se répondent

    siris ent de fines teintes

     

    et finissent  en  étincelles 

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10

     

    photo d'Eric Sander prise de drone, publication autorisée par le Domaine de Chaumont :

    Chaumont, les jardins de la pensée : tableau n° 10


    1 commentaire
  • Voici cinq autres tableaux (les explications sont celles qui étaient écrites sur les panneaux à l'entrée de chaque jardin).

    5 – la possibilité d’une île. On nous invite à découvrir le sens caché d’une parcelle presque vide. L’eau et les reflets sont des éléments qui nous fascinent et nous invitent à la méditation et au calme. Le miroir d’eau offre une scène aux spectateurs et les transforme en protagonistes de leur visite.

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    6 – Le jardin du présent intensément. Après avoir traversé une haie sombre, le visiteur découvre un premier espace très lumineux recouvert de graviers blancs, véritable « étang sec » qui le prépare à une nouvelle expérience. Le chemin, ponctué de pas japonais et de dalles de schiste, se termine par une grosse pierre, sur lequel il est appelé à se déchausser avant de traverser un mur de bois, évocateur d’un pavillon de thé, dans lequel il pénètre par une entrée basse et doit se courber, en signe d’humilité. (Je ne l’ai pas fait, la porte était trop basse et j’ai eu peur de me trouver dans une position ridicule !)

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    7 – Dans les bois. Ce jardin s’inspire de l’aventure de Jorge Luis Borges, car dans « Le jardin des sentiers qui bifurquent», le narrateur qui voyage au cœur des branches entremêlées pour finalement arriver dans une peupleraie au sein de laquelle il découvre que l’œuvre de ses ancâtres n’est pas un jardin mais un roman déconcertant « un labyrinthe dans lequel tous les hommes se perdraient ». Un jardin, tout comme un roman, est un espace dans lequel se perdre. Et être perdu, c’est se retrouver. Les voyageurs de ce jardin Dans les bois feront peut-être la même expérience lorsqu’ils se retrouveront face à face à une forêt dense ou dans un labyrinthe en bois de cèdre brûlé et qu’ils devront prendre la décision de tourner à droite ou à gauche, vers une destination inconnue que l’on ne peut apercevoir.

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    8 – Le dédale de la pensée. La pensée est abordée comme étant un voyage, un voyage qui progresse dans les méandres du cerveau, tel un labyrinthe complexe dans lequel on se perd facilement, sans prendre le soin d’y dérouler un fil rouge. Le point de départ ou d’arrivée n’a pas réellement d’importance dans le voyage car seul le voyage compte. Un quai de gare marque le début du voyage dans le jardin mais les premières valises sont trop importantes ou trop lourdes pour pouvoir les emporter. Perçues comme autant de points de repère, de contraintes ou de rattachements à une réalité, elles devront être abandonnées ou enjambées par le visiteur. Le jardin est conçu de manière à franchir les étapes et dépasser les éléments structurants de la réalité. Les couleurs , les contrastes de textures et les verticalités végétales se font de plus en plus saisissants et présents jusqu’à immerger totalement le voyageur. Les limites s’estompent, les contraires diminuent, c’est désormais le jardin qui nous entoure. Le visiteur se perd dans ses pensées, puis en sort.

    Quelques planches ne sont pas fixées. Il faut trouver son équilibre.

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

     

    Pn laisse le quotidien derrière soi. Peu à peu le paysage s'éclaire.

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9

    9 – Le filet de pensées. Durant la période Josson (1382-1897) en Corée, la majorité politique se servait de l’exil comme d’une forme ultime de châtiment, destiné à ceux qui s’opposaient à ses idéaux et à ses valeurs. Au lieu d’être punis par le travail forcé, les exilés devaient passer leur temps, voire le reste de leur vie, à confesser leurs crimes dans l’isolement. Il y avait, parmi eux, des artistes et des penseurs, qui nous ont livré des œuvres culturelles et littéraires uniques. L’action de pêcher est abondamment décrite dans cette « littérature d’exil », mais plutôt que de capturer du poisson pour se nourrir, il s’agissait d’une pêche symbolique permettant de capturer du temps et des pensées. Le jardin reprend cette image et est divisé en deux espaces : le premier, restreint, représente l’exil et l’autre, le jardin des pensées de ceux qui y sont confinés. La anne à pêche, lourdement incurvée, exprime le désir de liberté, quant à la ligne de pêche, qui s’étend vers le monde extérieur, elle représente un filet de pensées.

    Chaumont/Loire : le jardin des pensées, tableaux 6 à 9


    4 commentaires
  • Je vous présente aujourd'hui 5 tableaux des Jardins de la pensée 'commentaires d'après le texte des panneaux)

    1 – Ceci n’est pas un jardin, à la manière d’un tableau de Magritte.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Quelquun a écrit "Naili est passée par là", Guy lui a répondu "Ou par ici"

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    2 – Bulle de pensées. Le « pensum » était le poids de laine que l’on devait filer chaque jour. On noue un fil de laine sur une barrière du jardin. Comme les quipus des Incas (système de numérotation par nœuds sur des cordelettes) ou les fils noués dans les civilisations asiatiques pour supprimer son ego et atteindre l’Illumination.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    pensées en cage. Pensées rêveuses.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Guy songe.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    pensées épineuses.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    pensées submergées...

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    pensées rebelles...

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Pensées folles, pensées d'amour, pensées d'ombre, pensées déformées, pensées sacrées...

    3 – le livre de sable, d’après un recueil de nouvelles de Jorge Luis Borges. « Il me dit que son livre s’appelait « le livre de sable » parce que ni ce livre ni le sable n’ont de commencement ni de fin. ». Déambulation labyrinthique, sans début ni fin. Le sable, balayé par les pas des visiteurs, dessine et redessine indéfiniment le paysage. La couleur bleue a été inspirée par la teinte des vêtements des homes de Chinguetti, en Mauritanie. Chaque sculpture est faite de 1400 pièces. Les bleus changent de nuance au fur et à mesure qu’on s’éloigne ou qu’on s’approche des sculptures. On nous conseille : « Enlevez vos chaussures pour profiter de l’expérience sensorielle et n’oubliez pas que la terre prend plaisir à sentir vos pieds nus. Merci de bien ranger nos chaussures. »

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    4 – Temple à la nature.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    4 bis. Le jardin des supplices, réinterprétation de l’œuvre étrange et terrifiante d’Octave Mirbeau que l’écrivain dédiait « Aux prêtres, aux Soldats, aux Juges, aux Hommes, qui éduquent, dirigent, gouvernent les hommes, ces pages de Meurtre et de Sang ». Ici, la galerie des supplices perpétrés par le jardinier. Mélange de catalogues Vilmorin et de rapports d’Amnesty International. Les plantes sont utilisées pour suggérer l’épouvante et l’indicible, obligeant le visiteur à s’interroger sur les notions de Bien et de Mal. Ici, on entrave les troncs, là on démembre les trognes, on enfume des espèces indésirables et on éventre la terre nourricière. La cabane à outils, est-ce l’antre du bourreau ?

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Rouge comme le sang, rouge comme dans la civilisation chinoise, les deux évoquant le thème du "Jardin des supplices" de Mirbeau.

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    un œil ?

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    une trogne

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     

    je lis "trogue démembrée" mais il s'agit sans doute de "trogne démembrée" (arbre taillé)

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

    Jardins de Chaumont/Loire, les jardins de la pensée 2018 : 5 premiers tableaux

     


    1 commentaire
  • Des visites des jardins sont organisées tous les mois à la belle saison. Elles nous permettent d'accéder à l'intérieur des bâtiments (orangerie, grotte), ce qui n'est sans doute pas autorisé en visite libre.

    L'accès aux jardins est gratuit de 10 h à 18 h. Voir le site du château ICI

    boulingrin (ornement végétal qui se présente sous forme d'un parterre gazonné en creux, le mot vient de bowling et green.

    à droite : le pavillon ouest, anciennement billard... 

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    à droite : le pavillon est (actuellement billetterie,  autrefois pavillon des bains)

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    à gauche, le pavillon sud, anciennement bibliothèque... Entre les deux pavillons, se trouvait le théâtre, aujourd'hui disparu.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     vase en pierre au milieu du parterre devant le château :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    Un saut-de-loup est un large fossé sans eau, destiné à défendre l’accès d’une propriété sans en masquer la vue. Il a la largeur du bond qu’un loup pourrait faire. On l’appelle aussi « ha-ha » ou « hâ-hâ ». La gouvernante du Grand Dauphin, fils de Louis XIV, lui interdisait de s’approcher des sauts-de-loup dans les jardins de Meudon. Un jour, il s’en approcha et dit « Ha ha, ce n’est que cela qui doit me faire peur ! »

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     derrière le château, depuis la façade nord, une belle vue sur le miroir d'eau. Au XVIII è siècle, la vue était beaucoup plus dégagée. Il n'y avait pas les peupliers et les bosquets du premier plan étaient taillés.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    La glacière a été édifiée avant 1789 et permettait de conserver la glace récupérée en hiver pour rafraîchir les verres, les vins et les boissons et confectionner des sorbets avec les fruits de l'orangerie (oranges et citrons).

    En février 1793, 43 personnes furent mobilisées pour remplir la glacière (26 hommes, 7 enfants de moyen âge et 10 plus petits). En 1821, elle reçut de la glace apportée par 120 voitures.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     la grotte. En 1783, Antoine Jean Terray transforme le jardin régulier d'origine en jardin paysager "anglo-chinois". Dans le goût des fabriques à la mode, on aménage une grotte artificielle. La grotte se trouve enfoncée dans la terre, il y a trois niches en plein cintre. Nous descendons 14 marches et pénétrons dans un endroit étrange, loin du monde. La lumière vient d'un trou dans la voûte. La salle est décorée de pierres de Resson, concrétions calcaires poreuses composées d'éléments pétrifiés (tiges de roseaux, coquilles, mousses...) provenant du Resson, rusisseau proche du hameau de La Saulsotte. Les pierres du resson sont utilisées par les NOgentais pour les décors délicats.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    L'orangerie. Le plafond de l'orangerie est orné de poutres peintes. Les fruits exotiques étaient à la mode. (exo= au-dehors, hors du territoire). Il y avait 22 plantes exotiques : ananas, cacaoyers, grenadiers, orangers, cédratiers...). Le maître jardinier était un personnage très important. Les poutres proviendraient du château de Courtavant, détruit en 1838.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Le pigeonnier. Sur le faîte, une poterie annonce l'utilisation du bâtiment :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    Il contenait les cases pour 600 pigeons. Le nombre de pigeons est proportionnel au nombre hectares. Un couple de pigeon loge dans un boulin, petite niche creusée dans le mur. Les pigeons étaient élevés pour les œufs et la chair mais aussi pour les fientes qui servaient d'engrais. C'était un signe de richesse, certains seigneurs mettaient de faux boulins pour paraître plus riches (d'où l'expression "se faire pigeonner") 

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    des statues dans le parc : près de l'Orangerie : Diane

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Flore:

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    derrière le château :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    les tilleuls. Le tilleul a donné son nom au château. Il y a plus de 3000 tilleuls. Depuis 2005, après la tempête de 1999, une collection botanique de 77 variétés différentes a été créée. Elle s'enrichit chaque année. Cette collection est un tillecum.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    le potager. Autrefois, le potager faisait 2 ha, maintenant il fait 1 ha. Le jardin potager est ouvert depuis 2017. C'est un jardin solidaire (association chlorophylle). Les légumes sont vendus tous les mercredis devant les grilles du château.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     l'ancienne maison du jardinier :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     la maison du canal 

     Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    initiales BA : André Beaulant, menuisier

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    chèvrefeuille :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Nous avons fait cette visite un dimanche après-midi, dans le cadre des visites guidées des jardins et nous retournons jeudi prochain au château de La Motte-Tilly, pour la quatrième fois cette année, pour une visite guidée des appartements.

     

     


    2 commentaires
  • Vu à la télé aujourd'hui sur Arte.

    Le jardin Plume

    Nous l'avons visité en 2007.

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

    Le jardin Plume, en Normandie

     

    molène farineuse

    Le jardin Plume, en Normandie

     

    scabieuse

    Le jardin Plume, en Normandie


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique