• Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

     

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

     

    celle-ci ne date peut-être pas de la guerre mais doit quand même être de la même époque :

    Cartes pendant 14/18

     

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes envoyées par Lucien Noël

     

    Calendrier de 1915

    Campagne 1914-1915   Souvenir du vaguemestre du 267 è d’infanterie

     

    Carte en couleurs « la mitrailleuse »

    Envoi de Noël ...... 267 è d’infanterie 5 è bataillon 18 è 6... secteur postal 109

    30/03/1915

    Chère grand mère

    Depuis 4 mois que je suis parti, il faut tout de même que je vous envoie une petite carte. Je vous souhaite une bonne santé et bon courage. Je me porte bien et je vous engage à attendre patiemment mon retour.                              L.Noël

    (adressée à Veuve Duteilleul à Villiers-le-morhier)

     

    Carte postale en couleurs « Guillaume et 3 généraux français sont allés sur ce champ de bataille. Trouvez-les

    30/03/1915

    Mon cher Pierrot

    Je t’envoie cette petite carte pour te distraire. Tu me diras si tu as trouvé Guillaume et les 3 généraux français. Ils sont bien visibles. Bonjour à Grand’mère, à maman et aux petits pour moi. Sois toujours bien sage et aide bien ta pauvre maman. Ton papa.

     

    Carte postale en couleurs « Veille de Noël sur le front»qui représente des soldats plumant des dindes  publicité Dubonnet

    8/15

    Grand-mère

    A vous pour le battage du grain et la popote, j’envoie cette veille de Noël sur le front. Dites-moi, si vous croyez que l’on en ait eu autant, à moins que ce soit dans les châteaux

    Je vous embrasse bien fort

    (adressée à Mme Vve Duteilleil de la part de son gendre. Ah ! les belles-mères)

     

    Carte postale en couleurs « tir au pigeon » publicité Dubonnet

    8/15

    Mon Georges

    Toi en récompense de ton travail, je t’envoie le tir au pigeon. C’est la mitrailleuse qui tire sur le pigeon et le pigeon c’est le Taube. Embrasse bien grand’mère pour moi. Ton papa                     L.Noël

    (adressée à Monsieur Georges Noël chez sa maman)

     

    25/8/15

    Chère maman,

    A vous j’envoie la première de mes photos de guerre. Je ne pourrai envoyer les autres que plus tard. Celle-la c’est l’épreuve que le photographe m’a donnée ce matin. Vous verrez que je n’ai pas beaucoup changé et que la guerre ne m’a pas bien usé au physique. Pour le moral il est toujours bon. Je vous embrasse de bon coeur et vous remercie du soin que vous prenez de ma petite famille.                     L Noël

     (Campagne de France 1914-1915 Devant Presle et Bove au bord de l’Aisne Face à Vailly)

     

    Carte en couleurs « Un taube passe », pub pour « Dubonnet »

    8/15

    Ma petite femme

    Toi qui diriges tout ça, tu vas recevoir une vue te montrant ton papa dans sa tranchée regardant un taube. Si c’était un Blériot, il pourrait essayer d’y grimper pour te porter des bécots. Je t’en colles un milion.                               L.Noël

                                  (adressée à Mme Noël Désirée de la part de son poilu. Vivent les poilus

     

    Photo dans les tranchées

    7/9/15

    Mon cher Pierre

    Tu es déjà assez grand et sérieux pour apprécier les misères de cette guerre qui a laisé tant de ménages et coûte déjà tant de vies. Je t’envoie donc un souvenir, mais aie confiance, de ce triste souvenir nous travaillons à l’égayer un peu par la chute définitive de ce maudit empire boche et barbare. Je t’embrasse de tout coeur Ton papa poilu                       L.Noël

     

    7/9/15

    Mon gros Georges

    Tu es encore jeune mais tu dois déjà sentir combien la séparation de ton papa est dure. Plus tard, tu sentiras mieux ce que cette guerre a de triste. Alors tu seras heureux de savoir que papa a contribué un peu à la délvrance du sol de la France. Embrasse bien ta maman et ta grand-mère pour moi, car elles le méritent. Je t’embrasse bien fort. Ton papa poilu. L Noël

     

    Carte postale en couleurs « calendrier de l’amour 1917)

    Meuse 28/12/1916

    Ma chère petite femme

    En plus de la correspondance que j’ai l’intention de reprendre, je me paie la fantaisie de vous envoyer à tous ainsi qu’à Simone une petite carte pour vous adresser tous mes voeux de bonne année. J’ai choisi celle-ci pour nous pauvres amoureux séparés, bien vieux, mais quand même sincères. Je souhaite que ce calendrier soit le dernier à effeuiller dans les tristesses de la séparation. Je me porte très bien ma purge m’a soulagé. Un gros bécot de ton poilu.                  L.Noël

     

    Une carte pas datée : en couleurs « lanciers belges défendant une route » publicité Dubonnet

    * car les canons de tranchées qu’il est question ne font que démolir et bouleverser la terre. On ne s’en était pas aperçu et je ne l’ai su que par les journaux et pourtant c’est en face nous. A propos pour le colis, mets-moi une douzaine de feuilles de papier pas plus grand que le tien et 6 petites enveloppes. J’en ai par ici et c’est trop grand. Tu vois que je réclame bien ce que j’ai besoin. Je vous embrasse tous comme je vous aime bien fort.

    Votre papa L.Noël

     

    Une autre carte écrite par quelqu’un d’autre : en couleurs « frères d’armes Angleterre, Italie, France, Belgique, Russie »

    La Mousse 3 _bre 1915

    Cher ami,

    La réponse se fait toujours attendre, mais enfin elle arrive tout de même, je vous remercie de votre carte, vous êtes bien photographié avec quelques années de plus sur la tête ; quand vous écrivez vous ne nous parlez jamais de Pierre, ce doit maintenant être un petit homme, je m’informe de lui parce que nous l’avons connu, il était encore tout petit quand vous nous avez quittés, il doit être grand et fort. Je pense que dans votre secteur vous avez toujours la même vie, que vous êtes à peu près calme et tranquille, en ce moment-ci nos braves français font de la bonne besogne, nous sommes très heureux quand nous avons de bonnes nouvelles comme depuis huit jours, les Russes se sont mis aussi au travail, ils marchent bien ce moment


    votre commentaire
  • Pour lire l'article sur mon grand-père poilu, un clic ici 

    Mon grand-père Lucien

    Mon grand-père Lucien


    votre commentaire
  • Sur mon autre blog, des articles de journaux : contraventions données à des pêcheurs

    Un clic ICI


    1 commentaire
  • Livret de famille de 1919.

    Livret de famille 1919

    Livret de famille 1919

    Livret de famille 1919


    4 commentaires
  • Tôt ce matin, j'ai été réveillée vers les 5 ou 6 heures par la fanfare municipale. POurquoi ? Pour le savoir, je réédite cet article écrit en 2007.

     

     Quand vous prenez votre café, peut-être le buvez-vous dans des "mazagrans" ? Savez-vous que ce nom vient d'une bataille qui eut lieu en Algérie en 1840 ? Les soldats assiégés résistaient à coups de rasades de café fortement arrosé d'eau de vie. On dit que, de retour dans le Berry, ils continuèrent à boire leur café dans des récipients fabriqués à Bourges et appelés "topettes". C'est du moins ce que j'ai lu sur différents sites. Mais je pense que c'est une légende. J'ai consulté, aux Archives militaires du château de Vincennes, les fiches des soldats (pas toutes les fiches, seulement 80 mais aucun de ces soldats n'était berrichon !)

        Hilaire Etienne Lelièvre est né en 1800 à Malesherbes (emplacement de l’Hôtel du lion d’Or, dans la rue de la République appelée à l'époque Rue Neuve). Ses parents étaient Etienne Lelièvre et Eleonor Dupeu.

    Capitaine de la 10è compagnie du 1er bataillon d’Afrique, avec le lieutenant Magnien, le sous-lieutenant Durand et 123 soldats (des « Zéphirs ») qu’on appellera les "lapins du capitaine Lelièvre", il défendit le fort de Mazagran , près de Mostaganem (Algérie) les 3, 4, 5 et 6 février 1840 contre les attaques de 12000 Arabes commandés par Mustapha Ben Thami, lieutenant d’Abd-El-Kader
    Quand le colonel Dubarail arriva à leur secours avec la garnison de Mostaganem, il leur demanda ce qu’ils voulaient et ils répondirent "Du biscuit, des cartouches et l’ennemi" (le biscuit, ce n'est pas du gâteau mais du pain cuit deux fois)
    Après la bataille, Lelièvre fut nommé chef de bataillon
     

    Mazagran est la victoire emblématique de la conquête de l’Algérie et eut un retentissement national (de nombreuses villes possèdent une place ou une rue Mazagran), des récits, des poèmes, des chansons, tous dithyrambiques, furent écrits. Dans "L'enfant" Jules Vallès raconte qu'avec ses camarades, il jouait à "Mazagran". Dans "La débâcle" , un vieux soldat se souvient de Mazagran.

    De retour à Malesherbes, il fut nommé commandant de la garde nationale de Malesherbes
    Il mourut à Malesherbes en 1851
    Les soldats du capitaine étaient des "têtes brûlées", qui s'étaient retrouvés dans les "Bat' d'af" après une peine de prison (à la suite de bagarres, injures à supérieur...). 
     

    Trois monuments commémoratifs furent élevés à Malesherbes (ils ont été tous démolis) :
    Une colonne érigée en 1843 (souscription nationale) sur la place du Martroi et démolie en 1878 car elle tombait en ruine et gênait la circulation
    Un monument sur la place Mazagran : boulets et canons, érigé en 1880 et remplacé au même endroit en 1898 par une statue en bronze.

    Le dernier des « lapins », Fleuret, assista à l’ inauguration de cette statue. Il mourut en 1900 à Commentry (Allier) et son corps fut enterré à Malesherbes aux côtés du Capitaine Lelièvre.
    Cette statue fut déposée pour être fondue en 1942.

    En Algérie, sur les lieux mêmes de la bataille, une colonne érigée en 1853 existe encore ainsi qu'une église portant une plaque commémorative.

    La cérémonie de transfert du corps au cimetière de Malesherbes en 1913 fut grandiose (illuminations, bals, concert, discours, présence du député du Loiret et ancien ministre Georges Cochery) et fut l’occasion de la création d’une société de Préparation Militaire (période revancharde où les enfants des écoles apprenaient à manier le fusil de bois)

    Le drapeau de Mazagran est conservé salle Bugeaud au Musée des Armées (Hôtel des Invalides), la salle était fermée jusqu'à présent mais je crois qu'on peut à nouveau voir le drapeau.

    La batterie fanfare créée en 1909 porte le nom de Mazagran et réveille les habitants en fanfare tous les ans le premier dimanche de février

    Des médailles « en souvenir de la défense de Mazagran » furent frappées et distribuées aux soldats
    Les épées d’honneur sont conservées à la Mairie à l’entrée de la salle des mariages

     Mes sources :

    Archives Municipales (registres de délibérations du Conseil Municipal, courrier, articles de presse) déposées aux Archives départementales
    Bibliothèque Nationale de France (poèmes, chansons, récits), j'ai recopié les textes car les photographies ne sont pas autorisées à la Bibliothèque
    Service Historique de la Défense (Vincennes) : parcours militaire des soldats. Dans ce service vous pouvez consulter le parcours militaire de vos ancêtres soldats...
    Musée des Armées aux Invalides
    Livre de Pierre Dufour « Les bat’d’Af ‘ »

     voici une page du Petit journal que j'ai acheté en 2007 :

        

    Le capitaine Lelièvre et la bataille de Mazagran

     

      la colonne Mazagran se trouvait sur la place du Martroi. La même se trouve en Algérie, à Mazagran

    Le capitaine Lelièvre et la bataille de Mazagran

    le monument aux boulets :

    Le capitaine Lelièvre et la bataille de Mazagran

     et la statue du capitaine à Malesherbes se trouvait sur la place des Écoles, rebaptisée Place Mazagran).

       

    Le capitaine Lelièvre et la bataille de Mazagran

     






     

     


    22 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique