• Tout d'abord une chanson, au sujet pas si éloigné que ça de mon article du jour : la généalogie. Mes ancêtres paternels sont  beaucerons et percherons 100% mais ma grand-mère, Anna Burgot, la petite bretonne qui est arrivée en Beauce à 12 ans, a--t-elle été si bien accueillie que ça ? on dit que le mot "baragouiner", plutôt péjoratif, viendrait du breton "bara gwin" pain et vin (mais cette explication n'est pas certaine). La soeur d'Anna, concierge à Paris a épousé un fumiste italien. Et les ancêtres de mon mari, étaient des maçons creusois, migrants saisonniers, pas très bien accueillis à Paris ! Quand on fait de la généalogie on s'aperçoit qu'on est issu du mélange des peuples et des races.
    Bref, aujourd'hui, c'était journée généalogie pour un ami habitant dans le Nord. Alors nous sommes allés dans les mairies (merci aux secrétaires pour leur accueil) photographier pour lui des actes aux Choux (origine du mot : pas le légume, mais, avis aux amateurs, les chouettes !), puis à Langesse, puis à Montereau et à Boismorand, tout ça du côté de Gien.
    Savez-vous ce qu'est que la recherche généalogique ? quand on commence on ne peut plus s'arrêter. Avec le point compté, la peinture, j'avais un peu abandonné mes recherches qui piétinent (je suis arrivée dans les années 1600). Alors j'aime bien chercher pour d'autres et je retrouve le plaisir de la découverte ! Un acte de décès nous donne la date de naissance, et quand on trouve le mariage on obtient parfois jusqu'à 10 dates dans le même acte ! Et savez-vous le plaisir que c'est quand, après avoir cherché un acte, deux, trois ou quatre ans, on le trouve enfin !!!
    Bon il va falloir que je nettoie les photos et que je les envoie !

    15 commentaires
  • Deux cartes postales de cafés : celui de Courances. Il appartenait à Abel Godemert, le cousin germain demon grand-père maternel
    et le café de Vacheresses. Je pense que ce café était aussi une épicerie et était tenu par Edouard Noël et Eveline Duteilleul, le frère et la sœur de mes arrières-grands-parents. 

    Vous aurez les réponses au jeu du patois beauceron après-demain il n'a que Franquie qui a répondu. Cherchez encore !
    aberloquir : "il était bon ouvrier mais il s'est aberloqui peu à peu"
    abornir et aca d'eau: "le temps s'abornit, il va tomber un aca-d'eau (aca-dio)"
    affûtiaux : "en partant il a pris ses affûtiaux"
    achitrer ou assouanir ou souâner: "il l'a tellement assouani qu'il ne recommencera plus"
    Et pendant que vous y êtes donnez-moi les 3 sens de souâner, très différents les uns des autres ! 
    Enfin pour faire plaisir aux généalogistes du perche-Gouët, qu'est-ce qu'un souaton ou un haricandier ? ^"Dans le Perche il n'y a guère que des haricandiers"

    et voici quellques autres mots à trouver :
    une gazouille : "avec ta gazouille tu ne saurais rien couper"
    gaufichonner : "cette blanchisseuse est une gaufichonneuse"
    gargoter : les enfants aiment bien gargoter
    une jeanne : ces enfants mènent la jeanne au pré
    un jeudi : enfler le dos comme un jeudi 

    J'avoue que je n'ai jamais entendu ces mots mais la petite phrase devrait vous aider



    13 commentaires
  • Voici une ferme en Beauce, et une autre à Vacheresses-les-basses, c'est la ferme de M.Baudoin 
    La première carte a été envoyée d'Athis Mons le 5 février 1925. "Cher Laurent, Laurence et moi nous avons voulu marquer ton 46 ème anniversaire par nos voeux de bonne santé. Reçois nos bons baisers affectueux en témoignage de notre sincère affection. Ta petite Laurence et V. Habert" et devant "Notre future retraite ? Heureux anniversaire, accepte ces deux porte-bonheur"
    Victoria Habert (née en 1878 à Paris fille de Victor Adrien Genty, tailleur et Communard) était la deuxième femme de Ange Dorothée Laurent Habert et la belle-mère de Laurence, ma tante par alliance.

    La deuxième carte a été envoyée de Lormaye le 16 décembre 1914 par Désiré Lamotte à son cousin, mon grand-père Lucien Noël, caporal 267 è d'infanterie à Dreux
    "Nous avons reçu ta carte qui nous a fait bien plaisir nous te souhaitons bon courage. Fernand repart aujourd'hui sur le front. Marcel est reçu dans le service armé. Toujours point de nouvelles de Maurice". Mon grand-père avit 40 ans et trois enfants mais il est quand même parti pour ses 4 ans de tranchée.

    9 commentaires
  • Réponses :
    aberloquir : "il était bon ouvrier mais il s'est aberloqui peu à peu"  se laisser àller à la paresse

    abornir et aca d'eau: "le temps s'abornit, il va tomber un aca-d'eau (aca-dio)"  : s'assombrir , une averse

    affûtiaux : "en partant il a pris ses affûtiaux" affaires, ustensiles de voyage, outils

    achitrer ou assouanir ou souâner: "il l'a tellement assouani qu'il ne recommencera plus"  invectiver

    un souaton ou un haricandier ? "Dans le Perche il n'y a guère que des haricandiers" petit cultivateur qui n'a qu'un seul cheval ou qui fait tout par lui-même

    une gazouille : "avec ta gazouille tu ne saurais rien couper" vieux couteau . évidemment Trinity a pensé aux ciseaux !!!!

    gaufichonner : "cette blanchisseuse est une gaufichonneuse" salir à force de manier 

    gargoter : les enfants aiment bien gargoter se salir en remuant de l'eau sale

     une jeanne : ces enfants mènent la jeanne au pré une chèvre

    un jeudi : enfler le dos comme un jeudi  un grillon

    Bravo à toutes, Trinity, elle a presque tout trouvé, Franquie aussi et Martine

    3 commentaires
  • La mère Totor et son fils (ou mari, je ne sais plus) le père Totor, marchands de journaux à Nogent-le-Roi

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique