• La fête de mi-automne en Chine

    Pour quitter l’hôtel de Hukeng à 7 h, nous nous levons à 5 h 30. Il fait 14°. Nous roulons pendant 3 heures pour rallier l’aéroport de Hangzhou. L’hôtesse annonce que le vol Ér liù liù qī (2667) décollera à midi (Chinaeastern). Après le repas, nous commençons la visite d’Hangzhou : la maison de la famille Hu puis la pharmacie. Un peu de temps libre nous permet de nous promener dans la rue Hefang jie et d’acheter quelques souvenirs, en particulier des petites fleurs collées sur des pinces et qui servent à décorer les cheveux des filles (les sprout heads).

    Demain c’est la fête de la mi-automne (Zhōngqiū jié 中秋节 : zhong=milieu, qui=automne, jie= fête) et notre guide nous offre des gâteaux de la mi-automne : les Yuèbǐng 月饼 (yue=lune, bing=gâteau). Cette fête qui a lieu le 15 è jour du 8 è mois lunaire est très importante en Chine. Elle se rapporte à plusieurs légendes. La principale est celle de Cheng’e, la princesse de la lune. En voici une version:

    Il y a environ 4.400 années solaires, à l’époque de l’empereur Yao, la Terre était entourée de dix Soleils qui illuminaient la Terre, chaque jour à leur tour. Mais un matin, les dix Soleils apparurent en même temps, faisant bouillir les mers et desséchant les terres et la végétation…Pour sauver le monde de ce chaos, Yao fît appel au chasseur Hou-yin, un archer d’élite, et l’envoya au sommet de la montagne Kunlung pour qu’il remette un peu d’ordre dans le ciel… Et, à l’aide de son arc et de ses flèches, Hou-yin décrocha neuf Soleils pour qu’il n’en reste plus qu’un

    Quelques temps plus tard, alors que Hou-yin traversait un ruisseau en revenant de la chasse, il aperçut une belle jeune fille sur la rive : c’était Chang’e. Celle-ci lui offrit de l’eau pour qu’il se désaltère ainsi qu’une belle fleur en témoignage du respect qu’elle avait pour lui, car elle avait appris ses exploits. Les deux jeunes gens tombèrent amoureux l’un de l’autre, se marièrent et devinrent inséparables.

    Hou-yin se dit un jour que son exploit devait lui donner le droit de vivre éternellement avec Chang’e… Il laissa Chang’e et partit vers l’ouest à la recherche de la déesse Xiwangmu, reine mère d’Occident et maîtresse du Jardin de longue vie, pour lui demander de son élixir d’immortalité afin de le partager avec Chang’e, après son retour, lorsqu’ils seraient âgés…

    Un jour où Hou-yin était parti chasser, leur voisin et disciple de Hou-yin Feng-meng menaça Chang’e de son arc pour se procurer l’élixir… Chang’e n’aurait alors pas eu d’autre issue que d’ingurgiter rapidement l’élixir pour éviter que l’élève jaloux ne s’en empare et s’envola sur la lune. À son retour, Hou-yin fut envahi d’une immense tristesse d’être ainsi séparé de Chang’e. Un soir, il aperçut dans la Lune une forme qui rappelait la silhouette de Cheng’e. Pour lui rendre hommage, il disposa sur une table dans le jardin des fruits et des gâteaux dont Cheng’e était friande. Les voisins firent de même.

    Selon d’autre légendes, il y aurait d’autres personnages sur la Lune :  Wu-gang, sorcier puni par les dieux, qui, pour éviter que la Lune ne s’obscurcisse, doit tailler éternellement un cannelier qui repousse sans cesse, ainsi que Mingji, le lièvre de jade qui a des dons d’apothicaire et offrit sa chair au Bouddha, et un crapaud.

     

    Pour Zhōngqiū jié, les gens aiment manger des gâteaux de lune (Yuèbǐng 月饼) dans le jardin en regardant la lune. C’est une fête familiale. Les Yuèbǐng sont des gâteaux ronds. La surface est décorée d’idéogrammes de bon augure. Ils sont fourrés avec une pâte à base de haricots rouges ou de graines de lotus ou d’arachides ou de noix ou de sésame. Parfois ils contiennent un ou deux œufs de cane salés qui rappellent la Lune. Dans la boulangerie où j’en ai achetés, il y en avait de toutes les sortes. J’en ai acheté quelques-uns pour les offrir à notre marchande de plats chinois sur le marché de notre ville. Personnellement, je trouve ces gâteaux un peu lourds !

     

    La fête de mi-automne en Chine

    La fête de mi-automne en Chine

    Hangzhou est la ville où a vécu le poète Su Shi (surnommé Su Dong Po). Gouverneur de Hangzhou, il a afait construire la plus longue des digues. Avec son père et son frère, ils formaient un trio littéraire "les trois Su".

    Je remercie Dandan, notre prof de chinois qui nous a fait apprendre un poème de Su Shi, "Ming yué ji shi you" (j'interroge la lune) très connu en Chine. Un soir de mi-automne, en 1076, Su Shi, après avoir noyé son chagrin dans le vin, écrivit un poème pour son frère absent. Les vers ont été apposés sur la mélodie "Shui diao ge tou" et chantés par des artistes célèbres : Deng Lijun et Wang Fei. 

     

    Notre guide nous a fait écouter la chanson dans le car mais je préfère insérer des vidéos trouvées sur le net, celle du car étant couverte par le bruit du moteur.

    une version avec de jolies peintures :

    la même chanson avec la star Wang Fei :

    les 5 derniers vers du poème : se lit de haut en bas et de gauche à droite :

    La fête de mi-automne en Chine

     

    rén yǒu bē huān lí hé

    yuè yǒu yīn qíng yuán qué

    cǐ shì gǔ nān quān

    dàn yuǎn rén cháng jiǔ

    qián lǐ gǒng chán juān

    Su Shi

    "On s'unit dans la joie, on se quitte dans la peine

    ainsi elle croît et décroît

    la perfection n'est pas de ce monde

    j'espère qu'on vivra longtemps

    et que, même séparés de 1000 lieues, on pourra admirer sa beauté"

    le début du poème c'est :

    "Lune claire, depuis quand existes-tu ?

    tenant mon verre de vin, j'interroge le ciel,

    on ne sait pas au Palais céleste

    cette nuit en quelle année on est.

    Je voudrais chevaucher le vent pour y aller

    mais aux pavillons de jade ou sur les hauteurs

    je crains de ne pouvoir supporter froid et solitude.

    Alors je me mets à danser avec mon ombre claire

    Serait-ce pareil au ciel ou sur la terre ?

    En tournant derrière la pagode vermillon

    et au ras des fenêtres sculptées

    la lune éclaire l'insomnie.

    En vouloir aux hommes serait sans raison

    Pourquoi quand on se sépare es-tu toujours ronde ?"


  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 20:02

    Merci pour cette belle chanson, je pense que même sans connaître les paroles, la voix de ces chanteuses m'aurait touchée.

    2
    volsul
    Lundi 9 Novembre 2015 à 17:40

    MERCI pour cet article fort instructif !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :