• Ce sera plus facile pour vous :

    je remets les photos et les explications :

    1 Saponaire officinale (saponaria officinalis L.) ; on utilise la sommité fleurie, la racine, le rhizome. Toxique à forte dose, dépuratif, cholérique, expectorant, herbe « à savon » utilisée autrefois par les drapiers. Photo : chapelle Cocteau à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    2 – Guimauve officinale (althea officinalis L.) on utilise la fleur, la racine, la feuille. Béchique, émollient, antalgique dans les affections buccales  (la racine), calme les maux de dents des bébés. Photo : Chapelle Cocteau à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    3 – menthe poivrée de Milly (Mentha X piperita L. var. officinalis cl. « Ancienne Milly ») on utilise les feuilles, la sommité fleurie. Stimulant des voies digestives, antispasmodique, antiseptique, sédatif, aromatique et condimentaire. Usage en confiserie, en parfumerie et vétérinaire. Photo : chapelle Cocteau à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    4 – salicaire (Lythrum salicaria L.), on utilise la tige feuillée, la sommité fleurie. Tonique, astringent spécifique (colique et diarrhées), hémostatique, anti-hémorragique. Photo : chapelle Cocteau à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    5 -  tanaisie à feuilles crispées ( Tanacetum vulgare L. « crispum ». on utilise la feuille, la fleur, les graines. Aromatique (liquoristerie), insecticide, vermifuge. Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    6 – Parthhénie à feuilles  entières. On utilise la feuille. Émolliente Photo : conservatoire des plantes à Milly.

     

    Les simples : réponses au jeu

    7 – pyrèthre de Dalmatie (Tanacetum  cinerariifolium). On utilise la sommité fleurie. Insecticide. Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    8 – eupatoire pourpre . Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    9 – épinard de Malabar (basella alba L.), on utilise les feuilles fraîches, les fruits rouges. En Chine, la feuille est utilisée comme condiment et le fruit en cosmétique, le fuit sert aussi de gélifiant comme l’Agar. Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    10 – angélique pubescente (Angelica pubescens Maxim), on utilise la racine. Tonique, sédatif. Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    11 –Persicaire (peut-être amplexicaule)Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    12 –  Aralia . Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

     

    Les simples : réponses au jeu

    Les simples : réponses au jeu

    13 – menthe aquatique (au premier plan) et salicaire Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    14 – cresson de Para (Blainvillea acmella), on utilise les feuilles. Usage locaux : feuilles consommées en salade, sa saveur brûlante en fait un légume de qualité inférieure au cresson de fontaine. Antiscorbutique. Photo : conservatoire des plantes à Milly

    Les simples : réponses au jeu

    15 – sarriette. (satureia hortensis). Au Moyen-âge, on connaissait ses vertus antiseptiques et stimulantes. La sarriette avait la réputation de réveiller les léthargiques et d’émouvoir le désir de luxure. Paradoxalement, elle symbolisait l’innocence. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

     

    Les simples : réponses au jeu

    16 -  acanthe (acanthus mollis). La confusion était fréquente au Moyen-âge entre l’acanthe et la berce. Ses feuilles, bien célèbres, furent l’un des motifs ornant les chapiteaux des colonnes corinthiennes. En médecine, l’acanthe servait contre les inflammations de la vessie et contre les crachements de sang. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    17 – santoline. (santolina chamaecyparissus) Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    18 – achillée odorante (achillea odorata). Achille ayant été blessé lors du siège de Troie, il appliqua sur sa plaie cette herbe à laquelle son nom resta attaché. Cette plante cicatrisante est l’une des médicinales les plus anciennement utilisées en Europe. Son emploi était entouré de rites magiques. L’achillée odorante est plus aromatique que l’achillée millefeuille, mais on ne les distinguait pas au Moyen-âge. Amer, l jus d’achillée avait aussi des vertus vermifuges. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    19 – cardon (cynara cardunculus). Le cardon est la forme d’origine de l’artichaut. Il appartient à la grande famille des chardons, et on en connaissait plusieurs espèces au Moyen-âge. Bien qu’il soit comestible, il ne devient une plante alimentaire qu’à partir du XV è siècle, et, à cette époque, il a la réputation d’être un mets luxueux. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    20 – arroche (atriplex hortensis). La « bonne dame » des jardins médiévaux est une plante qui fut supplantée par l’épinard à partir du XIII è siècle. Plus douce que ce dernier, l’arroche entrait dans la composition des tourtes, purées, beignets et autres recettes. Cette plante froide et humide combattait les excès d’humeur chaude et sèche. Par exemple, appliquée hachée, elle refroidissait les abcès chauds causés par une humeur colérique. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    21 – Bourrache. (borago officinalis). Condimentaire extrêmement appréciée, elle entra dans la composition de nombreux mets et salades. Elle avait en diététique une bonne réputation. En manger bonifiait le sang, régalait les humeurs, préservait la mémoire, guérissait le cœur… Surtout chez les mélancoliques ! Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    22 – réglisse sauvage (astragalus glycyphyllos). Connue dès la plus haute antiquité, la réglisse était cultivée pour sa racine au 12 è siècle dans plusieurs régions de l’Europe. Le Moyen âge l’employait dans les maladies pulmonaires et gastriques. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    23 – androsème (hypericum androsaemum). L’androsème est un proche parent du millepertuis. Son nom signifie « sang d’homme » car son suc est rouge vif. On lui prêtait des propriétés vulnéraires, mais au Moyen âge on la croyait aussi propre à guérir toute maladie. C’est pourquoi on l’appelait « toute bonne ». Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

    24 – belladone (atropa bella donna). Le nom botanique de cette plante vient d’Atropos, nom de la Parque qui coupe le fil de la vie des mortels. La belladone est en effet très dangereuse, et au Moyen âge, son usage comme hallucinogène et poison s’est développé en sorcellerie. Photo : jardin médiéval du château de Châteaudun.

    Les simples : réponses au jeu

     

     


    2 commentaires
  • Le Conservatoire des plantes médicinales de Milly-la-Forêt est un très beau musée : jardin à l'extérieur et l'ancien séchoir à plantes a été transformé en musée. De nombreuses vidéos pour expliquer la vie des plantes, les bienfaits et méfaits des plantes, les plantes maudites... Des jeux pour reconnaître les odeurs, les utilisations des plantes... Une reconstitution du séchoir. Un alambic.

    Les simples

    Les simples

    Les simples

    Les simples

    Les simples

    Les simples

     

     


    3 commentaires
  • il a plu

    hydrangea :

    Au jardin

    symphorine :

    Au jardin

    Au jardin

    oeillets d'Inde (plants donnés par mon frère. Merci !)

    Au jardin

    roses d'Inde :

    Au jardin

    Au jardin

    céanothe :

    Au jardin

    hortensia :

    Au jardin

    bégonia :

    Au jardin

    Au jardin

    laurier rose :

    Au jardin

    sédum :

    Au jardin

    anémone du Japon :

    Au jardin

    millepertuis :

    Au jardin

    lewisia :

    Au jardin


    votre commentaire
  • Machaon


    1 commentaire
  • Saurez-vous reconnaître ces simples du jardin de la Chapelle Cocteau à Milly, du Conservatoire des plantes médicinales à Milly et du jardin médiéval du château de Châteaudun ?

     

    Solutions ICI

    1 :

    Simples à découvrir

    2 :

    Simples à découvrir

    3 :

    Simples à découvrir

    4 :

    Simples à découvrir

    5 :

    Simples à découvrir

    6 :

    Simples à découvrir

    7 :

    Simples à découvrir

    8 :

    Simples à découvrir9

    9 :

    Simples à découvrir

    10 :

    Simples à découvrir

     

    11 :

    Simples à découvrir

     

    12 :

    Simples à découvrir

    Simples à découvrir

     

    je ne mets pas le n° 13, photo trop floue

    14 :

    Simples à découvrir

    15 :

    Simples à découvrir

    16 :

    Simples à découvrir

    17 :

    Simples à découvrir

    18 :

    Simples à découvrir

    19 :

    Simples à découvrir

    20 :

    Simples à découvrir

    21 :

    Simples à découvrir

    22 :

    Simples à découvrir

    23 :

    Simples à découvrir

    24 :

    Simples à découvrir

     

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique