• Le mariage chez les Hakka

    Il est interdit de se marier avec une personne du même tǔlóu, pour éviter les problèmes dus à la consanguinité. Dans les villages, il y a des marieuses qui connaissent les prétendants des autres villages. Cette pratique existe encore actuellement. Aujourd’hui, quand un garçon décide de se marier tout seul, la marieuse va voir l’autre famille avec les cadeaux. Elle négocie la dot. Les fiancés choisissent ensuite la date du mariage (les horoscopes des futurs mariés doivent être compatibles, s’ils ne sont pas compatibles, le mariage est annulé). La terre ne fait pas partie de la dot : ce sont des bijoux, de l’argent. Il y a 30 ans, c’était un vélo ou un téléviseur. Les parents du garçon donnent l’argent aux parents de la fille pour acheter les objets du futur ménage. La marieuse est payée par les parents du garçon. Si la famille de la fille est satisfaite, elle donne une enveloppe rouge (avec un caractère doré) à la marieuse. Le garçon apporte les cadeaux au domicile de la fille et prend la fille à la place. Tout le monde pleure. Autrefois il y avait un banquet dans chaque famille mais pas un banquet commun. Maintenant ils font le banquet de mariage ensemble. Les invités apportent des enveloppes rouges qui contiennent de l’argent. Les familles aiment mieux avoir une fille car marier une fille coûte moins cher aux parents. Le garçon doit acheter une maison avant le mariage. 

    notre gentille guide, Cindy, m'a donné celle-ci :

    Le mariage chez les Hakka

     

    et j'ai acheté plusieurs enveloppes comme celle-ci à Shanghaï : c'est le signe du double-bonheur Shuāngxǐ . Il est composé de deux fois le signe xǐ qui signifie  joyeux.

    lla légende trouvée sur wikipédia :

    Pendant le règne de la dynastie Tang (618 – 690 et 705 – 907), un jeune garçon était en chemin vers la capitale pour se présenter à un examen impérial dont le meilleur candidat deviendrait ministre à la cour royale. Sur le chemin, il tomba subitement malade. Alors qu'il passait par un village de montagne, il rencontra un herboriste qui l'emmena chez lui. Grâce à ce docteur et sa jeune fille, le jeune garçon récupéra rapidement. Alors quitter la maison de l'herboriste devint difficile pour lui parce qu'il était tombé amoureux de la fille de l'herboriste. Avant son départ, la fille écrivit la partie droite d'un couplet pour le garçon et il promit qu'il allait l'épouser dès qu'il aurait terminé l'examen.

    Heureusement, le jeune garçon réussit l'examen et obtint la meilleure note. L'empereur montra de l'admiration pour la connaissance du garçon. Lors de son entrevue avec lui, l'empereur lui demanda de compléter la partie droite d'un couplet. Soudain, le jeune garçon se souvint de ce que son jeune amour avait écrit. Réalisant que c'était la réponse parfaite au couplet de l'empereur, il répondit avec ces mots. L'empereur était plus que satisfait de cette réponse et bientôt le nomma ministre au sein du tribunal. Il autorisa également le garçon à visiter sa ville natale avant d'entrer au bureau. Le jeune garçon alla directement à la maison de la jeune fille. Il tint sa promesse et ils se marièrent. Le jour de leur mariage, tous deux écrivirent la même moitié droite du couplet qui leur avait porté bonheur. C'est ainsi que le caractère double bonheur est né.

    Le mariage chez les Hakka

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 08:00

    Très poétiques explications Monique

    C'est bien la première fois que je lis que les naissances des filles sont espérées en Chine...

    Bon dimanche

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :