• Le parc Rincon de la Vieja (Costa Rica)

    Jeudi 12 mars

    Je me lève très tôt pour écouter les singes hurleurs et aller photographier quelques oiseaux : des tyrans quiquivi, des geais bleus à face blanche, un troglodyte à nuque rousse.

    Je reconnais un motmot aux plumes de la queue mais il s’envole avant que je puisse le photographier. En attendant le car, je vois encore un coucou écureuil.

    Nous montons dans le car pour nous rendre dans le parc Rincón de la Vieja. Suwany nous raconte la légende de la chamane Curubande. La princesse Curubandá tomba amoureuse du prince ennemi Mixcoa. Son père, le chef Curubandé fit jeter Mixcoa dans le cratère du volcan. De désespoir, la princesse s’installa au pied du volcan pour attendre son amoureux. Elle accoucha et pour que son bébé vive près de son père, elle le jeta aussi dans le cratère. Au fil des ans, la princesse devint une grande chamane (curendera) qui guérissait grâce aux boues volcaniques. Les gens qui allaient la voir disaient « Voy para el rincón de la vieja ». Quand la vieille est mécontente, elle crache de la fumée. Elle doit l’être souvent.

    Nous empruntant le sentier Las Pailas (=les chaudrons), pour un petit circuit de 3 km. Le sentier a été modifié à cause de gros travaux d’aménagement de sorte que nous ne pourrons pas approcher les marmites de boue en raison de l’entrée en activité du volcan il y a deux jours. L’ascension du cratère principal est interdite car l’avant-veille le volcan est entré en éruption en crachant des cendres. De toute façon, cette ascension n’était pas prévue à notre programme.

    Au cours de cette promenade de 3 heures, nous voyons des geais bleus, des singes araignées (atèles)

    , un singe écureuil. Nous allons jusqu’aux fumerolles (105°)

    et au Volcancito qui gronde fortement.

    Le retour se fait par le même chemin. Nous voyons de beaux ficus étrangleurs.

     

    des broméliacées

    on emprunte un pont suspendu...

     

    et, toujours, les singes hurleurs :

    32 cours d’eau prennent naissance dans le Parc. Comme les volcans Rincón et lSanta Maria se trouvent sur la ligne de partage des eaux, certains cours d’eau vont vers la mer des Caraïbes, d’autres vers le Pacifique.

    Sur la route du retour, nous faisons quelques arrêts photos. Je photographie un pachira avec son tronc hérissé de piquants et ses fleurs en plumets orange.

    Fréquemment, nous voyons des panneaux « traversée de coatis, de jaguars… ».

    Nous rentrons à l’hôtel pour déjeuner et passer une après-midi libre : sieste, tri des photos, puis Guy et moi empruntons le pont suspendu, traversons l’enclos aux chevaux et nous passons de l’autre côté.

     

    La zone est désertique et il fait trop chaud, il n’y a pas d’ombre (38°).

    Ne voyant aucun animal, nous rentrons au bungalow en passant par les vasques d’eau chaude.  Il fait trop chaud pour s’y tremper et les massages ne nous tentent pas.

    Nous voyons de beaux geais bleus, des tamatias à front blanc

    et des tyrans quiquivi parmi les alpinias,

    les agaves,

    les kapokiers. J’arrive trop tard pour photographier les conures à front rouge. Des amis me donneront leurs photos. Merci à eux.

     

    Nous terminons la journée par l’écriture des cartes postales pour moi et la piscine pour Guy. 


  • Commentaires

    1
    Jeudi 9 Juin 2016 à 22:33
    Merci Monique pour cette belle balade dans le Parc Rincon de la Viega Bisous bisous
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :