• Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Dans le bus, Shelindrah nous donne les instructions : Il ne faut prendre que l’appareil photo et le porte-monnaie. Sont interdits (sous peine de ne pouvoir entrer !) : les bonbons, fruits, chocolat, chewing-gum, médicaments, couteaux,  briquets, allumettes, cigarettes, piles, batteries externes, lampes torches, ciseaux… Heureusement le carnet et le crayon sont autorisés. Le car nous arrête assez loin de l’entrée. La brume matinale a disparu. Il faut faire la queue, il y a beaucoup de monde, il n’est pourtant que 9 heures. Les hommes sont d’ans une file, les femmes de l’autre. C’est très stressant d’être ainsi étouffé par la foule qui s’agglutine entre les barrières de chaque côté d’un étroit couloir. Et de se demander ce qu’on a encore dans les sacs et qui sera interdit. Zut ! j’ai oublié quelques médicaments dans mon sac, heureusement, ils passeront quand même ! Nous apercevons le dôme au-dessus des murailles. 

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    On passe enfin à la fouille, un détecteur ne fonctionne pas, ce qui augmente encore la difficulté d’entrer. On nous donne une bouteille d’eau, c’est une bonne idée, il fait déjà chaud.

    Ouf ! Nous entrons par la porte ouest et arrivons sur une grande place, la jilaukhana.

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Avant d’arriver à la Grande Porte, on aperçoit le mausolée mais pas complètement, il ne se dévoile que peu à peu, comme une femme qui ôte son voile tout doucement. La Grande Porte est décorée de sourates. On dit que les 22 petits dômes qui la surmontent indiquent que les travaux durèrent 22 ans.

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Et tout à coup, c’est l’émerveillement !

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Il a fallu 22 ans de travaux pour construire ce rêve de marbre, 20 000 ouvriers y travaillaient jour et nuit, 10 000 calèches et 1000 éléphants transportaient les matériaux. D’autres mausolées et une mosquée ont été construits après autour du mausolée principal. Les murs sont éclatants de blancheur avec des sculptures ton sur ton et des incrustations élégantes de semi-précieuses (36 variétés ont été utilisées : cornaline, jaspe, topaze, quartz, turquoise, malachite (importée d’Afrique du Sud), onyx, jade (Inde), agate, œil-de-tigre (Inde), lapis-lazulli (Afghanistan). Les lignes sont épurées, parfaites de symétrie. Pour stabiliser le sable de la berge, des puits ont été creusés et remplis de bois d’ébène qui a gonflé. On a élevé une plate-forme à 22 pieds de haut. Le mausolée est constitué de 4 chambres octogonales en marbre sur brique et 4 chambres rectangulaires en marbre massif. Les minarets sont inclinés à 89+ de façon qu’ils tombent à l’extérieur en cas de tremblements de terre. Le pinacle pèse 130 kg et mesure 12,5 m ; à l’origine, il était en or massif, maintenant il est en bronze. Autrefois, il y avait des arbres devant le mausolée.

    De chaque côté du mausolée, se trouvent deux édifices identiques : à l’ouest la mosquée en activité

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

     

    et à l’est le Naddar Khana (maison d’invités).

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Les pelouses sur lesquelles se promènent des perruches, sont parfaitement balayées. Le jardin est un chahâr bâgh, jardin persan, traversé par les quatre rivières du Paradis.

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

     Heureusement, tous les échafaudages avaient été enlevés. Contrairement ce qu'annonçait "la république du centre" quelques jours avant, il n’en restait que quelques-uns sur le Naddar Khana.  

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Shâh Jâhan (son nom de prince était Khurram) a fait construire le mausolée pour sa troisième femme, Arjumand bânu Begum (ou Mumtaz Mahal). Elle mourut en 1531. C’était son épouse préférée, elle le suivait partout et il l’épuisa en lui faisant 14 enfants en 19 ans. Elle mourut à la naissance de Gauhar Ara Begum. On a d’abord enterré Mumtaz à Burhanpur. Le mausolée était prévu à Burhanpur mais a été finalement construit à Agra, plus près des carrières de marbre de Makrana. Shâh Jâhan mourut en 1658 et rejoignit sa femme dans le mausolée.

    À la construction, le mausolée avait un autre nom mais quand les Britanniques sont arrivés en Inde, ils n’arrivaient pas à prononcer le roi de l’impératrice et disaient Moutaj Mahal, ce qui a donné Taj Mahal.

     Les minarets ont été copiés sur le mausolée d’Akbar à Agra, le double dôme s’est inspiré du tombeau d’Humayun (l’arrière-grand-père de Shâh Jahan), les incrustations ressemblent à celles du petit Taj.

     le minaret nord-est :

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Nous l’approchons par une allée à l’ouest, là où il y a moins de monde,

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    nous arrivons à la terrasse et là nous prenons vraiment la dimension de l’édifice. Nous sommes tout petits à côté ! Nous enfilons des chaussons en plastique pour accéder à la terrasse et nous faisons la queue pour entrer dans le mausolée où trônent les cénotaphes (les corps ne sont pas là mais dans la crypte) de Shâh Jahân et de son épouse Mumtaz. Les cénotaphes sont décorés d’incrustations selon la technique de la pietra dura.

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    On dit que Shâh Jâhan voulait construire, de l’autre côté de la Yamuna, un mausolée noir pour lui et construire un pont en argent massif (ou en marbre blanc d’un côté et marbre noir de l’autre) entre les deux bâtiments. C’est une légende, ce mausolée n’a jamais existé.

    la Yamuna :

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

     

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    Le Taj Mahal, rêve de marbre

    On dit que Shâh Jâhan fit couper les mains des artistes qui ont travaillé sur le mausolée, en réalité, on leur demandait de trouver un autre métier.

    Il faut repartir, à regret. Le Taj Mahal est victime de son succès, il y eut jusqu’à 70 000 personnes certains week-end. Il est actuellement limité à 40 000 personnes par jour (pour les Indiens qui paient environ 50 centimes, pas pour les touristes qui paient 15 euros !)

    Je me doutais que ce monument était beau mais je ne me doutais pas que c'était à ce point. Quelle émotion !

    Un site pour tout savoir sur le Taj Mahal : clic sur ce site 


  • Commentaires

    1
    Dom
    Dimanche 14 Octobre à 22:15

    J'ai eu cette même impression que toi en passant cette porte et en voyant ce monument !!!

    Quelle merveille !!!!

    Nos voyages nous permettent de voir beaucoup de beaux monuments, de beaux paysages, mais là je pense que c'est le summum !!! Je m'y suis sentie comme dans un rêve.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :