• Louang Prabang : le palais royal

    Le palais royal (Haw Khan)

    Le Palais a été construit en 1904, sous le protectorat français, pour le roi Sisavang Vong (1885-1959). La statue de ce roi se trouve dans le jardin du palais.

    Louang Prabang : le palais royal

    En 1959, son fils Savang Vatthana  lui succède jusqu’en 1975, date de proclamation de la République Démocratique du Laos. La famille royale est envoyée en camp de rééducation et le Palais transformé en musée en 1995. Rien n’a été détruit sous le régime communiste. Les statues des rois sont toujours là. Les communistes étaient bouddhistes et pratiquent encore.

    Vic nous raconte l’histoire de la famille royale, jette un œil derrière lui pour voir s’il y a des micros. Le prince héritier abdique et va dans le nord, sa belle-fille enceinte reste et envoie ses fils en Australie.

    Cette région a reçu 2 millions de bombes , la moitié reste encore. Les opérations de déminage se poursuivent grâce à une somme donnée  par Obama.

    Au-dessus de la porte du palais : l’éléphant tricéphale Erevan (ou Airavata, en sanskrit). C’est la monture d’Indra et l’un des produits résultant du barattage de la mer de lait. Sur les armoiries du royaume du Laos, il représente les trois royaumes, du nord, du centre, du sud. Les nagas représentent le peuple et les parasols, le pouvoir

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    le char qui servait à transporter le Phra Bang :

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Nous ne pouvons pas prendre de photos à l’intérieur du musée et nous laissons nos chaussures, canne, sacs, appareils photos au vestiaire.

    Voici un descriptif de ce qu'il y a dans le musée. Cela rappellera peut-être des souvenirs à ceux qui l'ont visité.

    Salle du protocole :

    Elle renferme d’anciens bouddhas en bois doré. Des Bouddhas ont été trouvés dans des fouilles, ils avaient été enterrés lors des pillages. Le patriarche des moines s’asseyait sur la chaire à prêcher (qui date de 1965) et la famille royale se tenait devant, les mains jointes, en signe de respect.

     Salle de réception :

    Le roi y recevait les ambassadeurs

    Des peintures datant de 1930 ont été réalisées par Alix de Fautereau : maison lao des plaines, rivière Khan, éléphants (procession avec le roi), cérémonie d’ordination des nouveaux moines sur palanquins, (ils font 3 tours du temple), fête de l’entrée du carême bouddhique, marché du soir, heure de prière des moines

    Panneaux en bois sculpté doré raconte un épisode du Ramayana, l’histoire de Sita kidnappée par le démon Ravana et délivrée par son mari Rama (avatar de Vishnou) aidé par Hanuman, général de l’armée des singes.

    Armoire aux manuscrits, urne à cendres, bustes des rois Oun kham (1807-1895) dont le règne s’achèvera par le protectorat français) et Sisavang Vong

    Rangée de tambours khamu en bronze (musique traditionnelle), il  sont creux. Sur le dessus est représenté le soleil au centre et tout autour en cercles concentriques : la vie (des oiseaux, des poissons, des fleurs). Autour, les grenouilles sont amovibles ; selon leur nombre, elles donnent le pourcentage de récoltes qui sera perçu par le roi, à qui appartient la terre.

    Salle du trône :

    Les murs sont rouges aux moulures dorées. La décoration (mosaïque de verres, comme au Vat Xieng Thong) datant de 1967 représente la mythologie lao : Eléphant bleu avec le roi, fêtes des bateaux sur la rivière Khan, fête de fin de carême avec les radeaux illuminés sur l’eau.

    Collection de bouddhas en or, en cristal qui viennent de l’ancien stupa pillé par les Pavillons noirs.

    Trônes en bois de rose doré du Roi et de la Reine (parasol, éléphant tricéphale, naga)

    Dans le corridor, des tableaux racontent la légende du prince Wetsantara, dernière réincarnation de Bouddha. 

    Salle de réception de la Reine et salle de réception du roi :

    Tableau du Prince héritier, il nous suit des yeux, comme la Joconde

    Chambres à coucher, salle à manger, bibliothèque, salle de musique

    Habits du roi et de la reine, masques du Ramayana

    La chapelle royale (Haw Pha Bang)

    Elle a été construite pour contenir le Pha Bang (Bouddha d’or fin). Elle a été terminée il y a 7 ans. Nous ne pouvons pas photographier l’intérieur ni entrer mais nous pouvons regarder la statue depuis la porte. Il faut enlever ses chaussures pour monter l’escalier extérieur.

     

    Le Bouddha d’or fin mesure 83 cm et pèse 43 kg. Selon la légende, il a été fondu à Ceylan au VIII è siècel, offerte au roi khmer Indravarman I (le bâtisseur d’Angkor) puis à Fa Ngum et elle arriva à Louang Prabang en 1359. Ensuite, elle fut transportée à Bangkok (en même temps que le Bouddha d’émeraude sui, lui, y resta) puis revint à Louang Brabang où elle fut exposée dans le Vat Visoun puis au palais royal. 

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

     

    naga :

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal

     

    Louang Prabang : le palais royal

    Louang Prabang : le palais royal


  • Commentaires

    1
    chantal
    Dimanche 26 Mars à 09:04

    MERCIiiiiiiiiiiiiiiii !!! passionnant et superbe !

    2
    Dimanche 26 Mars à 10:26

    Que de beautés et de richesse.

    Bon dimanche - bisous bisous

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :