• Naqsh-e Rajdab

     

    À trois kilomètres de Persépolis, se trouve le Naqsh-e Rajdab. C’est un ensemble de quatre bas-reliefs sassanides du III è siècle, représentant trois scènes royales. Pourquoi ont-elles été installées dans cet endroit désert ? Pour l’éducation des masses ?

    Naqsh-e Rajdab

     

    En face de nous, bas-relief de l’investiture d’Ardachîr I (224-241), fondateur de la dynastie des rois sassanides : de gauche à droite Shapur, prince héritier qui régnera à la suite du roi Ardachîr, a la main devant la bouche en signe de respect. Un serviteur avec un chasse-mouche abrite le roi Ardechîr qui reçoit le pouvoir d’Azura Mazda sous forme du farshang (ou cydaris, anneau du pouvoir) et du diadème. Le dieu Ahura Mazda porte dans sa main gauche le barsom (un fagot de baguettes de grenadier destiné au feu sacré) et porte une couronne crénelée. Le roi Ardachîr est coiffé d’un chignon, le korymbos (c’est la grosse boule au-dessus de sa tête). Aux pieds du roi : à gauche Hormizd, fils de Shapur et à droite une divinité ou un fidèle d’Ahura Mazda.

     

    Tout à droite, deux femmes : la femme ou la mère d’Ardachîr (?) suivie d’une servante coiffée

     

    d’une sorte de bonnet phrygien terminé par une petite tête de chèvre.

    Naqsh-e Rajdab

    Naqsh-e Rajdab

     

    Le relief nord, à gauche du site, raconte la parade de Shapur I, deuxième roi sassanide (240-272). Shapur fit assassiner Tiridate II, roi d’Arménie. Les princes héritiers Khosrov et Tiridate se réfugient chez les Romains. L’empereur Valérien marche contre Shapur mais est fait prisonnier. Shapur était tolérant en matière de religion et protégea le prophète Mani, fondateur du manichéisme.

     

    Sur le bas-relief, on voit Shapur I. On distingue sa couronne et son chignon (le korymbos) . Le cheval est richement orné de pompons et de rubans. Derrière le roi, il y a huit personnages : les trois princes, barbus (le premier est sans doute le prince héritier Hormizd) et des nobles. Les visages ont été martelés après la conquête arabe. Sur le poitrail du cheval, une inscription en pahlevi, vieux persan et grec.

     

    Naqsh-e Rajdab

     

    Relief sud : l’investiture de Shapur I se fait à cheval. Le roi ne porte pas le korymbos. Il reçoit le farshang et le diadème des mains d’Ahura Mazda.

     

    Naqsh-e Rajdab

    Naqsh-e Rajdab

     

    À gauche de l’investiture d’Ardachîr, un bas-relief représente Kartir, le grand-prêtre zoroastrien. Il a la main levée et l’index recourbé, en signe de respect. Il a été grand-prêtre sous les règnes de Shapur I, Hormizd I , Bahram I et Bahram II. Sur l’inscription, en moyen-perse, il dit avoir affermi la religion, établi de nombreux autels du feu, renforcé la présence des sages et puni les hérétiques (adeptes de diverses religions, manichéisme, judaïsme, christianisme, bouddhisme, zervanisme), par le feu et par l’épée.

     

    Naqsh-e Rajdab

     

    Naqsh-e Rajdab

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :