• Une très belle expo, à voir au musée Maillol jusqu'au 15 juillet.

    Mes photos ne sont pas très belles, prises sans flash évidemment. Nous avons beaucoup aimé les peintures en blanc et gris... Une finesse extraordinaire dans les traits à l'encre, à l'aquarelle, à l'huile.

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    l'atelier de Soutine :

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    Fernande :

     

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    Expo Foujita au musée Maillol

    une sculpture de son ami Zadkine :

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    Youki :

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    Madeleine :

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    la chute des Titans :

     

    Expo Foujita au musée Maillol

     

    de grandes compositions :

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    avec Madeleine, il entreprend un long voyage en Amérique latine. Sa malette de voyage et son appareil photo :

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    En 2010, à Chamerolles, il y avait eu une très belle exposition Foujita, avec également des tableaux de ses amis du Montparnasse :

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol

    Expo Foujita au musée Maillol


    1 commentaire
  • Avons d'aller à La Ruche, nous sommes allés au parc Georges-Brassens.

    Le parc Georges-Brassens, dans le XIVè, a été aménagé en 1985 à l’emplacement des anciens abattoirs de Vaugirard. Ces abattoirs bovins, ovins et chevalins ont été ouverts à la fin du XIX è siècle et démolis dans les années 1930. De ces abattoirs subsistent :

    trois bâtiments : le bâtiment de la vente à la criée a été agrémenté d’un bassin pour donner un air maritime au parc (le beffroi du bâtiment ressemble à un phare)

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    la halle aux chevaux, construite dans le style Baltard, sert actuellement le week-end de marché aux livres anciens et d’occasion

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    le hangar à fourrage abrite maintenant une crèche

    Il reste aussi les portes monumentales d’entrée des abattoirs ornées de grandes statues de taureaux (œuvre de Isodore Bonheur, le frère de Rosa),

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    d’une tête de cheval.

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

     

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    une fontaine Wallace :

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

     

    Le parc porte le nom de Georges Brassens qui habitait tout près de là, d’abord rue Florimond puis rue Santos-Dumont.

    Le parc est construit sur un dénivelé. Il s’y trouve un rucher

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    et à côté 700 pieds de vigne (les abattoirs avaient été construits sur des vignes). Les bouteilles sont vendues aux enchères au profit des œuvres du quartier.

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

     

    En bordure du parc, se trouve la ligne de Petite Ceinture. Elle servait pour l’acheminement des animaux et est en cours d’aménagement pour en faire un parcours de randonnée.

    D’autres sculptures ornent le parc : « le porteur de viande » d’Albert Bouquillon,

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    un buste de Brassens, « l’âne » de François-Xavier Lalanne (je n’ai pas vu ces deux dernières).

    Le théâtre Silvia-Monfort (Le Monfort) y est installé depuis 1989. La première fois que j’ai vu Silvia Monfort, immense actrice, c’était au cinéma « Les Misérables » et don rôle d’Éponine m’avait époustouflée.

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens

    De l’autre côté de la rue, il y a une boulangerie. Virginie nous dit que le pain de mie y est divin.

    Les anciens abattoirs de Vaugirard et le parc Georges-Brassens


    2 commentaires
  •  La semaine dernière, Virginie, notre conférencière, nous a entraînés dans un quartier du 15 è.

    La rue Santos-Dumont, près du parc Georges Brassens (XVè) :

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    Au 42 de cette rue, habita Georges Brassens, après son départ de sa maison rue Florimond.

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    À l suite de la rue Santos-Dumont, se trouve la Villa Santos-Dumont, une jolie rue bordée d’anciens ateliers d’artistes (Zadkine et François Léger y habitèrent). Autrefois, cette rue était habitée par une population modeste. Maintenant les maisons valent 10 000 € le m². C’est une impasse.

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    la maison de Zadkine :

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    Nous nous rendons ensuite à La Ruche, une cité d’artistes, 2, rue de Dantzig. Pour entrer, il faut taper le code, l’entrée coûte 2 €.

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    En 1902, le sculpteur Alfred Boucher (dont Camille Claudel fut l’élève à Nogent-sur-Seine) acheta des éléments de l’exposition Universelle de 1900 : les caryatides du pavillon Indonésie, le pavillon du vin de Bordeaux (structure de Eiffel),

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    la grille d’entrée du pavillon des femmes.

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    Il réinstalla ces bâtiments dans ce quartier populaire pour y loger des artistes pauvres, beaucoup venaient de l’est de l’Europe. Il y avait 100 ateliers assez petits. S’y installèrent Modigliani, Soutine, Brancusi, Fernand Léger, Marie Laurencin, Archipenko, Zadkine, Chagall, Henri Epstein, Chapiro, Kisling, Apollinaire, Max Jacob, Blaise Cendrars et bien d’autres. Les abattoirs de Vaugirard se trouvaient tout près de là, ce qui donne à Soutine l’idée de son célèbre « bœuf écorché ». Les Russes cuisinaient du ragoût … de chat et invitaient Fernand Léger. Soutine vivait là dans la plus grande indigence.

    maintenant ce chat n'a plus rien à craindre !

     

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    Il y avait aussi un théâtre où Louis Jouvet a fait ses débuts, en compagnie de Marguerite Moreno, Jacques Copeau.

    En 1965, le domaine a failli être vendu, tout était délabré mais Malraux et Chagall ont réussi à éviter la destruction et les ateliers ont été agrandis. Une cinquantaine d’artistes sont locataires à plus moins long terme. Parmi eux Ernest Pignon-Ernest, Philippe Lagautrière (qui occupe l’atelier de Chagall), Léonard Leoni, Reinaldo De Santis, Simone Dat qui vient juste de décéder… Certains y sont nés et y habitent toujours. 

    Un joli jardin :

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    l'atelier de Reinaldo Da Santis

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    une sculpture d'Alfred Boucher "Au but"

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    au dernier étage de la rotonde :

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    où il y a l'étiquette, l'atelier de Philippe Lagautrière (et de Chagall)

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

     

    une fresque de Ernest Pignon-Ernest vue à l'expo au crédit municipal urbain en 2015

    La Ruche, cité d'artistes à Paris

    une vidéo trouvée sur le net qui vous montre l'intérieur de l'atelier de Lagautrière et de léonard Leoni :


    3 commentaires
  • 1 – demi-franc d’Henri IV (1606)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    2 – quadruple louis d’or de Louis XIII (1640)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    3 – louis d’or à  la mèche courte de Louis XIV (1643)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    4 – écu d’or au soleil de louis XIV (1645)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    5 – double louis d’or au soleil de louis XIV (1711)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    6 – louis d’or à la croix du Saint-Esprit de Louis XV (1718)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    7 – écu au bandeau de Louis XV (1740)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    8 – double louis d’or au bandeau de Louis XV (1748)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    9 – louis d’or constitutionnel (1793). Après 1791, le portrait du roi est conservé, mais il n’est plus roi de France et de Navarre, mais Roi des Français. Le 21 septembre 1792, la république est proclamée mais des monnaies au profil du roi sont encore frappées jusqu’en 1793 (guillotiné en janvier 1793). Au revers : le génie de la Constitution, gravant l’inscription « CON/TUTION) sur une table posée sur un autel cylindrique. Il est inscrit « an V de la Liberté ». Par la suite,(le calendrier républicain a été mis en place en 1792. Sur la gauche, on voit le bonnet phrygien. Le coq, utilisé depuis l’Antiquité pour désigner les Gaulois, est popularisé par la Révolution de 1789 puis de 1830.

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    10 – pièce de 100 francs en or, de Napoléon III (1859).

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    11 – pièce de 100 francs en or, de Napoléon III (1867)

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    12 – pièce de 100 francs or de la III è République (1881). Représentation du Génie de la France gravant le mot CONSTITUTION ; à gauche, le faisceau de licteur surmonté d’une main.

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne

    13 – pièce de 20 francs or de la III è République (1904). Marianne coiffée d’un bonnet phrygien t d’une couronne de feuilles de chêne.

    Exposition "l'or du pouvoir" Ancien régime et époque moderne


    1 commentaire
  • Epoque médiévale et Renaissance

    1– sceau à l’effigie de Louis VII le Jeune (1137-1180)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    2 – denier d’or à la masse de Philippe IV le Bel (1296). Le mot « masse » désigne le sceptre.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

     

    3 – agnel d’or de Philippe IV le Bel (1311)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    4 – royal d’or de Jean II le Bon (1359)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    5 – franc à cheval en or de Jean II (1360).C’est avec Jean II le Bon qu’apparaît le premier franc appelé « franc à cheval ». Il a été créé pour payer la rançon de Jean II le Bon, prisonnier des Anglais entre 1356 et 1360, après la bataille de Poitiers (1356). Toutes les monnaies anciennes sont fondues pour son émission. La rançon était de 3 millions d’écus d’or (environ 12,5 tonnes d’or) et des concessions territoriales. Sur la pièce, Le roi galope, portant une épée et un heaume.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

     

    6 – franc à cheval du Dauphiné en or de Charles V (1364)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

     

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    7 – franc à pied de Charles V (1365) Charles V assure la régence pendant la captivité de son père. Il continue le franc à cheval au début de son règne puis fait frapper en 1364 le franc à pied où le souverain est debout sous un dais gothique.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    8 – deux pions de trictrac : à gauche, en bois de cerf ; à droite, en os.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    9 – toupie et toton. Le toton, jeu de hasard, est une toupie formée d’un petit carré de dé traversé par un pivot. Quand il retombe, on lit sur la face apparente soit le nombre de points, soit une lettre qui indique en latin P pour pone (mettez), A pour accipe (recevez), D pour da (donnez), T pour totum (tout). C’est le T qui gagne.

     

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    10 – dés à jouer. La plupart des dés étaient en os car l’ivoire était cher. Ils mesurent moins de 1 cm. Au Moyen-âge, le 1 est opposé au 2, le 3 au 4 et le 5 au 6.

     

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    11– jetons.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    12 – figurines en terre cuite glaçurées, caractéristiques du XVI è siècle.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

     

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)

    13 – Objets trouvés en 1983, lors de la construction du bloc d’ophtalmologie de l’Hôtel-Dieu. Ils proviennent d’un dépotoir à vaisselle du XVI è siècle. à gauche, pichet dit « a sgraffiato » : céramique à double engobe dont le décor gravé laisse apparaître la couche colorée inférieure. Cette technique originaire d’Italie est pratiquée dans le Beauvaisis. Les décors incluent maximes ou adages. Ici, la devise de la monarchie britannique « Dieu est mon droit ». A droite : lampe à huile sur pied tourné en céramique jaune et vert.

    Exposition "l'or du pouvoir" (époque médiévale)


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique