• Politique interne en Arménie

    les premières armoiries datent de la première république arménienne : 1918-1920. Les armoiries actuelles, créées en 1992, sont une version remaniée de ces premières armoiries créées par Alexandre Tamanian.

     

    Sur l’écusson, sont représentées les quatre dynasties (de gauche à droite et de haut en bas : Bagratides, Arsacides, Artaxiades et Roupénides) et au milieu le Mont Ararat surmonté de l’Arche de Noé. En dessous : une chaîne brisée (l’indépendance), des épis de blé (le travail), une épée (force de la Nation), une plume (héritage culturel et intellectuel)

     

    Les couleurs sont celles du drapeau arménien.

     

    L’écusson est entouré du lion et de l’aigle.

     

    Pendant la période soviétique (1920-1991), les dynasties n’étaient pas représentées et le Mont Ararat était surmonté de la faucille et du marteau.

     

    Politique interne en Arménie

     

     

    photo internet : mmons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7975730

     

    En 2015, l’Arménie est passée du régime présidentiel au régime parlementaire, suite à un référendum constitutionnel.

     

    De 1991 à 2015, le Président était élu au suffrage universel. Pour être Président, il fallait être âgé d’au moins 36 ans, être citoyen arménien depuis au moins 10 ans et avoir vécu en Arménie pendant cette période. Les trois Présidents ont été : Levon Ter-Petrossian, Robert Kocharyan, Serge Sarkissian et, depuis 2018 Armen Sarkissian. Avant 2015, ils étaient élus pour 5 ans. Un ancien président pouvait se représenter une troisième fois après une rupture de 5 ans.

     

    Depuis 2015, le Président est élu par les députés, pour un mandat de 7 ans, non renouvelable. Il doit être âgé d’au moins 40 ans, ne pas avoir eu de citoyenneté autre qu’arménienne au cours des six années précédentes et avoir résidé dans le pays pendant cette même durée. Les candidats doivent recueillir le soutien d’au moins un quart des députés. La fonction du Président est honorifique, c’est le premier ministre qui détient le pouvoir exécutif.

     

     L’Assemblée Nationale est monocamérale, il n’y a pas de Sénat au-dessus. Elle nomme également le Procureur national pour 6 ans.

     

    Avant 2015, il y avait 131 députés, 75 élus au système majoritaire et le reste au système proportionnel. Maintenant, tous les députés sont élus au système proportionnel (le seuil est 5%, ou 6 % si plusieurs partis sont ensemble).

     

    Il y a 79 partis politiques mais seulement 4 sont historiques, les autres se sont formés plus tard. Le président de la République ne représente aucun parti.

     

     Le premier ministre (depuis 2018 : Nikol Pachinian) est nommé par le Parlement pour 5 ans. Autrefois, il y avait 17 ministères, maintenant 12.

     

    Le pouvoir judiciaire actuel est en cours de réforme.

     

    Pourquoi les Arméniens ont-ils fait un référendum et la Révolution en 2018 ? Le président, Serge Sarkissian, bon joueur d’échecs, a essayé de jouer pour rester au pouvoir pour encore 10 ans, en étant premier ministre. En 2015, il décide de faire un référendum pour transformer le régime semi-présidentiel en régime parlementaire, manœuvre destinée à rester au pouvoir plus longtemps. Sarkissian ne pouvait plus être président puisqu’il avait fait deux mandats mais la fonction de Premier Ministre pouvait lui permettre de rester au pouvoir et d’être chef de l’exécutif. Effectivement, en 2018, à l’issue de son deuxième mandat, Sarkossian fut nommé Premier ministre par le Parlement car son parti, le Parti Républicain, était majoritaire, d’autant qu’il était allié au parti Dachnak. De ce fait, Sarkissian fut élu à 77 voix contre 17. Mais les Arméniens reprochaient à Sarkissian de ne pas avoir lutté contre la corruption et manifestèrent, conduits par le député Nikol Pachinian qui fut arrêté. Finalement, Sarkissian démissionna et Nikol Pachinian devint premier ministre.

     

    Dans l’ensemble, les partis politiques sont plutôt conservateurs. La notion gauche-droite n’est pas appliquée en Arménie. Sous la période soviétique, le parti Dachnak était considéré comme nationaliste, il militait pour le réveil de l’identité nationale pour retrouver l’indépendance du pays (cela ne correspond pas au nationalisme de Le Pen). Il n’y a pas de parti religieux. Il y a des partis pro-russes, pro-arméniens, pro-européens. L’armée n’intervient pas dans les affaires du pays.

     

    La peine de mort est abolie depuis 2003. Les prisons à vie sont chargées.

     

    Les ethnies :

     

    il y a 96 % d’Arméniens et 4 % d’ethnies diverses :

     

    les Yezidis, environ 80 000, élèvent des moutons. Linguistiquement, ce sont des kurdes mais ils ne sont pas musulmans. Ils sont arrivés en Arménie en 1920, persécutés par les musulmans. Leur religion prend ses sources dans le zoroastrisme. Elle a aussi des aspects chrétiens et des aspects musulmans. Mais ils n’ont pas de tours du silence, ils mettent les morts dans des sarcophages en ciment qu’ils déposent dans des petits mausolées qui ont un trou au sommet (pour que les rayons du soleil pénètrent). Leurs rites semblent très étranges et ils sont encore victimes de génocides.

     

     Les Russes. Parmi eux, il y a les Vieux Croyants (équivalent des Amish). Ils sont arrivés au XIX è siècle, surtout dans la région du lac Sevan et de Dilidjan. Ce sont des chrétiens mais ils n’ont pas d’églises. Ils se réunissent dans un champ, ou un appartement. Ils n’ont pas d’objet d’adoration. Ils vont à la messe une fois par an, à Pâques. Ils ne boivent pas d’alcool, ne fument pas, portent la barbe, les femmes se couvrent les cheveux. C’est une société très fermée. On pense qu’il y en a 20 000 à 25 000 en Arménie. On les appelle aussi « malakan » (= buveurs de lait). Ils mangent beaucoup de chou.

     

     Il y a aussi des Iraniens (ils vont à la Mosquée bleue d’Erevan), quelques Grecs, des Ukrainiens, des Assyriens, très peu d’Azéris.

     

    L’immigration indienne (surtout des femmes) commence (environ 2500 personnes).

     

    Les minorités disposent de 4 sièges au Parlement.

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Septembre 2019 à 07:15

    Les femmes votent elles ?

      • Dimanche 29 Septembre 2019 à 08:47

        oui, depuis 1918 ou 1921, j'ai trouvé les deux dates. En revanche, en Iran, c'est 1963.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :