• Ah ! cela fait du bien !

    une petite promenade :

    Une belle journée !

    Une belle journée !

    Une belle journée !

     

    des galles :

    Une belle journée !

    dans le jardin, Nuage se réchauffe 

    Une belle journée !

    Une belle journée !

    Une belle journée !

     

    corête du Japon

    Une belle journée !

     

    mahonia 

    Une belle journée !

     

    les pensées ont passé tout l'hiver dans le bac :

    Une belle journée !

    Une belle journée !

    elle a été plantée il y a 12 ans. Depuis, jamais de fleurs (ou une seule année, elle a daigné faire 7 fleurs).

    Tous les ans, nous avions ça :

    Une belle journée !

    Et cette année !!! :

    Une belle journée !

     

    Une belle journée !


    1 commentaire
  • Dimanche, nous avons vu un très beau spectacle, récompensé aux Molières 2017 (meilleur spectacle musical).

    1 h 45 de bonheur. L'accordéoniste jouait dans ses murs puisqu'il habite Malesherbes. Il avait un accordéon spécial qui permet d'imiter le piano, bateau, train, téléphone...)


    1 commentaire
  • À midi, avant la visite des temples jaïns de Ranakpur, nous avons la joie de déjeuner en plein air dans un restaurant au milieu d’un beau parc. Les toilettes sont très accueillantes.

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Un petit autel.

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Deux dames cuisinent devant nous les galettes et se prêtent au jeu des photos.

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant

    Entre Jodhpur et  Ranakpur, au  restaurant


    3 commentaires
  • Nous sommes réveillés tôt le matin par le chant des moines dans les temples.

    À côté de l’hôtel, une dame, vêtue de rouge, voile devant le  visage, fait le tour d’un arbre, l’étreint, fait ses offrandes et s’en va ? Était-ce une Bishnoï ? C’est la région.

    Autour de Jodhpur, certains habitants font partie de cette communauté vishnouïte. Bishnoï veut dire 29 (bis=20, noï=9). Ils obéissent à 29 règles édictées par le gourou Jambeshurar dit Jambhyi (1451-1536) qui dit se réincarner indéfiniment dans les chinkaras (antilopes du désert du Thar), comme la déesse Karni Mata se réincarne en rats. Parmi les 29 règles, il y a : ne pas voler, dénigrer, mentir, être compatissant, ne pas détruire les arbres, ne pas consommer d’alcool, de tabac, d’opium, ne pas manger de viande, ne pas utiliser de vêtements bleus (l’indigo provient d’une plante). C’est la partie supérieure des végétaux qui doit être consommée afin de ne pas faire mourir la plante.  Ils inhument simplement leurs défunts pour ne pas gaspiller de bois pour la crémation et le cercueil.

    En 1730, le maharaja Ajit Singh envoya des hommes couper des arbres Khejra (Prosopis cineraria, arbre sacré pour les hindous) pour agrandir son palais. Une femme, Amrita Devi, entoura un arbre de ses bras, bientôt imitée par d’autres personnes de la communauté. Les soldats massacrèrent ce jour-là 363 personnes. En 1997, l’acteur Salman Khan tua à la chasse deux antilopes. La communauté bishnoï s’enflamma et l’acteur fut codamné à 5 ans de prison. Les femmes bishnoï allaitent les antilopes. Irène Frain a écrit un livre qui s’appelle « la forêt des 29 ».  

    Nous nous arrêtons au temple de la motocyclette, sur la route qui va de Jodhpur à Pali, près du village de Chotila. En 1988, Om Singh Rathore (dit Om Banna), ivre, percuta à moto (une Royal Enfield Bullet 300) un arbre et mourut. La police emmena la moto au poste mais le lendemain la moto était retournée sur les lieux de l’accident. On enchaîna la moto, vida le réservoir et ramena la moto au poste. La moto retourna sur les lieux de l’accident. Les gens décidèrent alors de construire un temple à cet endroit pour adorer la moto.

    Au milieu de la route, l’arbre est toujours là, tout sec, avec des offrandes.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

     

    Mais comme c’est dangereux d’y accéder, les gens accrochent des chiffons rouges sur un autre arbre.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    On pénètre dans le temple pieds nus.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    Comme nous n’avions pas envie de nous déchausser, nous sommes passés sur le côté pour monter sur une terrasse.

    De là, nous voyions les gens brûler des bâtonnets d’encens devant le portrait de Om Banna

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

     

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    puis s’incliner devant la moto, appelée maintenant Bullet Baba, décorée de fleurs, de rubans (elle est maintenant dans une cage de verre).

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    Les offrandes, ce sont des fleurs, mais aussi des bouteilles d’alcool. Sur la photo, à droite, on voit un homme avec une bouteille d'alcool.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    Il y a beaucoup d’animation, des musiciens.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

     

    on sonne la cloche pour avertir le dieu que les dévots arrivent

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De la terrasse, nous avons aussi une belle vue sur les monts Aravalli.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette

     

    ils vendent des porte-bonheur à accrocher aux voitures, aux camions ou aux motos.

    De Jodhpur à Udaipur, le temple de la motocyclette


    1 commentaire
  • Marie m'a envoyé hier un poème qu'elle a écrit avec son amie Audrey :

    Tous différents

    Lui,

    Il n'a que 10 ans,

    Il n'a jamais vu le monde,

    Ce n'est qu'un enfant,

    Rejeté de la ronde.

     

    Il ne peut pas les voir,

    Et c'est tant mieux pour lui,

    Car dans son désespoir,

    Il supporterait mal les moqueries.

     

    Elle,

    Dans ce monde d'inégalité,

     La femme souvent inférieure,

    Ne cesse de se faire rabaisser

    Mais lutte pour un monde meilleur.

     

    Elle voudrait être égale à eux,

    Dans toutes les situations,

    Elle se bat du mieux qu'elle peut,

     Quitte à en perdre la raison.

     

    Lui,

    Les gens le voient différemment,

    Ils prennent l'homosexualité pour une maladie,

    Alors que c'est tout simplement,

    Sa définition d'amour à lui.

     

    Aimer quelqu'un du même sexe,

    Ne devrait pas être jugé,

    Ce n'est pas un complexe,

     Il faudrait être tolérant.

     

    Eux,

     Ils sont peut-être tous différents,

    Mais ils ont tous un point commun,

     Que ce soit un homme, une femme ou un enfant,

    Ce sont tous des êtres humains.


    2 commentaires