• Ban Xang Khong, village de tisserands

    Nous arrivons à Ban Xang Khong, village réputé pour ses tissages et son papier. À l’entrée du magasin de Madame Simone, se trouve la maison des esprits. Avant de construire sa maison, elle a demandé à la Terre-mère et aux esprits de lui laisser la place et elle a commencé les travaux.

    comme souvent devant les maisons, une euphorbe, plante protectrice

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

     

    Madame Simone élève des vers à soie et fabrique du papier de feuilles de mûrier. Tous les jours, elle sort ses vers pour les nettoyer. Un cocon donne 15 mètres de fil de soie. Elle garde une partie des cocons pour faire sortir les vers afin d’obtenir des papillons puis des œufs. Les papillons meurent après avoir pondu. Le cycle dure 70 jours. Les autres cocons sont ébouillantés, elle récupère les vers morts qui seront vendus au marché. Elle vend aussi les crottes des vers pour faire de la tisane de couleur verte qui a le goût du thé du mûrier et coûte très cher.

     

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

     

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    On ne peut pas tisser avec la soie sauvage car elle est très rêche. Ensuite on la met dans de l’eau de cendre de bois puis dans de l’eau de riz. Les soies sont teintes naturellement (anato : jaune, résine : rose, mangoustan : violet, curcuma : aune, citronnelle et thé : vert, flamboyant : orange foncé, indigo : bleu foncé). La soie est ensuite tissée sur des métiers manuels.

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

     

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    On peut faire du papier avec le mûrier, le bambou, le bananier.

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

     

    À la sortie du village, le temple :

    Près de Louang Prabang, le village de Ban Xang Thong

     

     


    2 commentaires
  • De beaux costumes et décors mais je n'ai pas trop aimé l'abondance de chansons


    La Belle et la Bête
    La Belle et la Bête Bande-annonce VO


    2 commentaires
  • d'après Thomas Schaller

    Un pont


    2 commentaires
  • Notre poisson du jour qui a bien marché avec Jules, Max et Tom : entendu à la télé ce matin : obligation pour les enfants de moins de 10 ans d'avoir une roue de secours sur leur vélo. "Oui,mais comment on va la porter ? demande Max. - ll y a un système de lanières pour les porter comme un sac à dos"...


    2 commentaires
  • Mont Phou si ( = colline sacrée)

    Pour accéder au sommet du Mont Phou si, il faut monter et encore monter : 328 d’un côté et 355 marches par l’autre chemin.

    Du bas, nous voyons le wat tout en haut de la colline :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Mais l’ascension n’est pas monotone car il y a un grand nombre de Bouddhas disséminés le long de l’escalier.

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Bouddha protégé par le naga et Mae Thorani qui tord sa chevelure pour noyer l'armée du démon Mara :

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    l'empreinte du pied de Bouddha :

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Yakshas, guerriers, en général bienveillants et protecteurs

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    euphorbe, protectrice :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    posture de méditation, c'est le Bouddha du Jeudi : chaque Bouddhiste se doit d'avoir chez soi une statue du Bouddha associé à son jour de naissance et il prie spécialement ce jour-là. C'est mon jour de naissance (mais la statue que j'ai achetée n'a pas cette posture mais celle de Bouddha dissuadant Mara) :

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    posture de la réflexion (c'est le Bouddha du vendredi) :

     

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Bouddha enseignant à ses disciples :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Bouddha accédant au parinirvana (Bouddha du mardi) :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Bouddha pacifiant ses proches, geste de la paix (Bouddha du lundi) :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Bouddha de la paix et Bouddha portant le bol à aumône (mercredi matin) :

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Bouddha protégé par le naga de la pluie et du vent (samedi):

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Bouddha de contemplation (dimanche) :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    De l’autre côté du Mékong, nous voyons le Wat Phol Phao « stupa de la Paix » construit en 1988, de style birman (dans le style de la pagode Shwedagon à Yangon). C’est le temple où les moines vont méditer pendant le carême bouddhique. Un éminent moine bouddhiste, Ajahn Saisamut y dispensait son enseignement. Ses funérailles en 1992 furent très importantes :

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    des obus :

     

    Louang Prabang : le mont Phousi

     

    Au sommet du mont, une grande plate-forme abrite le That Chomsi construit en  1804 sous le règne du roi Anourat. Il y a beaucoup de gens sur la terrasse venus admirer le coucher de soleil. Une légende évoque un trésor caché.

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi

    Louang Prabang : le mont Phousi


    1 commentaire