• Une lettre envoyée par papa à maman le 29 mai 44 depuis le stalag XVIIA à Kaisersteinbruck, près de Vienne.

    Ils ne sont plus de ce monde, c'est trop tard pour leur demander qui était ce frère Jean ? Maman n'a jamais eu de frères de ce nom. Une idée, Jean-Paul et Didier ?

    Du muguet envoyé par papa à maman en mai 44.

    Du muguet envoyé par papa à maman en mai 44.

    Du muguet envoyé par papa à maman en mai 44.

    Du muguet envoyé par papa à maman en mai 44.


    5 commentaires
  • d'après une photo de Martin Paddy, Getty images. Et un tuto d'Anaïs que je remercie pour ses conseils.

    C'était une vidéo en ligne sur son compte fk.

    Complément de celle-ci : clic

    Un moment de peinture très agréable...

    Les rizières de Bali, aquarelle


    2 commentaires
  • Mardi 28 janvier

     

     

    Kochi, connue autrefois sous le nom de Cochin, est une ville commerciale, la plus importante et la plus peuplée du Kérala (mais la capitale est Thiruvananthapuram, où nous ne sommes pas allés).

     

    Elle est située sur la côte de Malabar.

     

    Le fleuve Periyar se jette au sud de Cochin.

    KOchin

     

    À propos de Malabar, au XIX è siècle, on fit venir, à la Réunion et à Maurice, des travailleurs originaires de l’Inde, les malbars (de langue hindi) et les tamouls appelés Madras qui parlent le tamoul. Les Malbars étaient sans doute très forts, e qui a donné l’expression « un malabar ». (on pense aussi au chewing-gum Malabar)

     

    Poème de Charles Baudelaire « Àune Malbaraise » :

     

    Tes pieds sont aussi fins que tes mains, et ta hanche
    Est Large à faire envie à la plus belle blanche ;
    À l'artiste pensif ton corps est doux et cher ;
    Tes grands yeux de velours sont plus noirs que ta chair.
    Aux pays chauds et bleus où ton Dieu t'a fait naître,
    Ta tâche est d'allumer la pipe de ton maître,
    De pourvoir les flacons d'eaux fraîches et d'odeurs,
    De chasser loin du lit les moustiques rôdeurs,
    Et, dès que le matin fait chanter les platanes,
    D'acheter au bazar ananas et bananes.
    Tout le jour, où tu veux, tu mènes tes pieds nus
    Et fredonnes tout bas de vieux airs inconnus ;
    Et quand descend le soir au manteau d'écarlate,
    Tu poses doucement ton corps sur une natte,
    Où tes rêves flottants sont pleins de colibris,
    Et toujours, comme toi, gracieux et fleuris.
    Pourquoi, l'heureuse enfant, veux-tu voir notre France,
    Ce pays trop peuplé que fauche la souffrance,
    Et, confiant ta vie aux bras forts des marins,
    Faire de grands adieux à tes chers tamarins ?
    Toi, vêtue à moitié de mousselines frêles,
    Frissonnante là-bas sous la neige et les grêles,
    Comme tu pleurerais tes loisirs doux et francs,
    Si, le corset brutal emprisonnant tes flancs,
    Il te fallait glaner ton souper dans nos fanges
    Et vendre le parfum de tes charmes étranges,
    L’œil pensif, et suivant, dans nos sales brouillards,
    Des cocotiers absents les fantômes épars !

     


    Le raja de Calicut (son titre est « Zamorin », roi de la mer) est le suzerain du roi de Cochin. En 1454, suite à la chute de Constantinople, les Ottomans bloquent la route des épices.

    En 1488, les Européens, notamment les Portugais, partent à la recherche du royaume chrétien nestorien du prêtre Jean, espérant ainsi contrer l’avancée des Ottomans. Des diplomates parlant arabe, Pêro da Covilha et Alfonsa de Païva patent de Lisbonne pour Barcelone, Naples,Rhodes, Alexandrie. À Aden, le 8 août 1488, ils se séparent. Paiva part pour l’Éthiopie et Covilha pour l’Inde. Covilha, déguisé en arbe, se rendit à Cochin, Goa… Il finit ses jours en Éthiopie. Plus tard, Bartolomeu Dias arrive au Cap des Tempêtes (=le cap de Bonne espérance) mais ne poursuit pas.

     

    En 1498, Vasco de Gama fait le même trajet mais continue jusqu’en Inde, plus exactement à Calicut. Il n’a pas assez d’or pour payer le Zamorin de Calicut. Il doit repartir sans les avantages commerciaux demandés. Il repart quatre ans plus tard avec de l’or et de l’argent.

     

    Mais s’il fonde des comptoirs sur les côtes africaines, il ne réussit pas à soumettre le Zamorin ni à trouver le royaume du prêtre Jean. Il fait un troisième voyage et meurt de la malaria peu de temps après son arrivée. Ses restes sont enterrés au Portugal. Son cénotaphe se trouve à Cochin dans l’église Saint-François édifiée par les moines franciscains portugais arrivés avec l’expédition de Cabral. 1503

    KOchin

     

    Pour entrer dans l’église, il faut se déchausser. D’abord église catholique, construite en 1503 c’est maintenant un édifice anglican. La voûte est en forme de coque de bateau.

    KOchin

    KOchin

    KOchin

     

    un ingénieux système de ventilation :

    KOchin

     

    Pierre tombale  d’une dame, la tête de mort indique que la dame est morte de la peste.

    KOchin

     

    Cochin est constituée de plusieurs îles. Un fort a été construit après l’arrivée de Vasco de Gama, on appelle Fort-Cochin cet endroit à la pointe de la presqu’île de Mattancherry, où se trouvent les anciens bâtiments de la ville : l’église Saint- François, le quartier des blanchisseurs, les carrelets chinois, le palais hollandais, synagogue....

    une autre église dont je ne connais pas le nom, vue à travers les vitres du car :

    KOchin

    nous continuons le tour de Fort Cochin :

    KOchin

    sur le port, le marché offre plein d'objets :

    KOchin

    j'ai acheté cet objet pour faire des mandalas mais je ne sais pas m'en servir :

    KOchin

    des dessins sur les murs :

    KOchin

    KOchin

    KOchin

    KOchin

    KOchin

    KOchin

    KOchin

     

     

     


    1 commentaire
  • Pas très satisfaite de cette page. Tuto 17 de Laurence, du monde en bandoulière. Dessin au stylo et peinture à la gouache d'une branche de pommier. Carrés de papier kraft. La troisième condition était l'embossage : j'ai fait trois essais : avec le pochoir branche de cerisier de Laurence sur support mousse, bof, pas réussi. En bas à gauche, j'ai embossé mes initiales entre deux pochoirs de Laurence. Mais il faut avoir deux pochoirs, que je n'ai pas en ce qui concerne la branche de cerisier. En haut à gauche et au milieu, j'ai embossé avec ma mini boss Fiskars, vieille de 15 ans... A améliorer donc...

    La maison de Mallarmé se visite : clic ICI !

    Mais non, pas en ce moment !


    1 commentaire
  • Le romarin est en bien piteux état... Je ne m'en étais pas aperçue. Il faut dire que je passe plus de temps devant mes papiers que dans le jardin... Je ne suis pas comme Mallarmé qui descendait, tôt le matin, un sécateur à la main, dans son jardin pour faire la toilette des fleurs avant de faire la sienne.

    Mais quand même, là, l'aspect du romarin m'a semblé désolant. J'ai alors aperçu de jolis petits insectes noirs brillants, des coléoptères de petite taille, comme les coccinelles. Ce sont des chrysomèles américaines (en fait elles n'ont rien d'américaines, elles sont tout bonnement européennes). Elles ne consomment pas les pucerons mais elles sont férocement végétariennes et s'attaquent, selon l'espèce à différentes plantes.

    Le remède : récolte des bestioles à la main (j'en ai trouvé 12) puis couper les branches abîmées et pulvériser du savon noir.

    La chrysomèle

    La chrysomèle

    Les vieux rosiers (40 ans ?) ont retrouvé une nouvelle jeunesse après une bonne taille. Ils ont été bien sûr plus fournis autrefois mais il ne faut pas se plaindre après l'état désastreux des années passées !

    La chrysomèle

    La chrysomèle

    Les grands iris noirs ne vont pas tarder à s'ouvrir : il y en a 14 cette année.

    La chatte vient d'avoir trois ans. Elle se promène, elle chasse les oiseaux et les orvets.

    La chrysomèle

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    la céraiste résiste d'année en année. :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    le deutzia :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    et la spirée qui se porte toujours bien :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    le géranium vivace :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    heuchère ou désespoir du peintre :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    un ajonc très mal en point, rasé au pied, il est bien reparti :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    pour les giroflées, comme pour les lilas, c'est la fin :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    un viburnum qui a végété pendant des années, cette année il se porte bien et n'a pas de pucerons noirs :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    son collègue, planté un peu plus tard, n'a pas trop de pucerons, lui aussi :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    le tamaris, après une coupe très sévère :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    Un arbuste qui a failli être coupé : l'arbre de Judée (c'est un arbuste cauliflore)

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    des rosiers qui ont bien des années :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    les plus récents ne sont guère florifères mais ont de grosses roses parfumées :

    le Line Renaud :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    le Franck Michael :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    le photynia est bien fleuri :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    une pimprenelle envahissante et dont je sais que faire mais j'aime bien ses fleurs :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    Kolvityia :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    La passiflore montre un centaine de boutons, il faudrait la palisser davantage.

    Et les grands iris noirs ne vont pas tarder à fleurir :

    La chrysomèle et les fleurs du jardin

    Les déceptions : le muguet, abondant il y a deux ans, a presque totalement disparu l'an dernier et cette année. La rhubarbe ne donne que trois tiges faméliques et cela ne changera guère cette année. La glycine boude depuis 14 ans et n'a donné pendant toutes ces années que dix fleurs ! Des fleurs ont disparu, d'autres sont arrivées toutes seules...

    La haie de lauriers récemment plantée peine, ses feuilles sèchent  et tombent. J'espère que c'est mieux au niveau des racines...

     


    1 commentaire