• Hier en allant à Saran, nous avons vu les restes de la voie ferrée de l'aérotrain.

    Ceux qui ont mon âge se rappellent peut-être ce projet de Jean Bertin, la ligne Chevilly-Saran a été ouverte en 1969 mais ce projet n'a pas abouti. Le train à coussin d'air devait rouler sur une voie à 5 m du sol à la vitesse de près de 350 km/h.

    Je vous invite à vous plonger dans l'aventure de l'aérotrain en consultant ce site

    http://aernav.free.fr/Index.html

    ou en lisant le livre de Jean-bernard Pouy "J'ai fait l'aérotrain"


    2 commentaires
  • voici quelques textes trouvés dans les registres paroissiaux du XVII è siècle conservés en mairie de Nogent-le-Roi. Ils ont été écrits par le curé BOUCHET (1618-1695) . Ce curé a laissé 23 volumes de prônes et sermons, traitant de questions de morale, de science et d'histoire naturelle et 3 volumes "Poésies chrétiennes" (bibliothèque de Chartres)

    Mort d'un chantre (1686)

     

    Le mesme jour 25 octobre 1686 a esté inhumé dans notre eglize messire Louis Mercier pretre parisien chappelain de la chapelle St Agnès fondée dans l'eglize collégialle de St Marcel de Paris et depuis dix ans ou environ vicaire de cette parroisse après avoir esté 14 ans chantre dans l'eglize parroissialle de St Benoist le Bientourné à Paris : il sest fait regretter pour ses talens et bonnes qualités. Si sa voix nestoit celle de Stentor et de Carneades on peut dire quelle estoit forte et de longue estendue, il chantoit bien, il etoit secourable envers les pauvres, il ne sespargnoit pas quand il falloit aller aux malades. Il avoit beaucoup dintelligence pour les matières beneficialles et le don de bien remonter aux penitents dans le confessionnal, mais avec tout cela peu menager de sa santé, Il est mort aagé de 56 ans Il pouvoit encor remplir quatre ou cinq lustres veu la force de son temperament sil eut pratiqué les premières maximes de lescolle de Salerne et lu a fond les trois livres de diacta composes par hippocrate tant il est vray ce qua dit St Jean Chrysostomo que nemo traditur nisi a seispo ont assisté....

     

     Une âme charitable (1689)

     

    Le mercredi quatrième jour de may 1689 a esté enterrée dans cette églize Marie Jouvelin veuve de Jan (blanc) de Launay vivant hostelière. Elle a ésté recommandable pour l'hospitalité qu'elle a exercée pendant sa vie envers plusieurs pauvres petits orphelins tant estrangers que de ce pays qu'elle soulageait avec beaucoup de tendresse, elle les retiroit quand ils ne savoient où donner de la teste, elle couvrait leur nudité, elle apaisoit leur faim, elle trempoit leur soupe, faisoit leur lit et quand elle ne trouvoit point de lit ou les placer dans les salles, chambres ou greniers de la maison sa charité ingénieuse lui faisoit trouver place pour eux dans quelque coin descurie ou ils etoient repeus, rechauffés et a l'abri des injures de l'air si bien qu'un petit pauvre ainssy posté pouvoit dire avec le prophète (psalme 22) Dominus  regit me et nihil nihi deerit in l oco pascux ibi me callacavit et Madame de Launay en cette conjecture pouvoit dire avec le st homme (ch 31) Job infantia crevitt mecum miseratio et de ventre matris mea egressa est mecum et ces autres parolles couchées au mesme chapitre foris non mansit peregrinnes et ostium meum viatori patuit. cestoit de la bonne odeur de la roze et la bénédiction de la maison de Mr Chenard son gendre. cette vertueuse veuve est morte aagée de 81 ans encore plus chargée de mérites que dannées à ses obsèques ont assisté ses petits enfants

     

    Horaces et curiaces :

    Le lundy 27 jour de septembre 1668 feste de Ste Cosme et de Damian a esté enterré dans le cimetière de céans non un des trois horaces ou des trois curiaces mais un des trois enfans femelles que eu dune ventrée une femme de cette parroisse nommée Marguerite Gautier femme de Louis Asselin qui a esté tesmoing de l'enterrement de cette fille de son frère Charles Asselin de ces trois filles venues dune portée, le sort a esté different lune a esté extincta prius quam nata, la seconde pene non nata sed lota. La troisième lota et uncta : le père et l'oncle de ces trois filles ont déclaré ne scavoir signer.

     

                                                   L.Bouchet

     

    traduction des trois expressions latines :

     

                l’une est morte avant de naître

     

                la seconde, à peine née mais baignée

     

                la troisième fut baignée et frottée d’huile parfumée

     

    Desloges fut délogé (1688) 

     

    Le mercredy 29 jour de décembre 1688 a esté inhumé dans le cimetière de céans Guillaume Desloges fils de François Desloges charpentier et de Françoise Laisné ses père et mère. Il est mort aagé de six ans et de quelques mois à ses funérailles ont assisté son père son grand père qui a signé

     

    L.Bouchet

     

    Un habitant de cette paroisse pour honorer la mémoire de ce jeune innocent a faict ce madrigal en forme d'epitaphe

     

                            Desloges fut icy logé

     

                            Dans un de nos faubourgs non au port

     

                                                   du Pirée

     

                            Mais la Parque la délogé

     

                            Pour le loger dans l'Empirée

     

                            Plaize à Dieu qui nous a forgéz

     

                            Quen délogeant d’icy nous soyons la

     

                                        Logez

     

     Enfant difforme (29/04/1680)

    Le 29 avril a esté inhumée une fille appartenant à Pierre Godard maréchal et Jeanne Cheron ses parents ledit enfant ayant été ondoyé par une partie du corps et ayant deux têtes bien formées et égalles. lequel convoy s'est faict en présence de son père lequel a déclaré ne scavoir signer deübement interpellé de ce faire suivant l'ordonnance du roi .

     

    L Servant

     

     Péage (1689)

     

    Le mardi deuxième jour daoust 1689 a esté icy apporté le corps de feue Elisabeth Lancé femme de Nicolas Gazinet faisant commerce de draperie en cette parroisse et après la messe haute icy célébrée en présence du corps de la ditte deffuncte.

     

    elle a esté transportée à la parroisse de Lormaye lieu de la sépulture de ses ancestres Elle est morte de fièvre et d'hydropisie aagéé de 52 ans après avoir longtemps langui et reçue les sacrements de l'églize comme elle avait cy devant tenula ferme du Péage de Nogent conjointement avec son mari on peut dire d'elle avec autant de vérité que de justice

     

                            Tel est nostre pelerinage

     

                            cette femme ayant nuit et jour

     

                            faict jadis payer le péage

     

                            Le péage paye à son tour

     

                            a ce mesme destin la parque

     

                            nous embarquera dans sa barque

     

    C'est ce qui fait dire au poete lyrique dans son ode 3 ad dilium

     

                            nil interest an pauper et infima

     

                            de gente sub deo Moreris

     

                            victima nil miserantes orsi

     

     

     

                            Omnes lodem cogimus omnium

     

                            versatur urna serius occius

     

                            sors exitura et nos in aternum

     

                            explium impositura cymba

     

     (traduction de la citation latine :

     

                il n’y a aucune différence entre le pauvre et la personne la plus basse, victime de la sentence de la mort au visage qui n’a pitié de rien

     

                tous nous sommes contraints de faire la louange de tous, l’urne plus tard est égale, le sort devra nous appeler et la barque nous imposera une expiation éternelle)

     

     Oraison funèbre pour le créateur du séminaire de Chartres (1690)

    Le trente et un et dernier jour de janvier 1690 a esté faict en cette église un service très solennel pour le repos de lame de Monseigneur Messire Ferdinand de Neufeville evesque de nostre prelat. Ce grand homme ayant travaillé pandent lespace de trente ans au gouvernement de ce dioceze avec beaucoup de soin et dapplication et dailleurs ayant basti un fameux seminaire a Beaulieu proche de Chartres pour instruire les tonsurés qui aspirent aux ordres sacrés. Il meritoit le temoignage de notre reconnaissance (...) Au reste les grands biens quil a faict aux pauvres et à ses domestiques vivant et mourant font assez cognoistre que la liberalité estoit sa vertu, que ses mains comme celles de lepoux des Cantiques etoient toutes pleines d'hyacinthes cest à dire de dons et de présents. On sest particulièrement attaché à faire voir le grand bien que feu Monseigneur Messire Ferdinand de Neufeville a procuré à tout le dioceze de Chartres par lerection et fondation de ce fameux seminaire de Beaulieu ou sa mémoire ne mourra point (...) En effet un seminaire ecclesiastique est une salle descrime ou on apprend la franconnade je veux dire ou on apprend et a attaquer et a se deffendre des ennemis visibles et invisibles qui nous environnent et a attaquer le diable le monde et sa chair qui par toute voye possible sefforcent de nous perdre par leur ruze et par leur malice.Quesce quun seminaire ? c'est un beau jardin rempli de toutes sortes de fleurs : on y voit la roze de la Charité, le lis de la pureté, la violette de l''humilité, le ligustre de la contemplation, le soulsy de la pensée de l'eternité et on se dit a soy mesme annos acternos in mente habui. Quesce quun seminaire ? c'est une ecolle de vertu ou on aprend de jour en jour la pratique de toutes sortes de bonnes actions affin d'eclairer toute leglize par son bon exemple Quesce quun seminaire ? cest une ruche spirituelle ou les abeilles mysterieuses composent le miel délicieux de la veritable devotion Enfin quesce que un seminaire ? cest une boutique de parfumeur dont il ne sort que des parfums et de bonnes odeurs de ceux qui se renferment en ce lieu qui se font un honneur et un plaisir detre la bonne odeur de Jesus Christ (...) 

     

    Rongé par les vers ... (1677)

    Le mardy vingt neuf de juin mil six cent soixante et dix sept a esté inhumé en l'église de céans François de la Planche sergent châtelain de la comtesse de Nogent le Roy aagé d'environ trente huit ans présence au convoy Jean Dablain laboureur beau-frère et de Jacques Lesné sergent beau frère du dit défunt et mathurin Bonnet laboureur cousin germain du dit défunt lesquels ont signé le présent certificat

     

    annotation dans la marge :

     

    Le dit Laplanche a languy près de trois ans rongé des vers

     

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • "Les oiseaux"


    4 commentaires
  • Une recette qui vous donnera une vingtaine de gaufres très légères et croustillantes

    faire bouillir 1/4 l de lait avec 1/4 bâton de vanille et laisser tiédir

    mélanger 125 g de farine, 4 jaunes d'œufs, une pincée de sel et unsachet de sucre vanillé, un demi paquet de levure ; ajouter le lait et 100 g de beurre fondu. Incorporer les 4 blancs d'œufs battus en neige ferme.

    Après cuisson (pour mon gaufrier 1 min 30 de chaque côté) saupoudrer de sucre glace ou napper de sucre d'érable.


    1 commentaire
  • Un peu de couleur dans la grisaille de ce lundi


    votre commentaire