• Je lance un appel à mes lecteurs proches de mon domicile : si vous achetez un journal aujourd'hui, pouvez-vous le mettre de côté pour moi ? je constitue une boîte pour tom avec tous les journaux de ce jour ou d'hier, à lire le jour de ses 20 ans ! c'est ce que j'ai fait pour Marie et Jules. Merci d'avance !

    5 commentaires
  • Je vous annonce la naissance de mon petit-fils Tom, né hier, à Creil. C'est donc un picard, le premier de la famille.
    Il est mignon tout plein, et évidemment c'est le plus beau des bébés de septembre parce que le plus beau des bébés de janvier, c'était Jules, son cousin et le plus beau des bébés de mars, c'était Marie, sa grande soeur ! Fierté des grands-mères oblige !

    J'ai corrigé l'article "dahlia" je ne sais pas pourquoi la case case "autoriser les comentaires" avait été décochée, c'est pas moi je vous jure !
    Quand au poème de Maurice Fombeure, à mon avis il s'affiche correctement. mais je crois qu'OB fait des siennes en ce moment. Je rectifie "il s'affichait tout à l'heure correctement" car à l'instant il est à nouveau tronqué !
    je vous le remets ici ! Passera-t-il ? 
    Je crois qu'OB n'a pas non plus averti de la parution de mes deux articles aujourd'hui. Je recommence !


    LES ÉCOLIERS

     

    Sur la route couleur de sable,

    En capuchon noir et pointu,

    Le 'moyen', le 'bon', le 'passable'

    Vont à galoches que veux-tu

    Vers leur école intarissable.

     

    Ils ont dans leurs plumiers des gommes
    Et des hannetons du matin,
    Dans leurs poches du pain, des pommes,

    Des billes, ô précieux butin

    Gagné sur d'autres petits hommes.

     

    Ils ont la ruse et la paresse

    Mais l'innocence et la fraîcheur

    Près d'eux les filles ont des tresses

    Et des yeux bleus couleur de fleur,

    Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

     

    Puis les voilà tous à s'asseoir.

    Dans l'école crépie de lune

    On les enferme jusqu'au soir,

    Jusqu'à ce qu'il leur pousse plume

    Pour s'envoler. Après, bonsoir ! 

    Ça vous fait des gars de charrue
    Qui fument, boivent le gros vin,
    Puis des ménagères bourrues
    Dosant le beurre et le levain.
    Billevesées, coquecigrues,
    Ils vous auront connues en vain

    Dans leurs enfances disparues !

     

    Maurice Fombeure


    11 commentaires
  • j'ai bourré la petite pendouille avec de la lavande
    pendouille----ciseaux.jpg

    7 commentaires
  • Il est neuf heures. C'est la rentrée ! Nos chères têtes blondes, brunes et rousses vont se pencher sur leurs cahiers. N'oubliez pas la cédille ni l'accanet circonflexe !
    L'ACCENT CIRCONFLEXE ET LA PETITE CÉDILLE

    Entre deux vers
    D'un long poème
    D'un poème fort ennuyeux
    La cédille aux yeux de verveine
    qui nattait ses jolis cheveux
    rencontra l'accent circonflexe
    Curieuse quoiqu'un peu perplexe
    Sans moi vous l'eussiez deviné
    Elle lui dit pour commencer
    Quel bizarre chapeau que le vôtre
    Seriez-vous par hasard gendarme ou polytechnicien
    Et que faites-vous donc sur le front des apôtres
    Est-ce vous la colombe ou la fumée du train
    Je suis je suis gentille cédille
    Le S escamoté des mots de l'autrefois
    C'est à l'hostellerie qu'on emmenait les filles
    Le S a disparu me voici sur le toit
    Et toi que fais-tu cédille
    A traîner derrière les garçons
    Sont-ce là d'honnêtes façons
    N'es-tu point de bonne famille
    Accent bel accent circonflexe
    Voilà toute ma vérité
    Je t'aime et pour te le prouver
    Je fais un  S avec un C

    Jean-Pierre Rosnay

    Si vous aimez la poésie (Alain Boudet disait "il faut lire un poème par jour) allez voir sur ces sites
    http://ecprim.lefuilet.free.fr/poesies.htm#th%E8mes

    http://bonne-rentree.sitespourenfants.com/poemes.html

    http://www.takatrouver.net/poesie/index.php?r1=&profil=poesie

    1 commentaire
  • Cette trilogie se passe en 1304, dans le Perche (Andrea Japp habite dans le Perche) 
    Beaucoup de morts mystérieuses : certains semblent carbonisés (en fait ils sont victimes du mal des ardents ou feu de Saint antoine causé par  l'ergot de seigle, maladie qui sévit aussi en temps de famine), des moniales meurent "enherbées" par différents poisons.
    A Rome, le pape Benoit XI meurt, empoisonné et il faut le remplacer, d'où des intrigues car le roi Philippe Le Bel voudrait un pape à sa botte. 
    Certains personnages sont sympathiques : Agnès, la veuve, femme intrépide ; Clément, un petit garçon très intelligent, mais est-il vraiment ce qu'on croit qu'il est ? ; Annelette, l'apothicaire de l'abbaye, qui essaie de résoudre cette histoire, Arthus, comte d'Authon, follement amoureux de la veuve sans fortune ; et des personnages odieux : Eudes, ivrogne et suzerain d'Agnès ; Florin, l'inquisiteur sadique qui soumettra Agnès à la question et les responsables des empoisonnements. Evidemment, on est un peu perdu pour trouver le coupable. Tout comme Annelette et ses amis :
    "Tant de fils pendaient, sans nœud ni lien pour les unir. toute la logique de cette effroyable histoire était bancale". Annelette ne parvenait pas à cerner la vérité. L'assassine était intelligente, infiniment rusée..."
    Et enfin, à la fin du troisième tome :
    "Et les pièces éparses de la charade se mirent enfin en place. Un visage banal mais plaisant, illuminé par un sourire chaleureux."
    Qui est donc cette jolie enherbeuse ?

    Bref, j'ai beaucoup aimé cette histoire qui, en plus, se termine bien "ils furent heureux et eurent (au moins) un enfant". Beaucoup de détails sur la vie à cette époque, un lexique à la fin pour situer les personnages et un glossaire sur les mesures.

    S'ajoute à cela la quête d'un mystère, poursuivi par les Templiers et les Hospitaliers (on n'en est pas encore au procès des Templiers), des parchemins mystéreiux, cachés dans une bibliothèque secrète...

    Paru en livres de poche , avec en couverture le "portrait d'une jeune femme" de Petrus Christus (vers 1470)

    5 commentaires