• Voici quelques photos de l'école maternelle Pagnol. Ce sont les enfnats qui ont semé, planté, désherbé. Dommage que certaines plantes aient séché, en particulier les herbes aromatiques. Il faudrait résoudre le problème de l'arrosage dans les écoles pendant les vacances.

    Maintenant les enfants vont s'employer à désherber.

     

     


    votre commentaire

  • La worry stone (en marbre du Connemara)
    C’est un galet de marbre vert du connemara. Si vous la glissez dans votre poche, elle chassera tous vos soucis !
    Sur celles que j’ai achetées, était écrit ce petit texte amusant :
    « There are only two things to worry about : either you are well or you are sick. If you are well, then there is nothing to worry about : bit if you are sick there are two things to worry about : either you get well or you will die. If you get well, there are nothing to worry about. If you die then there are two things to worry about : either you go up or down. If you go up there is nothing to worry about. But if you go down you will be so busy shaking hands with old friends you wont’have no time to worry”

    La croix de Ste Brigid
    Elle est faite de brins de paille entrecroisés
    Il faut la suspendre dans la cuisine et vous aurez l’assurance que le garde-manger ne désemplira pas. Il faut l’accrocher au mur le 1 février et apportera à votre foyer chance, paix et harmonie.

    La bague de Claddagh
    Elle représente un cour couronné entre deux mains. Le cœur représente la charité, les mains l’amitié. Elle aurait été fabriquée pour la première fois par un bijoutier de Galway au début du 18 è siècle

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     



    L’aubépine : elle porte malheur !
    L’aubépine est réputée porter malheur.


    votre commentaire

  • Le mot whiskey vient du gaélique « uisge beatha » (eau-de-vie)

    Le whiskey irlandais subit trois distillations, ce qui le distingue du whisky écossais, du scotch (distillé deux fois) et du bourbon américain (distillé une fois). En outre, le scotch est fumé, le whiskey ne l’est pas.
    Nous avons visité la distillerie à Midleton, près de Cork. On y fabrique le Jameson, le Paddy, le Powers. Bushmills, une autre marque de whiskey, est fabriqué en Irlande du Nord.

    On dit que le whiskey est bon pour les veines : prendre une aspirine bébé et un petit peu de whiskey tous les jours (apparemment recommandé par un médecin)


    Pour fabriquer le whiskey, il faut de l’eau pure, de l’orge maltée (germée) ou non maltée, ce qui donne différents types de whiskeys. 

    La germination dure 4 jours puis l’orge est mise à sécher pour arrêter la germination. L’orge est mise sur des claies, de façon à la séparer du feu pour qu’elle n’ait pas un goût fumé. Le whisky écossais a un goût fumé.
    L’orge est écrasée par des meules. La pâte obtenue s’appelle le « grist ».

    L’opération suivante est le brassage et la fermentation. Dans d’énormes cuves, on ajoute de l’eau chaude au grist. L’amidon se transforme en sucres qui vont fermenter.
    Les déchets servent de nourriture pour les vaches. Le liquide obtenu s’appelle le moût.

    Ensuite vient la fermentation. On ajoute de la levure au moût. Il faut 3 jours pour transformer les sucres en alcool.

    Etape suivante : la distillation (il y en a trois) : elle se fait dans l'alambic.

     
    L’alcool bout à 78° alors que l’eau bout à 100°. Les premières vapeurs sont donc celles de l’alcool, elles passent dans l’eau froide et se transforment en liquide. 
    On obtient d’abord de l’alcool à 8° pour terminer à 90°.

    Au début, le liquide n’a pas de goût, pas de couleur, pas d’odeur. Il faut le faire macérer dans des tonneaux en chêne. Le tanin donne la couleur au whiskey. On utilise des tonneaux ayant déjà servi et contenu du cherry, du whiskey, du cognac, ce qui donne des goûts différents. 
    Au bout de 3 ans le whiskey a pris de la couleur. La distillerie ne vend des whiskeys que de 7 ans minimum.

    Nous avons ensuite dégusté un petit verre de whiskey.
    Trois personnes se sont porté volontaires pour une dégustation plus complète :
    Le Jameson, au goût de sherry, le Paddy un peu plus fort, le Power’s gold label, le scotch écossais au goût fumé, le bourbon fait à partir de maïs et sucré.


    votre commentaire
  • Le thé

    En Irlande, on boit beaucoup de thé. Le meilleur est le Barry’s. Dans les chambres d’hôtel, il y a toujours une bouilloire et des sachets de thé. Au restaurant, soir et matin, on nous propose du thé ou du café.

    L’Irish Coffee

    Chauffer le verre en y versant de l’eau frémissante, jeter l’eau, verser 12,5 cl de café bien chaud, mettre 2 cuillerées à café de sucre roux, verser ensuite 3,5cl de whiskey puis 7 cl de crème fraîche légèrement fouettée sans la mélanger (on fait glisser la crème sur le dos dune cuillère). On peut saupoudrer de cannelle, de muscade ou de poudre de cacao amer. Il faut boire à travers la crème.

    Guy a bu un délicieux Irish Coffee dans ce pub à Glenbeigh, dans le Kerry), il paraît que c'est le meilleur d'Irlande !


    votre commentaire
  • une affiche en gaelique


    La bière est une institution nationale. On voit partout des publicités pour la Guinness en anglais ou en gaelique.
    Deux sortes de lager (blonde) : Harp (brassée par Guinness) et Bass
    Trois brunes ou noires : (stout, épaisse, ajout d’orge grillée) : Guinness, Beamish et Murphy (brassée à Cork). La Beamish est brassée à Cork.
    Une rousse (ale) : Smithwicks (prononcer Smiticks), elle est appelée Kilkenny en France.
    Il y a trois sortes de Guinness : la « normale » se sert à température ambiante, une autre sorte se sert très froide, la « toucan brew » a un goût de malt.
    Les bières sont aussi vendues en canette. Pour donner un effet de pression, il y a une boule dedans.


    L’ambiance des pubs est extraordinaire. Les gens ne fument pas (dommage qu’on retrouve les mégots dans les rues). Pratiquement tous les soirs, il y a un groupe qui joue de la musique irlandaise, traditionnelle ou plus rock. Les gens chantent. A côté de nous , il y avait une dame qui chantait toutes les chansons. J’ai donc pu lui demander le titre d’une chanson que je connaissais mais dont j’avais oublié le titre « The old colonial boy ».

    Un groupe chantant "Dirty old town", à ma demande.

    Au mur, il y avait des portraits de révolutionnaires irlandais : Arthur Griffith, Daniel O'Connell.
    Quand vous voulez une bière, n’attendez pas que le garçon vienne prendre la commande à votre table (si vous réussissez à en avoir une, car il faut parfois rester debout avant qu’un aimable Irlandais (à Oranmore par exemple) vienne vous proposer son siège). Vous devez aller commander votre Guinness au comptoir en attendant patiemment votre tour (le barman sait dans quel ordre viennent les clients), ensuite il faut deux minutes pour tirer la bière car la Guinness et la Murphy doivent être tirées en deux fois.
    Vous pouvez commander une pint (0,50 l) ou un glass (0,25 l)
    Vous pouvez aussi essayer le chaser (on ne l’a pas fait) : une pint de Guinness puis un petit verre de whiskey qui chasse le goût de la bière.
    Les pubs sont fermés le dimanche matin, pendant la messe. Ils ferment en général à minuit. Le barman prévient les buveurs que c’est la dernière tournée et tout le monde se précipite au bar pour commander une dernière bière.


    2 commentaires