• Vous souvenez-vous de Bip bip et Coyote, ce cartoon apparu en France dans les années 70 et diffusé depuis sur différentes chaînes ?

    J'ai repensé à cet oiseau malin quand il a fallu illustrer le mot "rocket", fusée, flèche pour le défi Inktober.

    En réalité, le vrai oiseau, le grand géocoucou, court moins vite qu'une fusée, mais quand même à 30 km/h. C'est un redoutable chasseur de crotales qu'il assomme en les frappant sur une pierre.

    Mon dessin :

    Bip-bip et Coyote. Le géocoucou

    Quelques vidéos du dessin animé :

    le vrai géocoucou en train de courir et chasser :

    il s'attaque au crotale

    mais on ne gagne pas à tous les coups :

    <iframe width="560" heig


    1 commentaire
  • Spectacle à Malesherbes ce soir. Un humour grinçant. Une belle pièce.

    Compagnie Cavalcade de Chartres.

    Les acteurs nous ont remerciés de continuer à assister aux spectacles, à aller au cinéma. La distanciation était respectée, les masques étaient mis.

    La vidéo du spectacle en entier : clic ICI (la vidéo a été prise à Chartres).

    Fin de service

     

     


    votre commentaire
  • Merci à Gersende pour l'envoi d'un sachet de graines. Reste à récupérer des graines pour l'an prochain !

    La balsamine, grianes données par Gersende

     


    2 commentaires
  • Nous arrivons à l’hôtel Royal Orchid Central Kiriti, à Hospet (la ville est appelée Hosapete depuis 2014), dans l’état du Karnakata. Il est 17 h 30 et nous avons le temps d’aller faire un petit tour autour de l’hôtel. Nous voilà partis avec Catherine et Jeannine. Nous prenons d’abord à droite en sortant de l’hôtel vers le canal Tungabhadra, l’occasion de prendre de jolies photos de coucher de soleil et des femmes qui lavent leur linge.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

     

    Nous revenons sur nos pas

    la rue devant l'hôtel, au fond la statue d'Hanuman :

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    et tournons à droite dans un quartier mi-hindou, mi-musulman.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Les enfants sont très excités en nous voyant et nous suivent dans le dédale des rues.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Les petites filles nous conduisent vers un endroit « very beautiful » disent-elles. Nous n’avons pas compris pourquoi, c’est un terrain vague.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Nous passons près d’une maison où la porte est ouverte. Des enfants sont assis par terre, et sont en train d’écrire. C’est l’heure de l’aide aux devoirs et les maîtresses nous font signe d’entrer.

    Hospet

    chez le coiffeur :

    Hospet

    Hospet

    Nous quittons la bande d’enfants en leur promettant de revenir le lendemain (ce que nous ne ferons pas, nous rentrerons trop tard à l’hôtel).

    Devant l’hôtel, se trouve le temple temple Sri Shiv Sai Maruthi Mandir. On nous donne la permission d’entrer, nous nous déchaussons.

    Hospet

    Des gens font le tour d’un kiosque, je n’ai pas osé m’approcher pour voir ce qu’il y avait dedans.

    Hospet

    Un arbre pipal (arbre sacré) a un tronc en forme de Ganesh (on voit vaguement une trompe sur le devant).

    Hospet

    À l’intérieur du temple, se trompe une statue, sans doute celle du guru, fakir et yogi Sai Baba de Shirdi (vers 1838-1918). C’est un des saints les plus populaires en Inde, aussi bien pour les musulmans, les hindous et les zoroastriens. Les Hindous y voient un avatar de Dattatreya. Il se rattache à la voie de Kâbir qui prône le syncrétisme. Son enseignement est un mélange d’hindouisme et de soufisme.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

     

    Pour en savoir davantage sur ce temple (vidéos et photos) : clic sur la page facebook du temple.

     


    votre commentaire
  • Samedi 1 février

     

    Nous reprenons la route vers le nord, 350 km à parcourir en 8 h pour arriver à Hospet.

     

    Une seule grande visite : Halebid, visite que nous aurions dû faire la veille mais que Arul a eu bien raison de transférer. La journée de vendredi a été moins chargée et celle de samedi moins monotone.

     

    La route est longue, sans doute n’y a-t-il pas de restaurants sur le trajet car nous pique-niquons dans le car : du poulet grillé, un chapiti, deux œufs durs, une banane et une boule au sirop (le gulab jamaun). J’aime beaucoup ce dessert extrêmement sucré. Il faut faire un sirop avec du sucre, de l’eau, de la cardamome, du citron. Puis faire une pâte à base de lait en poudre, de levure, de farine, de beurre, de semoule. On façonne des boules qu’on fait frire et on les arrose du sirop chaud.

     

    Tout au long de la route, des scènes de la vie quotidienne nous font passer le temps : vannage des pois chiches, ferrage des bœufs,

    temple tamoul…

    un char (ratha)

     

    réservoir et barrage de Tungabhadra , sur le fleuve Pennar, juste avant Hospet

     

     

     


    2 commentaires