• Des visites des jardins sont organisées tous les mois à la belle saison. Elles nous permettent d'accéder à l'intérieur des bâtiments (orangerie, grotte), ce qui n'est sans doute pas autorisé en visite libre.

    L'accès aux jardins est gratuit de 10 h à 18 h. Voir le site du château ICI

    boulingrin (ornement végétal qui se présente sous forme d'un parterre gazonné en creux, le mot vient de bowling et green.

    à droite : le pavillon ouest, anciennement billard... 

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    à droite : le pavillon est (actuellement billetterie,  autrefois pavillon des bains)

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    à gauche, le pavillon sud, anciennement bibliothèque... Entre les deux pavillons, se trouvait le théâtre, aujourd'hui disparu.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     vase en pierre au milieu du parterre devant le château :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    Un saut-de-loup est un large fossé sans eau, destiné à défendre l’accès d’une propriété sans en masquer la vue. Il a la largeur du bond qu’un loup pourrait faire. On l’appelle aussi « ha-ha » ou « hâ-hâ ». La gouvernante du Grand Dauphin, fils de Louis XIV, lui interdisait de s’approcher des sauts-de-loup dans les jardins de Meudon. Un jour, il s’en approcha et dit « Ha ha, ce n’est que cela qui doit me faire peur ! »

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     derrière le château, depuis la façade nord, une belle vue sur le miroir d'eau. Au XVIII è siècle, la vue était beaucoup plus dégagée. Il n'y avait pas les peupliers et les bosquets du premier plan étaient taillés.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    La glacière a été édifiée avant 1789 et permettait de conserver la glace récupérée en hiver pour rafraîchir les verres, les vins et les boissons et confectionner des sorbets avec les fruits de l'orangerie (oranges et citrons).

    En février 1793, 43 personnes furent mobilisées pour remplir la glacière (26 hommes, 7 enfants de moyen âge et 10 plus petits). En 1821, elle reçut de la glace apportée par 120 voitures.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     la grotte. En 1783, Antoine Jean Terray transforme le jardin régulier d'origine en jardin paysager "anglo-chinois". Dans le goût des fabriques à la mode, on aménage une grotte artificielle. La grotte se trouve enfoncée dans la terre, il y a trois niches en plein cintre. Nous descendons 14 marches et pénétrons dans un endroit étrange, loin du monde. La lumière vient d'un trou dans la voûte. La salle est décorée de pierres de Resson, concrétions calcaires poreuses composées d'éléments pétrifiés (tiges de roseaux, coquilles, mousses...) provenant du Resson, rusisseau proche du hameau de La Saulsotte. Les pierres du resson sont utilisées par les NOgentais pour les décors délicats.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    L'orangerie. Le plafond de l'orangerie est orné de poutres peintes. Les fruits exotiques étaient à la mode. (exo= au-dehors, hors du territoire). Il y avait 22 plantes exotiques : ananas, cacaoyers, grenadiers, orangers, cédratiers...). Le maître jardinier était un personnage très important. Les poutres proviendraient du château de Courtavant, détruit en 1838.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Le pigeonnier. Sur le faîte, une poterie annonce l'utilisation du bâtiment :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    Il contenait les cases pour 600 pigeons. Le nombre de pigeons est proportionnel au nombre hectares. Un couple de pigeon loge dans un boulin, petite niche creusée dans le mur. Les pigeons étaient élevés pour les œufs et la chair mais aussi pour les fientes qui servaient d'engrais. C'était un signe de richesse, certains seigneurs mettaient de faux boulins pour paraître plus riches (d'où l'expression "se faire pigeonner") 

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    des statues dans le parc : près de l'Orangerie : Diane

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Flore:

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    derrière le château :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    les tilleuls. Le tilleul a donné son nom au château. Il y a plus de 3000 tilleuls. Depuis 2005, après la tempête de 1999, une collection botanique de 77 variétés différentes a été créée. Elle s'enrichit chaque année. Cette collection est un tillecum.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    le potager. Autrefois, le potager faisait 2 ha, maintenant il fait 1 ha. Le jardin potager est ouvert depuis 2017. C'est un jardin solidaire (association chlorophylle). Les légumes sont vendus tous les mercredis devant les grilles du château.

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     l'ancienne maison du jardinier :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

     la maison du canal 

     Les jardins du château de La Motte-Tilly

     

    initiales BA : André Beaulant, menuisier

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    chèvrefeuille :

    Les jardins du château de La Motte-Tilly

    Nous avons fait cette visite un dimanche après-midi, dans le cadre des visites guidées des jardins et nous retournons jeudi prochain au château de La Motte-Tilly, pour la quatrième fois cette année, pour une visite guidée des appartements.

     

     


    2 commentaires
  • Le château de La Motte-Tilly

    Juste avant Nogent-sur-Seine, se trouve le joli château de La Motte-Tilly, entouré d’un parc de 60 ha, dans un domaine de 1100 ha (100 ha de plus qu’à Versailles).

    Les visites se font uniquement en visites guidées (billet + visite : 6 €). Pour plus d’explications, un clic ICI

    Des visites guidées des jardins sont organisées le samedi mais l’accès des jardins est gratuit si vous voulez simplement vous y promener. Il y a un tilletum (collection de tilleuls).

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

    Avant le château actuel, il y avait un château-fort qui fut rasé car en trop mauvais état.

    En 1754, l’abbé Joseph Terray, futur contrôleur des finances de Louis XV, fit construire un château qui, à l’époque, avait davantage de dépendances. Le château était un rendez-vous de chasse et l’abbé aimait y organiser des fêtes galantes. L’abbé était peu apprécié, une plaisanterie de ce temps-là dit « L’abbé rit, est-il arrivé malheur à quelqu’un ? ». Il entreprit de redresser les finances du royaume, mais ces mesures furent très impopulaires et lui valurent le surnom de « Vide-gousset ». Pendant les festivités du mariage du futur Louis XVI avec Marie-Antoinette, Louis XV lui demanda « : « Comment trouvez-vous mes fêtes ? ». L’abbé répondit : «  Sire, je les trouve … impayables. ». Après la Révolution, le mobilier fut vendu aux enchères à Nogent/Seine et le château fut remeublé au XX è siècle. À la création, les jardins étaient à la mode de l’époque, c’est-à-dire, à la française. Puis la mode des jardins anglo-chinois arriva. En 1910, le comte Rohan Chabot lui fit redonner son état d’origine.

    La dernière propriétaire, Aliette de Rohan Chabot, marquise de Maillé, légua l’ensemble du domaine et du château aux Monuments Nationaux et dit « Le château ne doit pas être habité, mais simplement visité (…) et reste meublé tel qu’il est aujourd’hui, pour que le visiteur, au-delà de la simple curiosité, ait le sentiment d’une présence. ».

    Le salon d’automne.

    Le château de La Motte-Tilly

    La Vierge à l’enfant, tableau du XV è.

    Le château de La Motte-Tilly

    Tableau de Hemskerk représentant une scène d’auberge.

    Le château de La Motte-Tilly

    Sanitaire et salon de coiffure :

    Le château de La Motte-Tilly

    Le bureau de la marquise de Maillé 

    Le château de La Motte-Tilly

    sa photo prise en 1971 sur le perron du château, des livres. Elle était archéologue.

    Le château de La Motte-Tilly

    Portrait (studio Harcourt) de sa fille unique, Claire-Clémence, décédée en 1969.

    Le château de La Motte-Tilly

    Boudoir.

    Le château de La Motte-Tilly

    Scène galante. L'homme pourrait être l'abbé Terray, connu pour ses aventures galantes. La dame est en train de faire les poches du monsieur. Ce pourrait être une allusion au surnom donné à l'abbé Terray : "vide-gousset"

    Le château de La Motte-Tilly

     

    Le salon du billard.

    Le château de La Motte-Tilly

    Des objets proviennent du cabinet de curiosités, très à la mode au XVIII è siècle.

    Une scagliole, composition en marbre représentant Saint Jérôme dans le désert (travail florentin du XVII è).

    Le château de La Motte-Tilly

    Un canivet (dentelle de papier) du XVII è d’origine flamande.

    Le château de La Motte-Tilly

    Le grand salon. Fauteuils Louis XV à châssis : sous la Régence, les châssis du dossier et de l’assise deviennent amovibles et permettent de changer les garnitures selon les saisons. Le mobilier était volant, on le changeait de place, on le repliait, on tirait un abattant pour l’agrandir. Une marquise se déplie pour se transformer en lit. Il y a de nombreuses tables de jeux, on aimait beaucoup jouer aux devinettes, aux rébus. Par exemple « G a » signifie «  J’ai grand appétit ». On jouait aussi aux cartes, aux dés, au loto, au tric-trac (c’est le jeu de jacquet ou de backgammon). Certains meubles sont en bois de rose et en bois de violette.

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

    trompe- l'œil :

    Le château de La Motte-Tilly

    Pastel représentant Charlotte de Montmorency, mère du Grand Condé. 

    Le château de La Motte-Tilly

    fixé sous verre, d'origine chinoise

    Le château de La Motte-Tilly

    vue sur le parc et le plan d'eau :

    Le château de La Motte-Tilly

    Le salon bleu.

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

    La bibliothèque. Elle contient 9000 volumes.

    Le château de La Motte-Tilly

    Un portrait de Winterhalter représentant Louisa Rouen des Mallets, vicomtesse Terray de Morel Vindé.

    Le château de La Motte-Tilly

    La salle à manger.

    Le château de La Motte-Tilly

     Hermès 

    Le château de La Motte-Tilly

    Service en porcelaine de Vincennes avec le monogramme des Rouen-Sollé. Des rafraîchisseurs, des coquetiers...

    Le château de La Motte-Tilly

    trembleuse, tasse qui s'emboîte dans sa soucoupe, conçue pour éviter de renverser le chocolat dans la soucoupe

    Le château de La Motte-Tilly

     

    torchères sur le thème de la musique

     

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

    Nous empruntons un escalier qui mène aux chambres, réservées, au XVIII è siècle, aux invités. Elles ont été réaménagées en 1964. Il y a 14 chambres et 14 salles de bains.

    Le château de La Motte-Tilly

    Le château de La Motte-Tilly

     

    Le château de La Motte-Tilly

    Chambre de la marquise de Maillé.

    Le château de La Motte-Tilly

    Les murs sont recouverts d’une percale glacée du XIX è siècle.

    Le château de La Motte-Tilly

    Pastel représentant la marquise, quand elle avait 8 ans, œuvre de Frédérique Vallet-Bisson.

    Le château de La Motte-Tilly

    C’est un très beau château. Milos Forman y a tourné « Valmont ». ce fut une visite très agréable. La jeune fille qui nous a vendu les billets était charmante. Le guide n’a pas compté son temps et nous accordé plus que l’heure de visite prévue.

    Nous n’avons pas eu le temps de visiter les jardins, nous y retournerons un samedi ensoleillé.

    Pour davantage d'explications, c'est ICI

    et pour de belles photos, ce blog ICI

     


    2 commentaires
  • Auguste Rodin : Suzon :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Camille Claudel : La vieille Hélène

     

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    esclave :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Comparaison entre deux femmes accroupies :

    de Rodin :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    celle de Camille Claudel :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Camille Claudel : L'abandon :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Rodin : L'éternelle idole :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Rodin : l'éternel printemps :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Camille Claudel : L'aurore :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Camille Claudel : buste de Rodin :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Léon Lhermitte (peintre et graveur, arrière-grand-père de Thierry Lhermitte) :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Madame Claudel (sa mère)

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    La petite châtelaine :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Jeune femme aux yeux clos :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Paul Claudel à 35 ans :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    La fortune :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    La valse :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    L'implorante :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    tête de vieil aveugle chantant :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    L'âge mûr :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

    les bavardes ou les causeuses :

    Musée Camille Claudel : Camille Claudel et Rodin

     


    3 commentaires
  • Le musée Camille Claudel, ouvert en 2017, se trouve à Nogent-sur-Seine.

    Il y avait, à Nogent-sur-Seine, un musée créé par deux sculpteurs qui ont vécu à Nogent : Paul Dubois et Alfred Boucher.

    Camille Claudel a également habité quelques années, avec ses parents, son frère Paul et sa sœur. C'est à moment-là qu'elle a été l'élève d'Alfred Boucher.

     

    Le musée contient évidemment des œuvres de Camille Claudel et de Rodin mais aussi des sculptures d'autres artistes :

    Alexandre Falguière : "Diane chasseresse"

    Le musée Camille Claudel

     

    Alfred Boucher : " À La Terre"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    "Au but", une sculpture que nous avons vu (en réduction) dans le jardin de La Ruche (rappel : Alfred Boucher a fait construire La Ruche)

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Faune et bacchante :

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Antoine Bourdelle "Femme bras levés" :

    Le musée Camille Claudel

     

    Antoine Bourdelle "guerrier allongé au glaive"

    Le musée Camille Claudel

     

    Le musée Camille Claudel

    Antoine Bourdelle "Auguste Rodin au travail"

    Le musée Camille Claudel

    Auguste Clésinger : "Ariane étendue sur le dos d'un tigre"

    Le musée Camille Claudel

     

    Emmanuel Hannaux : "le poète et la sirène"

    Le musée Camille Claudel

     

    Gabriel Jules Thomas "l'âge de pierre"

    Le musée Camille Claudel

     

    Gustave Doré "Nymphe dénichant des faunes"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Henri Chapu "Jeanne à Domrémy"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Jules Desbois "la misère"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Jules Franceschi "Hébé"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Paul Dubois, "chanteur florentin"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Paul Dubois "Jeanne d'arc"

     

    Le musée Camille Claudel

     

    Le musée Camille Claudel

    Paul Dubois, 4 sculptures aux angles du cénotaphe pour le général La Moricière 

    Tout d'abord : la foi :

    Le musée Camille Claudel

    Le musée Camille Claudel

    le courage militaire :

    Le musée Camille Claudel

    la charité :

    Le musée Camille Claudel

    l'étude ou la méditation :

    Le musée Camille Claudel

    Paul Dubois : "Le souvenir ou L'Alsace-Lorraine"

    Le musée Camille Claudel

     

    Paul Dubois : "Louis-Léopold Ollier", créateur de la chirurgie orthopédique

    Pierre Roche : "la danse du papillon de Loïe Fuller"

    Le musée Camille Claudel

     

    inspiré par cette danseuse américaine (1869-1928), pionnière de la danse moderne, célèbre pour ses danses où elle faisait tournoyer ses voiles  :

    Le musée Camille Claudel

    Le musée Camille Claudel

    Le musée Camille Claudel

     


    3 commentaires
  •  Le château se dresse à l’aplomb de la falaise, à 60 m au-dessus du Loir. Pour y accéder, on peut y aller en voiture, ou, ce que nous avons fait, à pied depuis les bords du Loir, en prenant un escalier de 198 marches. La forteresse a été construite par Thibault Le Tricheur puis Thibault V a fait construire le donjon en 1180.

     En 1439, Charles d’Orléans fit don du donjon à son demi-frère Jean, dit Dunois ou le « bâtard d’Orléans », compagnon d’armes de Jeanne d’Arc (1403-1468).  Jean d’Orléans fit ajouter une chapelle et un logis. Les descendants firent ajouter d’autres bâtiments.

    l'aile Dunois :

    donjon et chapelle :

    maquette du donjon avant le toit :

    avec le toit :

    aile Dunois :

    aile Longueville :

     

    Le château de Châteaudun

     Le donjon : La visite se fait uniquement en visite guidée. Le guide commence ses explications au rez-de-chaussée. Ensuite, il nous prévient que, si nous voulons continuer la visite, il nous faudra monter 170 marches et qu’il ne sera pas possible de faire demi-tour. La montée est facile et la visite dure 1 heure 15. Le donjon mesure 31 m sur 3 étages. C’est un donjon de refuge, en cas d’attaque, et non d’habitation permanente.

    À l’origine, on n’accédait au rez-de-chaussée qu’à partir du premier étage, par une porte située à 10 mètres au-dessus du sol. Maintenant, une porte permet de commencer la visite en bas. C’était un cellier où l’on conservait les farines pour l’alimentation de la garnison. On n’y stockait que de la nourriture en cas de siège. Des évents percés dans le mur de 4 mètres d’épaisseur permettaient l’aération.

    L’accès à la nourriture se faisait à partir du premier étage par un trou par lequel seul, un jeune garçon pouvait passer. Il fallait être mince et pas claustrophobe car le garçon devait emprunter un étroit conduit pour traverser le plancher. Il remontait ensuite la nourriture à l’aide d’une corde.

    Le château de Châteaudun

    Les nourritures avariées étaient jetées dans un trou de 10 m de profondeur.

    Le château de Châteaudun

    Il n’est pas possible d’accéder à cette fosse à dépotoir, trop étroite et sans intérêt. Le trou d’homme a été bouché au 15 è siècle.

     Nous montons au premier étage où se trouve la chapelle haute pour les invités près de leurs appartements (la chapelle du seigneur était au rez-de-chaussée). Vestibule : dessin d’un château, sans doute celui de Dampierre, propriété du comte de Luynes.

    Le château de Châteaudun

    Les poutres de la chapelle sont en chêne (ce qui a été restauré au  XX è siècle est en bois foncé). Il y avait deux messes différentes : une dans la chapelle haute pour les invités et une dans la chapelle basse au rez-de-chaussée pour le seigneur.

     

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    on passe par un couloir pour gagner le deuxième étage :

    Le château de Châteaudun

    le trou d'homme :

    Le château de Châteaudun

    graffiti dans l'escalier :

    Le château de Châteaudun

    Deuxième étage : 4 soldats guettaient. Evier.

    Le château de Châteaudun

     

    Tom ne peut résister devant ces toilettes si confortables :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

     À partir du XV è siècle, il n’y a plus de soldats dans ce château.

     Troisième étage : la toiture a été faite en un an pour Jean de Dunois (avant le donjon n’était pas couvert). La charpente est en partie en chêne et le toit fait 17 m. La charpente est en 3 niveaux et les poutres rayonnent autour du centre. Il était fait pour être vu de loin. Au sommet, se trouve la fleur de lys qui rappelle que Jean de Dunois est le bâtard d’Orléans.

    Le château de Châteaudun

     La pièce était réservée aux officiers. Sous les fenêtres, doubles et hautes, des coussièges, banquettes pour travailler à la lumière. Au milieu, des trous servaient à insérer une cale pour les volets.

    Le château de Châteaudun

     Chambres : décor peint de fleurs et de phrases en latin. Blason de Agnès de Savoie, bru de Jean de Dunois.

     

    Le château de Châteaudun

    mâchicoulis du chemin de ronde :

    Le château de Châteaudun

     

    une belle vue depuis le donjon :

    Le château de Châteaudun

     

    on redescend pour aller pique-niquer au bord du Loir :

    Le château de Châteaudun

    Tom s'entraîne, au lieu de descendre il remonte :

    Le château de Châteaudun

    après le pique-nique, un moment de repos :

    Le château de Châteaudun

    le Loir :

    Le château de Châteaudun

    Nous visitons l'aile Dunois, il n'y a pas de visite guidée pour cette partie du château :

    toilettes doubles :

    Le château de Châteaudun

     

    Le château de Châteaudun

    la prison :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    De là, on peut aller dans le jardin suspendu. C'est Bernadette Desprées avec Tom Tom et Nana qui nous y emmène.

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Nous terminons par la visite de l'aile Longueville :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    et le jardin médiéval :

    Le château de Châteaudun


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique