• Le village des Hmong noirs (Houay Lam Phene) se trouve sur les rives du Mékong, entre Huay Xai et Pakbeng

    Ce village, très pauvre, est habité par les Hmong noirs, ethnie originaire de Chine (les Miao du Yunnan, du Guizhou). Une petite fille portait une jupe plissée à 1000 plis, comme dans le Guizhou.

    Les maisons traditionnelles sont en bambous tressés et reposent sur le sol. Les feuilles de palmier du toit sont changées tous les trois ans et les murs sont changés tous les 4 ans. Le sol des maisons est en terre battue. Plusieurs générations vivent ensemble dans la même maison. Les maisons n’ont pas toutes l’électricité.

    Ils pratiquent la culture sur brûlis. Ils chassent les cerfs, les chevreuils, les sangliers, les civettes, les singes. Ils fabriquent leur fusil en cachette.

    Le chef du village est élu tous les 2 ans. Ils sont animistes et enterrent les morts dans un lieu interdit aux visiteurs. Le chaman procède aux cérémonies.

    Ils se marient entre Hmong du Laos ou du Vietnam, mais jamais dans la même lignée. Les garçons vont chercher une femme dans un autre village. Ils peuvent être polygames.

    Les demes et les fillettes nous ont proposé des petits bracelets brodés.

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Mais pourquoi rient-ils ?

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    nous sommes entrés dans une maison et les premiers se sont cognés à la porte. Après, on l'a fait exprès pour faire rire les enfants

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

     

    séchage du riz :

     

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

     

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)

    kapokier épineux :

    Le village Houay Lam Phene (Hmong noirs)


    2 commentaires
  • Vendredi 21 janvier

    Nous quittons Chang Rai à 6 heures du matin pour rejoindre la frontière avec le Laos après 2 h 30 de bus. Il fait déjà 17° et la température atteindra 32 ° dans l’après-midi.

    Nous passons la frontière thaïlandaise à Chiang Khong et gagnons la frontière laotienne en navette en empruntant le pont de l’Amitié, construit par la Chine, le huitième pont. Avant, le passage de la frontière se faisait en bateau. Le Mékong sert de frontière entre la Thaïlande et le Laos.

    Nous faisons connaissance de Vilaphonh, dit Vic, notre guide laotien.  « Sabaidee"(bonjour) nous dit-il. Nous rangeons nos passeports et surtout le formulaire de sortie du territoire, indispensable si nous voulons rentrer chez nous. Nous passons au bureau de change : 100 € = 870000 kips.

    Nous prenons le car pendant 10 min pour rejoindre l’embarcadère de Huay Xai. Notre bateau est un « slow boat », il va nous permettre de rejoindre Pakbeng en 7 heures puis Louang Prabang, également en 7 heures (450 km en tout).

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    Notre groupe Arts et vie (22 personnes) a la chance de voyager dans un splendide bateau. Nous pouvons nous déplacer à volonté, aller aux toilettes, nous disposons de thé, café, fruits à volonté. Il faut se déchausser sur le bateau mais on prête des chaussons. Après un premier arrêt pour tamponner le billet de circulation (nous changeons de province), nous déjeunons sur le bateau (soupe de courges et tofu, poulet et légumes, oreilles de porc, ananas et papaye) et nous faisons un arrêt dans un village de Hmongs noirs, Huay Lanphene je crois.

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

     

    il faut être habile pour naviguer sur le Mékong car il y a de nombreux rochers.

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

     

    des orpailleuses :

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

     

    Nous accostons à Pakbeng pour loger à l’hôtel « Pakbeng lodge ». Il faut gravir un raidillon assez haut suivi d’un escalier plus praticable car le Mékong est en basses eaux. En période de crue, il atteint presque le niveau de l’hôtel. Heureusement, les porteurs montent nos valises jusqu’aux chambres. Les pauvres !

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    Notre chambre est jolie et donne sur le Mékong. Le lendemain matin, nous serons réveillés par le barrissement des éléphants qui prennent leur bain.

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    de l'autre côté le village de Pakbeng :

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

    Comme il n’y a pas beaucoup de chambres dans cet hôtel, il faudra changer d’établissement le lendemain pour aller dans un autre situé un peu plus loin, le « Mékong Riverside Lodge ». Comme sur le bateau, il faut se déchausser pour entrer dans la salle de restaurant de l’hôtel.

    De Huay Xai à Pakbeng en bateau

     


    1 commentaire
  • Nous ôtons nos chaussures et entrons dans le temple. Les fresques sont immenses. Au fond, se trouve un Bouddha devant lequel prient des gens. On ne peut pas photographier (ces photos sont des reproductions de celles qui se trouvent dans le petit livret). En face du Bouddha, le Bien, se trouve une fresque où des éléments représentent le Mal. Super-héros de films américains plus ou moins violents ou de Bandes dessinées (Batman,Spiderman, Kung Fu Panda, Freddy Kruger, T-800 de Terminator, Alien, Keanu Reeves pour Néo (de Matrix), Angry bird, Star Wars, les Transformers, un crâne percé de clous, Michael Jackson, Elvis, Pink Floyd, les tours du World Trade Center percutées par les avions et en flammes, des vaisseaux spatiaux, la guerre nucléaire, un pistolet de pompe crachant de l’essence pour abreuver des bouches assoiffées, plus gentils, un minion, Hello Kitty.... Et, dans les yeux du Démon, Bush et Ben Laden…

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

     

    L’artiste, Chalermchai Kositpipat, a fait des études en Angleterre. Ses œuvres n’étaient pas trop appréciées de ses compatriotes qui lui reprochaient de marier le style thaï à une vision contemporaine du monde. Jusqu’à ce que le Roi Rama IX lui demande d’illustrer le conte « L’histoire de Mahajanaka ». Sa renommée devint alors immense. Une de ses œuvres aurait été vendue 17500 $. Il construisit alors le temple blanc sur ses propres fonds. « Seule la mort peut arrêter mon rêve, mais on ne peut pas arrêter mon projet ». Il croit que son projet lui apportera l’immortalité.

    d'autres œuvres de l'artiste :

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Nous sortons du temple pour le contourner.

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

     

    Des arbres en béton blanc sont surchargés de cœurs en métal sur lesquels les gens ont écrit un nom. J’achète deux de ces cœurs en souvenirs (30 baht l’un). À côté, un puits dans lequel les gens ont jeté des pièces en faisant un vœu.

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Un bâtiment étincelle sous le soleil : le crématorium ou le hall du Dhamma ?

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    des vitrines d'objets oubliés classés par genre : parapluies, lunettes, chaussures, chapeaux ...

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

     

    Les toilettes sont dorées, symbole du corps en opposition au blanc de l'esprit.

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

     

    la visite est terminée ! 

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)

    Le temple blanc à Chang Rai (3)


    1 commentaire
  • La construction du Wat Rong Khun ou temple blanc a commencé en 1997 et devrait être achevée en 2070. Il est construit par Chalermchai Kositpipat en l'honneur du roi Rama IX (c'est le roi qui est décédé en octobre 2016). Le temple se trouve à 13 km de Chang Rai. Le temple a été endommagé par le tremblement de terre du 5 mai 2014 mais quand nous avons visité, tout avait été réparé.

    Le blanc symbolise la pureté de Bouddha et l’esprit, les petits miroirs incrustés en abondance symbolisent la sagesse du Bouddha et la réflexion de l’illumination alors que les éléments dorés représentent le corps, les désirs du monde et l’argent (le bâtiment des toilettes est entièrement doré).

    la tour de purification :

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Le temple blanc à Chang Rai

     

     

     

     

     

    Certains éléments invitent le visiteur à réfléchir aux enseignements du Bouddha pour échapper aux tentations (tabac, alcool, cupidité).

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Près de là, des masques d’où pendent des plantes (des tillandsia usnoides ?)

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Guy en bonne compagnie :

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Le temple blanc à Chang Rai

    Près de la pièce d’eau, ces deux kinnaris. Le kinnara et la kinnari sont des amoureux exemplaires et sont décrits dans le Mahabharata : « Nous sommes éternellement mari et femme, nous ne devenons jamais père et mère ». Ils habitent au pied du mythique mont Meru, dans la forêt de L’Himavanta. Là, habitent aussi les garudas et les nagas.

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Pour atteindre le temple, le obosot, il faut traverser le pont du cycle de la renaissance. De chaque côté, des mains supplient, elles symbolisent le désir.

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le pont est gardé par deux énormes créatures qui symbolisent la mort. Il représente le chemin du bonheur en surmontant la tentation, la cupidité, le désir. 

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

     

    Car, au bout du pont, se trouvent des Bouddhas en méditation. 

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Le temple blanc à Chang Rai

    Demain, nous pénétrerons dans le temple.


    6 commentaires
  • Un temple extraordinaire dont je vous conterai l'histoire et vous montrerai les détails demain. Pour ce soir, faisons le tour. On emprunte le petit pont gardé par deux énormes crocs. 

    Pour voir les photos en plus grand, cliquez dessus.

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

    Le temple blanc à Chang Rai (Thaïlande)

     


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique