• Le monastère de Novarank est perché sur un promontoire, à 1500 m d’altitude, dans la gorge de l’Amaghan, un affluent de l’Arpa.Nous arrivons par le sud.

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    À la différence des autres monastères, il n’est pas construit en roches volcaniques, mais en calcaire, comme les falaises qui l’entourent. On trouve des traces de fossilisation.

    Novarank et ses tympans

     

    Un premier monastère a été fondé en 1105 par l’évêque Hovhannès, il reste quelques ruines de la première église.

    l’église Adzvadzadzine, façades sud et est :

     

    Le site a été endommagé suite aux séismes de 1340, 1840 et 1931 et des réfections ont été entreprises au XX è siècle.

    Novarank et ses tympans

    l’église Adzvadzadzine à gauche  et sourp Karapet à droite et tout à droite : sourp Grigor

    Novarank et ses tympans

     

    Nous commençons par visiter l’église Adzvadzadzine (Sainte-Mère de Dieu). On l’appelle aussi Bourtelatchen, du nom de Bourtel Orbélian, son commanditaire. Elle a été construite en 1333 sur des plans dressés par Momik. Nous arrivons par la façade est. En haut, une sculpture représente un aigle emportant un mouton dans ses terres. C’est un thème récurrent en Arménie qui représente le clan féodal qui règne sur la région.

    Novarank et ses tympans

    façades sud et est :

    Novarank et ses tympans

    façades ouest et sud :

    Novarank et ses tympans

    façades nord et ouest :

    Novarank et ses tympans

    la coupole :

    Novarank et ses tympans

    des khatchkars :

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    L’entrée côté ouest, conduit au mausolée des Orbélian. Un escalier aux marches très hautes et étroites, sans rambarde conduit à l’église proprement dite. Des gens y montent difficilement et à quatre pattes pour certains, et c’est encore plus dangereux de descendre. Je ne m’y risque pas, et Guy non plus. Le but est de se faire photographier sur les marches et les gens font la queue pour prendre place sur le palier…

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Mais le plus beau, sur cette façade, ce sont les deux tympans. Le tympan inférieur représente la Vierge et l’enfant entourés des archanges Gabriel et Michel.

    Novarank et ses tympans

    Dans les angles, on voit des oiseaux-sirènes.

    Novarank et ses tympans

    Le tympan supérieur représente le Christ entre Pierre et Paul.

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dimanche 30 juin

     Le ciel est gris. Il a plu toute la nuit, il fait 17° et tout le paysage est dans le brouillard. Nous nous arrêtons pour un premier arrêt « technique » au restaurant Tatni et on nous offre des abricots bien juteux. Les cigognes nichent sur les toits.

    Pour accéder au site mégalithique de Karahunge, il faut emprunter un petit raidillon. Je « perds » beaucoup de temps à photographier les fleurs qui envahissent les prairies, je me dépêche et j’arrive tout en haut bien essoufflée !

    Les mégalithes de Karahunge

    Mais je ne pouvais pas passer à côté des pavots, des delphiniums au bleu-violet sublime,

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    des aulx pourpres,

    Les mégalithes de Karahunge

    des buglosses au bleu de ciel,

    Les mégalithes de Karahunge

    des bleuets,

    Les mégalithes de Karahunge

    des chicorées sauvages….

    Les mégalithes de Karahunge

     

    Sur 3 ha, à 1800 m d’altitude, se dressent 222 pierres en basalte, de 50 cm à 3 m de hauteur et alignées nord sud.Harout Pamboukjian

     

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Ce sont des menhirs, des cromlechs, des tumulus, des dolmens… On appelle aussi ce site Zorats Karer. Karahunge signifie « pierres qui sifflent » (kara = pierre, hunge = son).

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

     

    Ce serait un ancien observatoire astronomique. Certaines pierres sont percées au sommet mais pour quelle raison ? Pour les transporter ? Ce n’est guerre plausible. Alors, peut-être pour laisser passer les rayons du soleil au moment des solstices ? La pierre n° 63 pourrait être un calendrier.

     

    Ce site est comparé à Stonehenge et Carnac mais serait plus ancien : 6000 à 8000 ans avant notre ère.

     

    Au centre de l’alignement, un cercle est formé d’une quarantaine de pierres.

     

    Les mégalithes de Karahunge

     

     


    1 commentaire
  •  

    Nous reprenons le téléphérique, et au bout d’une demi-heure de route, nous arrivons à l’hôtel Mina, de Goris. Une demi-heure de repos et nous prenons un minibus puis des voitures. Nous résistons vaillamment aux cahots de ces routes pierreuses, bordées de cheminées de fées. Nous descendons allégrement les 430 marches qui conduisent au fond du canyon et nous nous engageons sur le pont suspendu de 160 m qui surplombe le canyon de 60 m. « Même pas peur » se dit Guy. On dit que le pont peut supporter 700 personnes. Ça bouge et on se tient aux filins de chaque côté. De temps en temps, on croise des jeunes, encore moins rassurés que nous. Une fille s’accroche à moi, comme si je pouvais l’aider ! Bon, finalement, cela se passe bien.

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Antonio me donne une coquille d'escargot qui sera dessinée au retour...

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Un petit sentier serpente dans la forêt jusqu’à la petite église du village troglodyte de Khntzoresk, au nom imprononçable. Autrefois, il y avait 18 000 personnes et 7 églises dans ce village situé au milieu des cheminées de fées. Les gens vivaient dans les maisons creusées dans la roche.

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    l'église est toujours fonctionnelle, la présence du rideau en est la preuve :

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    des pierres tombales :

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    Khntzoresk

    La frontière avec le Haut-Karabagh est toute proche. Nous refaisons le chemin dans le sens inverse, à nouveau le pont puis les marches, mais cette fois-ci, il faut les monter. Bon, finalement, ce n’était pas si difficile que ça !

     

    Khntzoresk

     

    La chambre de l’hôtel est toute petite mais le repas est excellent, c’est sans doute le meilleur du séjour ! Des courgettes fourrées au bœuf, une salade de betteraves, noix hachées menu, groseilles et carottes, des champignons farcis, in potage, du bœuf et légumes cuits en papillote dans un lavash, un gros chou à la crème.

     

    Michelle, très en forme, nous chante « Pibola » et « Perrine »

     


    votre commentaire
  • Samedi 28 juin

     

    Départ 8 h 30. Vers le sud-ouest de l’Arménie. La route traverse des pâturages couverts de fleurs blanches (des lychnis?), jaunes (des molènes). Par ci par là, on voit des ruches et les inévitables tuyaux de gaz. Il y a peu de villages. Nous quittons la région des Vayots Dzor pour entrer dans le marz de Syunik. Le plateau de Sisian, situé à 1700 m, est d’origine volcanique (environ 150 volcans). C’est une région de nombreux réservoirs d’eau, cheminées de fées, profondes forêts centenaires.Nous empruntons le canyon de la rivière Vorotan pour arriver jusqu’à Halidzor.

     

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

    Autrefois, on n’accédait au monastère de Tatev que par la route, une route longue, sinueuse, dangereuse.

    Le monastère de Tatev

    Maintenant, depuis 2012, un téléphérique à va-et-vient, les « ailes de Tatev » conduit au monastère en 12 min, à la vitesse de 36 km/h. Il mesure 5,7 km. C’est le plus long téléphérique bi-câble du monde. Il peut supporter le poids de 10 éléphants. On s’entasse à une vingtaine dans la cabine pour surplomber le canyon du Vorotan, d’une largeur de 2,7 km et d’une profondeur de 500 m.

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le paysage est grandiose, nous apercevons le petit ermitage de Tatev-du-bas. Nous n’irons pas le visiter car il n’est accessible qu’à pied.

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

     

     

    Le monastère est situé sur un promontoire à-pic du côté est et entouré de remparts. La construction du site démarre en 844 pour abriter différentes reliques et sera poursuivie 50 ans plus tard par l’évêque Ter Hovhannes. Elle a été consacrée en 906. Il y a trois églises : la chapelle Sourp Astvadzadzine (Notre-Dame), l’église Pierre-et-Paul et la petite église Saint-Grégoire.

     

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

    L’église Saint Pierre t Saint Paul comporte une jolie coupole en parapluie.

    Le monastère de Tatev

    Il faut se couvrir la tête pour entrer dans l’église. À l’intérieur de l’église, quelques fresques, datant de 930 , subsistent.

     

    Reproduction de miniature : Grégoire de Tatev entouré par ses étudiants.

    Le monastère de Tatev

     

    Côté est : 2 piliers symbolisent Saint Pierre et Saint Paul (tableaux)

     

     

    Dans l’église, sont célébrés plusieurs baptêmes d’enfants et d’adultes. Nous avons vu arriver les parents et les bébés endimanchés. Les parents portaient des paniers pleins de bougies, de fleurs et de cadeaux.

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    En Arménie, les sacrements sont donnés à la même cérémonie : baptême, communion, extrême-onction. Maintenant, pour l’extrême-onction, on attend (on l’appelle « le sacrement des malades »). On communie sous les deux espèces ; le prêtre trempe l’hostie dans le vin (un tout petit bout d’hostie quand il s’agit d’un bébé). La présence de la marraine n’est pas obligatoire (c’est la femme du parrain). Après le baptême, on ne lave pas le bébé pendant trois jours. Le troisième jour, le parrain lave le bébé. On se met à table. Avant ce repas avait lieu 40 jours après la naissance : seules la maman et la grand-mère avaient le droit de voir le bébé. Maintenant on baptise tous les enfants de la famille ensemble.

     

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

    La chapelle Notre-Dame, avec son toit en parapluie, date du XI è siècle.

     

    Le monastère de Tatev

     

    L’église Saint Grégoire date de 1295. Devant, se trouve le tombeau de Grégoire de Tatev, grand philosophe, théologien et miniaturiste.

     

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

    Le « gavazan » appelé aussi « colonne oscillante » est la seule restée après le séisme de 1931 (le monastère, endommagé au moment du séisme, a été restauré par la suite). Cette colonne de 8 m de hauteur et coiffée d’un khatchkar, oscillait avant les tremblements de terre. Maintenant, elle n’oscille plus car elle a été fixée.

     

    Le monastère de Tatev

     

    Le pressoir à huile qui date de la fin du XVIII è siècle est bien conservé.. On y pressait l’huile de sésame ou de lin ou de chanvre. Il comporte 4 salles dont une aire à moudre coiffée d’une coupole.

     

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    le réfectoire :

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

    Entre 1385 et 1435, à l’université du monastère de Tatev, on enseignait les matières religieuses et laïques, l’astronomie, l’architecture, les maths, l’enluminure. Pendant cette période, il y avait 360 diplômés qui partaient enseigner dans toute l’Arménie. Un millier de personnes vivait ici (moines, étudiants, professeurs). Le monastère était plus important, il y avait un deuxième étage.

    jeux d'enfants :

    Le monastère de Tatev

    boutiques :

    Le monastère de Tatev

    Après le repas pris au restaurant de Tatev, nous nous répartissons dans des taxis pour nous rendre au point de vue « carte postale ». Le paysage sur le monastère et le canyon du Vorotan est à couper le souffle.

    Le monastère de Tatev

    Le monastère de Tatev

     

     

     


    1 commentaire
  • Après un bon repas à Getak, au bord de la rivière Yèghèguis, nous entrons dans le village de Yèghèguis (ou Eghegis). Le village s’est appelé Alayaz jusqu’en 1994. Il compte environ 500 habitants. Le chemin est raide mais il y a beaucoup de choses à voir : d’abord l’église Sourp Astvadzadzine au portail décoré de sirènes,

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    puis des mûriers de vers à soie, des troupeaux de moutons et de chèvres conduits par des bergers,

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    des khatchkars,

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    des voitures chargées de foin… Arminée nous recommande de ne pas quitter le sentier car il y a plein de serpents dans les herbes. Le paysage est grandiose.

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    L’église de Zorats (son nom signifie «église du soldat»), a été consacrée par l’archevêque Stépanos Tarsaïtch (1324-1331), petit-fils du prince de Siounik, Tarsaïtch Orbélian. Elle a une forme différente de celles qu’on trouve en Arménie : c’est juste un rectangle. Son rôle aussi est particulier : elle accueillait pour la communion les soldats qui appartenaient au combat.

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Autrefois le village comptait 10 000 habitants, c’était le fief des Orbelian qui avaient fait construire des citadelles, des églises et s’y faisaient enterrer. Il y a aussi un cimetière juif que nous n’avons pas vu. Puis la ville fut abandonnée à la suite de séismes.

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Avons d’aller à notre hôtel, le Jermuk, nous nous arrêtons à la galerie des eaux thermales pour goûter l’eau ferrugineuse de Djermouk. Elle est censée guérir toutes les maladies, appareil digestif, rhumatismes, ORL, maladies gynécologiques… La galerie est en felsite, une roche volcanique. Cette ville était la résidence des princes en raison de son climat plus frais (on est à 2100 m d’altitude).

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Un bâtiment rouge est en tuf, c’est sa couleur naturelle.

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Plusieurs robinets déversent de l’eau à différentes températures, de 30 à 55 °. Les curistes utilisent des gobelets avec becs car l’eau attaque l’émail des dents. On avale quelques gorgées à chaque robinet. Pouah !

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    La ville se trouve à la source de la rivière Arpa qui coule ensuite dans un canyon.

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

      Le parc de l’hôtel est très fleuri. De la chambre, nous voyons les pistes de ski.

     

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !

    Balade dans le village de Yeghégis et un petit "rafraîchissement" à Djermouk !


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique