• Lundi 1 juillet

     

     

     

    Garni se trouve à 25 km au sud-est d’Érevan, à 1400 m d’altitude.

     

    La forteresse est mentionnée par Tacite sous le nom de Gornea. Elle se situe sur un promontoire qui domine la vallée de l’Azat de 300 m de hauteur.

    le temple de Garni

    A - entrée

     

    B - inscription

     

    C - temple

     

    D - église Saint-Sion

     

    E - ruines du palais

     

    F - thermes

     

    G - remparts

     

    Derrière les ruines du palais, on a une très belle vue sur les orgues basaltiques. On ne peut accéder au temple que depuis le sud.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    le temple de Garni

     

    Les ruines de la forteresse datent du IV è avant notre ère, époque à laquelle l’Arménie subit l’influence hellénistique (conquête de la Perse par Alexandre le Grand).

     

     

     

    Le temple, dédié au dieu Mithra, a été construit plus tard, en 77, sans doute sous le règne de Tiridate I. Une inscription raconte que Tiridate a construit ce temple du soleil dans la onzième année de son règne. C’est un temple hellénistique, le terme « gréco-romain » n’est pas approprié. Il est en basalte.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    décorations feuilles d'acanthes, mais aussi d'éléments du pays : raisins, grenades...

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    colonnes ioniques

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    La forme du naos est une voûte en berceau, plus adaptée en cas de séismes.

    le temple de Garni

    Il y avait une statue de Mithra. Des trous servaient à accumuler les sangs des animaux sacrifiés au dieu Mithra.

    le temple de Garni

     

    Gueules de lion.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    Les pierres des murs ont été dressées l’une sur l’autre et fixées par des éléments en métal : barres verticalement et agrafes horizontalement. On commençait par mettre les agrafes puis on versait du plomb. Des trous ont été faits pendant la guerre turco-persane (1532-1555) pour récupérer le plomb.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    le temple de Garni

     

    Plus tard, le temple a servi de baptistère, notamment pour la famille royale.

     

    Les atlantes à droite et à gauche ont été détruits.

    Le palais d’été des rois d’Arménie mesurait 40 m sur 15 m. Le palais fut transformé en « maison de rafraîchissement » pour Khosrovidukht, la sœur de Tiridate III dont nous avons parlé lors de la visite de Khor Virap. Un système d’aération permettait de recevoir le vent frais de la gorge. On faisait aussi venir des blocs de glace depuis les montagnes environnantes.

     

     

     

    Au VII è siècle, on a construit l’église circulaire Saint-Sion à côté.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

    Le temple est resté sur place, il a été démoli par le tremblement de terre de 1679 et restauré par anastylose en 1970.

     

     

     

     

    Les ruines des thermes ont été trouvées pendant la restauration du temple : hypocaustes, caldarium, tepidarium, frigidarium.

    le temple de Garni

    15 couleurs différentes ont été employées pour les mosaïques. Dans le carré central de la mosaïque, on voit le dieu Océan et la déesse Thalasso.

     

    Une inscription en grec (au III è siècle, il n’y avait pas encore d’alphabet arménien) dit : « Nous avons bien travaillé sans rien gagner ».

     

    Pierre avec la marque du fabricant : ce sont ses quatre doigts.

    le temple de Garni

    le temple de Garni

     


    votre commentaire
  • Le monastère de Khor Virap se trouve à quelques kilomètres de la frontière turque. La frontière turque se trouve derrière les champs.

    Khor Virap

    Khor Virap

     

    Khor Virap

    On voit un mirador

    Khor Virap

    et le minaret d’une mosquée.

    Khor Virap

    La rivière Araxe se trouve au niveau de la rangée d’arbres. Et, sur l’horizon, le mont Ararat est encore caché par quelques nuages. Il se fait désirer !

    Khor Virap

    Le mont Ararat, sommet volcanique, se trouve maintenant à quelques kilomètres mais les Arméniens qui veulent y aller doivent faire le tour par la Géorgie puisque la frontière entre la Turquie et l’Arménie est fermée. Il leur faut alors louer une voiture géorgienne. En principe, ils n’ont pas le droit d’escalader le mont.

     

    À l’entrée du site, des gens vendent des lâchers de colombes contre 2000 drams (4 €). On murmure un vœu à la colombe et on la lâche, en référence à la colombe de Noé. Le mythe dit que l’Arche s’est échouée au sommet du Mont Ararat.

     

    En arménien Khor Virap signifie « cachot profond », en raison du cachot où fut enfermé Grégoire.

     

    Le monastère date de la deuxième moitié du 3 ème siècle. Il est entouré de fortifications.

    Khor Virap

    Khor Virap

    Khor Virap

    Khor Virap

     

    Ce monastère est célèbre pour l’histoire de Grégoire l'illuminateur. Arminée nous raconte son histoire. En 252, Anak le Parthe fit assassiner le roi Khosrov II d’Arménie. En retour, il fut assassiné avec sa famille par les nobles arméniens. Seul, son fils Grégoire, fut sauvé et emmené en Cappadoce par sa nourrice. Grégoire devint chrétien et entra au service de Tiridates III, le fils de Khosrov II. Le roi était paîen et Grégoire ne voulut pas adorer Anahit, la déesse du panthéon arménien. Le roi apprit aussi qu’il était le fils de l’assassin de son père. Il le fit jeter à Khor Virap dans une fosse de 6 m sur 4 m, pleine de serpents venimeux. Une vieille femme lui donna à manger et à boire pendant 13 ans. La légende dit que Tiridate devint amoureux de la belle Hripsimée. Devant son refus, il la fit lapider en compagnie des 40 vierges (histoire racontée lors de la visite de l’église Saint Hripsimée le dimanche 23 juin). On dit que, devenu fou, il se transforma en sanglier. Sa sœur Khosrovidukht rêva que, seul Grégoire pourrait le délivrer du maléfice. Tiridate reprit sa forme humaine et se convertit et fit en 301, du christianisme la religion d’État. Grégoire mourut en 331 et une chapelle fut construite au dessus de la fosse au VII è siècle.

    Khor Virap

    Khor Virap

    Khor Virap

     

    Mais l’église actuelle date du XVII ème siècle. On peut visiter la fosse de Grégoire, nous ne l’avons pas fait car il y avait trop de monde. Et heureusement, car, quand j’ai vu les photos de l’escalier métallique qui conduisait à cette fosse très profonde, j’ai été effrayée !

    Khor Virap

     

    pour voir l'échelle métallique : clic

    Dans l’église, un autre escalier conduit vers une autre fosse qui servait aussi de prison.

    Khor Virap

    Les murs de la chapelle sont noirs de fumées de bougies , maintenant c’est interdit et on allume les bougies dans une petite salle. Les gens grattent le noir de fumée en faisant un vœu.

    Khor Virap

     

    Une autre église, sourp Adzvadzadzine, plus grande, date de 1661.

    Khor Virap

    Khor Virap

    Khor Virap

     

     

     

     

    On connaît davantage la silhouette du Grand Ararat (5000m) sous les neiges éternelles mais à côté il y a le Petit Ararat (3896 m) relié au grand par une table volcanique.. Le groupe de rock arménien System of a down y fait référence, ainsi que du génocide, dans la chanson « Holy Mountain ».

     

     

    Il nous faut une heure et demie pour traverser Érevan. Ce gros bouchon est dû au concert d’un chanteur arménien au stade Hrazdan. Le chanteur Harout Pamboukjian, dit « Tsakh Harout", Harout le gauche, attendait plusieurs dizaines de milliers de spectateurs. Repas pris à l’hôtel.

     

     

    Khor Virap

    Khor Virap


    votre commentaire
  • Un peu plus loin, un autre ensemble de bâtiments est constitué de Sourp Karapet (Saint-Jean-le-précurseur), appelée aussi Sourp Stepanos (au premier plan), de son gavit (derrière), des ruines de l’église primitive (les pierres au premier plan) et de Sourp Gregor (tout à droite).

    Novarank et ses tympans (suite)

     

    L’église Karapet a été construite entre 1216 et 1223 par le prince Liparit Orbélian et l’évêque Sargis.

    la façade sud :

    Novarank et ses tympans (suite)

    Le gavit a été construit un peu plus tard. Sur la façade ouest du gavit de Sourp Karapet, se trouvent deux magnifiques tympans datant de 1321.

    Novarank et ses tympans (suite)

    Le tympan inférieur représente la Vierge et l’enfant

    Novarank et ses tympans (suite)

    ils sont entourés d’Isaïe à droite avec un phylactère qui porte son nom, il avale la parole de Dieu.

    Novarank et ses tympans (suite)

    À gauche : Michée, à moins que ce ne soit Saint Jean Baptiste avec la table de lois ou encore Ézéchiel. Les mots « voix » et « désert » sont cachés par le feuillage.

    Novarank et ses tympans (suite)

    On voit aussi un lion sous les fesses de Jésus, une colombe et un oiseau,

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    le tout sur des motifs floraux entrelacés qui forment une très belle dentelle de pierre.

    Novarank et ses tympans (suite)

    Le tympan supérieur représente Dieu le Père qui tient Adam dans sa main gauche. À droite du tympan, on voit le prophète Daniel qui a prédit l’arrivée du Messie.

    Novarank et ses tympans (suite)

    Au-dessus d’Adam, la colombe du Saint-Esprit lui insuffle la vie.

    Novarank et ses tympans (suite)

    À gauche, une scène de crucifixion avec Marie et l’apôtre Jean.

    Novarank et ses tympans (suite)

    Sous la croix, il y a un personnage allongé qui touche la croix : est-ce Adam ?

    Novarank et ses tympans (suite)

    L’ensemble représente la création de l’homme et son rachat par le sacrifice du Christ. Entre les deux tympans, la parole de Dieu est représentée sous forme de goutte.

     

     

    Sourp Grigor, bâtie en 1275, abrite la tombe de Smbat Orbélian.

    Novarank et ses tympans (suite)

    À l’intérieur, on voit la pierre tombale dÉlikum, frère de Stepanos et fils de Tarssavitj. Une inscription explique le motif : « Le bel Elikum, le fils de Tarsaïtch, courageux comme un lion, qui rugissait devant l’ennemi. Je vous prie de se souvenir de ma prière ».

    Novarank et ses tympans (suite)

    Des restes de fresques représentent un échiquier, on dit que le pouvoir princier des Orbélian passait à celui qui jouait le mieux aux échecs.

     

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    pigments avec la cochenille

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

     

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    Novarank et ses tympans (suite)

    les trois éléments d'une église arménienne : autel surélevé, rideau, vierge à l'enfant

    Novarank et ses tympans (suite)

    Entre les deux églises, on voit un puits, pas protégé, il faut faire attention où on met les pieds. Des gens y descendent, je ne sais pas ce qu’il y a là-dedans.

     

    Novarank et ses tympans (suite)

     

    Momik, dit le Vardapet (prêtre) était sculpteur, miniaturiste, architecte. Il est mort en 1333 et est enterré dans le monastère. Il a été le créateur des tympans et de bien d’autres choses dans ce monastère.

    Novarank et ses tympans (suite)

     

    Novarank et ses tympans (suite)

     

    Nous prenons notre repas près du monastère et reprenons la route dans la vallée de l’Orpa. Nous passons près de la grotte où a été trouvée la plus vieille chaussure en cuir.

     

    Novarank et ses tympans (suite)


    votre commentaire
  • Le monastère de Noravank est perché sur un promontoire, à 1500 m d’altitude, dans la gorge de l’Amaghan, un affluent de l’Arpa.Nous arrivons par le sud.

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    À la différence des autres monastères, il n’est pas construit en roches volcaniques, mais en calcaire, comme les falaises qui l’entourent. On trouve des traces de fossilisation.

    Novarank et ses tympans

     

    Un premier monastère a été fondé en 1105 par l’évêque Hovhannès, il reste quelques ruines de la première église.

    l’église Adzvadzadzine, façades sud et est :

     

    Le site a été endommagé suite aux séismes de 1340, 1840 et 1931 et des réfections ont été entreprises au XX è siècle.

    Novarank et ses tympans

    l’église Adzvadzadzine à gauche  et sourp Karapet à droite et tout à droite : sourp Grigor

    Novarank et ses tympans

     

    Nous commençons par visiter l’église Adzvadzadzine (Sainte-Mère de Dieu). On l’appelle aussi Bourtelatchen, du nom de Bourtel Orbélian, son commanditaire. Elle a été construite en 1333 sur des plans dressés par Momik. Nous arrivons par la façade est. En haut, une sculpture représente un aigle emportant un mouton dans ses terres. C’est un thème récurrent en Arménie qui représente le clan féodal qui règne sur la région.

    Novarank et ses tympans

    façades sud et est :

    Novarank et ses tympans

    façades ouest et sud :

    Novarank et ses tympans

    façades nord et ouest :

    Novarank et ses tympans

    la coupole :

    Novarank et ses tympans

    des khatchkars :

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    L’entrée côté ouest, conduit au mausolée des Orbélian. Un escalier aux marches très hautes et étroites, sans rambarde conduit à l’église proprement dite. Des gens y montent difficilement et à quatre pattes pour certains, et c’est encore plus dangereux de descendre. Je ne m’y risque pas, et Guy non plus. Le but est de se faire photographier sur les marches et les gens font la queue pour prendre place sur le palier…

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Mais le plus beau, sur cette façade, ce sont les deux tympans. Le tympan inférieur représente la Vierge et l’enfant entourés des archanges Gabriel et Michel.

    Novarank et ses tympans

    Dans les angles, on voit des oiseaux-sirènes.

    Novarank et ses tympans

    Le tympan supérieur représente le Christ entre Pierre et Paul.

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

    Novarank et ses tympans

     

     

     

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Dimanche 30 juin

     Le ciel est gris. Il a plu toute la nuit, il fait 17° et tout le paysage est dans le brouillard. Nous nous arrêtons pour un premier arrêt « technique » au restaurant Tatni et on nous offre des abricots bien juteux. Les cigognes nichent sur les toits.

    Pour accéder au site mégalithique de Karahunge, il faut emprunter un petit raidillon. Je « perds » beaucoup de temps à photographier les fleurs qui envahissent les prairies, je me dépêche et j’arrive tout en haut bien essoufflée !

    Les mégalithes de Karahunge

    Mais je ne pouvais pas passer à côté des pavots, des delphiniums au bleu-violet sublime,

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    des aulx pourpres,

    Les mégalithes de Karahunge

    des buglosses au bleu de ciel,

    Les mégalithes de Karahunge

    des bleuets,

    Les mégalithes de Karahunge

    des chicorées sauvages….

    Les mégalithes de Karahunge

     

    Sur 3 ha, à 1800 m d’altitude, se dressent 222 pierres en basalte, de 50 cm à 3 m de hauteur et alignées nord sud.

     

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Ce sont des menhirs, des cromlechs, des tumulus, des dolmens… On appelle aussi ce site Zorats Karer. Karahunge signifie « pierres qui sifflent » (kara = pierre, hunge = son).

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

    Les mégalithes de Karahunge

     

    Ce serait un ancien observatoire astronomique. Certaines pierres sont percées au sommet mais pour quelle raison ? Pour les transporter ? Ce n’est guère plausible. Alors, peut-être pour laisser passer les rayons du soleil au moment des solstices ? La pierre n° 63 pourrait être un calendrier.

     

    Ce site est comparé à Stonehenge et Carnac mais serait plus ancien : 6000 à 8000 ans avant notre ère.

     

    Au centre de l’alignement, un cercle est formé d’une quarantaine de pierres.

     

    Les mégalithes de Karahunge

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique