• Deuxième arrêt, toujours sur la rive ouest du lac Sèvan, un peu plus au sud. C’est le cimetière de Noratus (prononcer No-ra-dou-ze). Il renferme 728 khatchkars (prononcer : rat-kage) allant du IX è au XVII è siècle. C’est le plus grand cimetière d’Arménie. Le cimetière de Djoulfa était beaucoup plus grand, il comptait 10 000 katchkars mais il a été complètement rasé par les Azéris en 2005.

     au fond, la chaîne Geghama :

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

     

    Le plus ancien khatchkar de Noratus date de 996. C’est impressionnant de voir ces rangées de pierres dressées qui regardent toutes vers l’ouest. Pourquoi vers l’ouest ? Parce que les gens prient devant la pierre, en regardant vers l’est. Il y a une autre explication : on dit qu’au jugement dernier, le Christ arrivera de l’ouest. Les khatchkars s’inclinent donc vers le Christ qui arrivera de l’ouest. Il fait très chaud  et nous sommes à contre-jour, ce n’est l’idéal pour prendre les photos !

    L cimetière de Noratus

     

    Une légende raconte que, au moment des invasions de Tamerlan, les villageois auraient équipé les khatchkars de casques et d’épées afin de faire fuir les envahisseurs.

     

     

    L cimetière de Noratus

     

    Le mot khatchkar vient de « khatch » = croix et « kar » = pierre. Il y en a environ 50 000 en Arménie, tous différents.

     

    La forme du khatchkar a atteint son apogée au Xè siècle.

     

    Les trois branches supérieures sont égales et celle du bas est plus grande. Chaque branche se divise en 8, qui est le chiffre de la résurrection. À l’extrémité des branches, se trouvent des bourgeons, toujours dans l’idée de renaissance.

     

    La croix est ici, l’arbre de vie, la victoire sur la mort. La rosace représente la renaissance et l’éternité. L’arc entourant la croix représente le paradis. En bas de la croix, les racines de l’arbre de vie remontent vers le ciel. Le disque solaire, symbole du Christ, représente la vie éternelle. Parfois, il y a des grappes de raisin (fruit de la communion), des grenades (symbole de la fertilité qu’on trouve partout en Arménie).

    Avant les invasions arabes, les pierres avaient quatre faces. Au IX è siècle, le khatchkar est utilisé comme stèle votive pour célébrer une victoire, la construction d’un pont, d’un monastère. Puis on les a utilisés comme stèles funéraires avec la tombe devant. La stèle devient ensuite de plus en plus fine. Aux IX è et X è siècles, le khatchkar entre dans sa période primitive, c’est une pierre brute, pas taillée, avec juste une croix dessus.

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

    Puis elle a été taillée en rectangle, avec un bourrelet au-dessus, décorée et dirigée vers l’ouest. Aux XI è et XII è siècles, c’est la période classique, le khatchkar prend sa forme définitive avec la croix, l’arbre de vie et décoration de grenades, de disque solaire. Au XIIIè siècle, c’est la période des khatchkars dentelle avec un soleil sous la croix et sous l’arbre de vie. Maintenant, on fabrique toujours des khatchkars.

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

     

    Le khatchkar est inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO.

    Parfois une croix est encadrée par deux plus petites : ce seraient les croix du Golgotha.

     

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

    des pierres tombales :

    L cimetière de Noratus

    des khatchkars modernes avec des statues ;

    L cimetière de Noratus

    les tricoteuses :

    L cimetière de Noratus

    les moutons ont de gros derrières

    L cimetière de Noratus

    L cimetière de Noratus

     

    En Arménie, le deuil dure huit jours, on porte des habits noirs. Pour le deuil d’un enfant, on porte des vêtements noirs à vie. Pendant le deuil, les hommes ne se rasent pas (le rasoir ne doit pas toucher la peau), les femmes gardent les cheveux longs.

     

    Il n’y a pas de caveaux familiaux, pas d’incinération, pas de caveaux temporaires. Les dépouilles sont enterrées côte à côte. Pour chaque famille, la municipalité donne une parcelle de 3 m sur 4 pour 4 personnes minimum.

     

    Les gens s’endettent pour faire construire le khatchkar et pour le repas de funérailles.

     

    Quand le défunt est à la maison, on arrête les montres et les horloges.

     

     

     

    Le cimetière de Noratus


    votre commentaire
  • Vendredi 28 juin

     

     

     

    Munis de bonnes chaussures de marche, de capes de pluie et de lampes électriques (pour le caravansérail), nous partons à 9 h.

     

    Le premier arrêt est pour le monastère Hayravank. Il est construit sur un piton rocheux qui domine le lac Sèvan. L’église a été construite fin IX è siècle et le gavit un peu plus tard. Des khatchkars sont installés devant.

    Le lac Sèvan : Hayravank

    Le lac Sèvan : Hayravank

    Le lac Sèvan : Hayravank

    Le lac Sèvan : Hayravank

     

     


    votre commentaire
  • Nous reprenons la route à travers les montagnes, les vallées et alpages dans cette région verdoyante surnommée la « Suisse arménienne ».

    Le lac Sevan.

    Nous déjeunons à Dilijan, une jolie petite avec des chalets à la mode suisse.

    Le lac Sevan.

    Dans la rue principale, il y a de nombreuses boutiques d’artisans : poterie, travail du bois, petites poupées… Nous refaisons un peu de change et nous postons nos premières cartes postales. Dilijan se trouvait sur la route de la soie. D’après certains linguistes, le nom viendrait de « diligence ».

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    à restaurer !

    Le lac Sevan.

    Monument célébrant le 50 è anniversaire de la soviétisation de l’Arménie.

     

    Le lac Sevan.

     

    Nous nous dirigeons vers le sud, vers le lac Sevan. Sur le bord de la route, des gens vendent des pleurotes et des épis de maïs grillés.

     

    Le lac Sevan.

     

    Quel dommage, quand nous arrivons au lac Sevan, une petite pluie fine mais tenace nous attend. La montée (230 marches) jusqu’au monastère Sevanavank n’est pas très agréable.

    Le lac Sevan.

    Heureusement, le ciel se dégage et nous pouvons faire enfin quelques photos. Le lac apparaît sous un jour plus agréable et mérite mieux son surnom de « perle bleue de l’Arménie ».

     

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

     

    Le lac Sevan est un lac d’eau douce, un des plus vastes lacs d’altitude du monde (le deuxième, à la fois en superficie et altitude, après le Titicaca?) avec 1270 km² et une altitude de 1900 m. Il reçoit l’eau de 28 cours d’eau mais un seul, le Hrazdam, en sort. Le niveau du lac a baissé au cours du XXè siècle. Dans les années 1930, on a utilisé l’eau du lac pour l’irrigation et le niveau a baissé de 19 m. Autrefois, le monastère était sur une île, l’île aux oiseaux. Le programme a été stoppé quand on s’est rendu compte de la catastrophe écologique. Mais le lac n’a pas retrouvé son niveau d’origine.

     

     

    Le lac est d’origine volcanique et tectonique. Il est à la confluence de deux plaques tectoniques (il y a trois endroits en Arménie où les plaques se rencontrent : lac Sèvan, Gyumri et Chirak). Le lac est entouré par 4 chaînes de montagnes : à l’ouest Geghama, au sud Vardenis...

     

     

     

    Ce lac est magnifique. Gorki écrivait : c’est «un morceau de ciel qui serait tombé sur terre parmi les montagnes » «  il est enchâssé dans des montagnes sauvages » «  Souvent, des nuages s’accrochent aux flancs verts, gris-bleu, parfois violacés ou rosés de ces reliefs nus. »

     

    Il y a beaucoup de touristes en juillet-août, surtout au nord-ouest du lac. La température de l’eau est 20 à 21°.

     

     

     

    Le monastère Sevanavank se trouve à 200 m au-dessus du niveau du lac. Il a été construit en 874 à l’initiative du catholicos Machtots et financé par la princesse Mariam Bagratouni. Il ne reste que deux églises : Sourp Astvatsatsin (Mère de Dieu) et un peu plus bas, une église plus petite, Sourp Arakelots (saints apôtres).

    l'église Sourp Astvatsatsin :

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

     

    Dans l’église Astvatsatsin, se trouve un khatchkar étonnant, sculpté par Tiridate.

    Le lac Sevan.

    Au milieu, se trouve un Christ bénissant., symbole de résurrection, non de souffrance. De chaque côté, les donateurs.

    Le lac Sevan.

    En haut, la théophanie (épiphanie) du Christ.

    Le lac Sevan.

    le Christ a les traits mongols, c'était peut-être pour éviter que les soldats de  Tamerlan ne saccagent ce khatchkar ?

    Le lac Sevan.

    Tout autour de la scène centrale, se trouvent de petites scènes : les rois mages,

    Le lac Sevan.

    l’âne et le bœuf,

    Le lac Sevan.

    la pesée des âmes,

    Le lac Sevan.

    Marie et l’enfant.

    Le lac Sevan.

     

    Le lac Sevan.

    Tout en bas, le Christ tire Adam des Enfers et Adam tire Ève.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    l'église Arakelots :

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

     

    L’Église arménienne fête en même temps l’épiphanie et Noël, le 6 janvier. Dans la religion chrétienne, c’est l’empereur Aurélien qui a fixé, en 274, la date de Noël pour la faire coïncider avec les saturnales romaines et le culte de Mithra qui célébraient tous deux le solstice d’hiver, c’est-à-dire le « soleil invaincu ». De cette façon, le christianisme pouvait s’implanter dans l’empire romain.

     

     

     

    Nous arrivons à 17 heures à l’hôtel Russia de Tzaghkadzor, un hôtel à la mode soviétique, fort confortable. Nous avons le temps de faire un petit tour en ville. Hélas, l’église est déjà fermée. Par la grille, nous apercevons quand même des niches dièdres, un khatchkar et un cadran solaire.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

    Le lac Sevan.

     

    La ville est à 1800 m d’altitude, sur le flanc ouest du Mont Teghénis. Autrefois, les notables d’Érevan et Tbilissi y possédaient des datchas. Maintenant c’est une station de ski.

     

    Le lac Sevan.


    votre commentaire
  • Le monastère d’Haghardzine est perché au milieu de la forêt dans un cadre bucolique. Il faut grimper pendant 10 minutes pour y accéder mais Arminée nous propose d’y aller en taxi. Je ne résiste pas et avec quelques autres dames, nous arrivons bien avant les autres. Une aubaine pour prendre tranquillement quelques photos des ruines d’une petite chapelle du XIII è et de trois khatchkars.

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

    De là, on a une vue superbe sur le monastère, perdu au milieu des arbres.

     

    Monastère d'Haghardzine

     

    Un premier monastère, fondé au X è – XI è siècle, a été saccagé par les invasions seldjoukides. Il a été refondé en 1184, à la même époque que Gochavank, à l’initiative de l’abbé Khatchatour Tanonètsi - poète, musicien, musicologue – aidé par le roi George III de Géorgie et les frères Zacharian. Il a été restauré en 2008. C’est un cheikh qui a financé la restauration de ce monastère.

     

    Monastère d'Haghardzine

     

    Le réfectoire (1248) pouvait accueillir peut-être cent moines. La voûte est soutenue par deux paires d’arcs. Il n’y a plus de vie monacale dans ce monastère mais l’église sert d’église pour le village. Les murs ont plus d’un mètre d’épaisseur. Au cours de la restauration, on a ajouté le chauffage au sol.

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

    la croix arménienne. Les trois branches supérieures sont égales. Les branches se partagent en 2, ce qui fait 8, le chiffre de la renaissance. Aux extrémités, des bourgeons, symbole de renaissance. Au bas de la croix, les racines remontent vers le ciel. À Bondaroy, près de Pithiviers, dans la grotte de Grégoire, il y a une croix qui ressemble énormément à celle-ci. Au milieu, l' arevahach, symbole d'éternité.

    Monastère d'Haghardzine

    la croix de la grotte de Grégoire:

    Monastère d'Haghardzine

     

    Église Saint-Grégoire (1213)

     

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

     

    Église Saint-Étienne (1244)

     

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

     

    tombes de Smbat et Gagik (fils de Achat III le Miséricordieux et Khosrovanoush), de la dynastie des Bagratides et trois princes Kyurikian. Smbat est celui que nous avons rencontré, à Sanahin et à Haghpat, tenant, avec son frère Guourgèn, la maquette de l’église.

     

    Monastère d'Haghardzine

    Monastère d'Haghardzine

     

    Arbre. Ce noyer serait contemporain de la construction. Passer par le trou de l’arbre porterait bonheur.

     

    Monastère d'Haghardzine

     

    Église Astvasdzadzine (Notre-Dame) 1281.

    Monastère d'Haghardzine

     

    Monastère d'Haghardzine

     

    Une dame a été bénie par le prêtre

     

    Monastère d'Haghardzine

     

    Khatchkar sculpté par Poghos.

    Monastère d'Haghardzine

     

    Monastère d'Haghardzine


    votre commentaire
  •  

    On peut dire que l’Arménie est l’Occident de l’Orient et l’Orient de l’Occident. La femme n’y est pas complètement libérée mais pas complètement soumise. Un proverbe dit que l’homme c’est la tête et la femme est le cou qui tourne la tête dans le sens qu’elle veut. Un proverbe russe dit « L’homme est la tête. La femme est le cou. La tête regarde où le cou tourne ».

     

     

    L’avortement est autorisé jusqu’à 12 semaines. L’avortement sélectif (avortement de filles) est important, juste derrière la Chine et l’Inde. Le gouvernement prépare une loi pour interdire aux médecins de dire le sexe de l’enfant.

     

     

    Les violences conjugales existent mais ce n’est pas alarmant. Officiellement. Une récente enquête révélerait qu’une femme sur quatre a subi des violences.

     

     

    L’homosexualité est acceptée mais le mariage est interdit.

     

     

    L’âge de la majorité est 18 ans. Le service militaire se fait de 18 à 20 ans.

     

     

    L’âge légal du mariage est 18 ans. Mais on se marie de plus en plus tard , mais avant 30 ans. Pendant la période soviétique, 99,9 % se mariaient civilement. Maintenant, c’est le mariage religieux qui est le plus important. Le mariage civil se fait uniquement dans un bureau. La cérémonie de mariage religieux peut se faire avant mais pas juridiquement.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique