• C'est un endroit très calme. 
    b--guinage-silence.jpg

    Il a été fondé en 1245 et il hébergeait des femmes qui vivaient en communauté mais elles n'étaient pas religieuses (elles ne prononçaient pas de vœux). Les règles étaient quand même assez strictes, il n'y avait pas d'hommes dans le béguinage, elles menaient une vie contemplative et active. Elles lavaient la laine destinée aux tisserands (ce qui créait des conflits avec les foulons), elles faisaient de la dentelle, soignaient les malades. Il y eut entre 200 et 300 béguines. Le béguinage a fonctionné jusqu'en 1928 et les béguines ont été remplacées par des bénédictines.

    le béguinage de Bruges

    le béguinage de Bruges

    le béguinage de Bruges



    Les arbres s'inclinent vers l'église mais n'y voyez pas un signe de dévotion, c'est le sens du vent qui souffle de la mer toute proche.

    le béguinage de Bruges

    le béguinage de Bruges

    le béguinage de Bruges



    Près du béguinage se trouvent le lac d'amour (ou Minnewater), un lieu très romantique. C'est l'ancien port de Bruges, du temps où Bruges avait un accès à la mer.

    le béguinage de Bruges


    Pour lire la légende de Minna, cliquez ICI
    Des cygnes vagabondent sur la pelouse et sur le canal.

    le béguinage de Bruges


    Maximilien d'Autriche était très impopulaire auprès des Brugeois qui le firent prisonnier et l'enfermèrent dans la maison Craenenburg qui est située sur la Grand-Place. Maximilien fut forcé d'assister à la décapitation de son  ami Pieter Lanchals (Lanchals veut dire "long cou" en flamand. Après avoir fait de vagues promesses pour recouvrer sa liberté, Maximilien obligea les Brugeois,en tant que punition pour avoir exécuté Pieter Lanchals ), à entretenir à jamais des cygnes, oiseaux à long cou. D'où la présence de cygnes sur les canaux de Bruges à tout jamais...


    4 commentaires
  • Admirez la virtuosité de cette dentellière de Bruges 

    Les vraies dentelles de Bruges sont, paraît-il, introuvables et seraient sans doute extrêmement chères. Ce jour-là, il y avait une exposition de dentelles, certaines de facture très moderne (compositions de chiffres par exemple). Il paraît que les dentelles vendues à Bruges dans les magasins sont fabriquées à la main, mais en Chine d'après des modèles et la technique de Bruges.

    dentellière de Bruges


    7 commentaires
  • Cette jolie petite maison est une maison-Dieu de Bruges.
    Vers 1850, Bruges était la ville la plus pauvre du pays. Les guildes (corporations) étaient propriétaires de terrains vides et ont financé la construction de ces petites maisons pour loger les pauvres. Ces maisons étaient faites d'une seule pièce, avec lucarne et petite fenêtre. Il y en avait plusieurs dans la même cour-jardin, il y avait aussi des toilettes communes et une chapelle. Les riches Brugeois pratiquaient la charité mais la pauvreté en était-elle éradiquée pour autant ? Cela me fait un peu menser au paternalisme qui régnait dans certaines villes minières.
    Actuellement ces maisons sont louées à des retraités brugeois. La liste d'attente est longue (10 ans environ) et ces maisons sont allouées selon l'âge, le salaire des postulants.

    à droite, les maisons, au fond : la chapelle, à gauche : les toilettes

    les maisons-Dieu à Bruges

    les maisons-Dieu à Bruges

    les maisons-Dieu à Bruges

     

    les maisons-Dieu à Bruges

     


    4 commentaires
  • Quelques vues de Malines. D'abord la cathédrale Saint-Rombault. On avait voulu faire la tour la plus haute au monde ! Manque d'argent, puis les guerres de religion et la tour reste à 97 m au lieu des 167 m prévus.
    cath--drale-saint-rombault-1.jpg

    Voici ensuite un petit canal "la petite eau verte" dont l'eau est toute verte (algue ou lentille d'eau). Impressionnant ! Cela m'a fait penser à l'Essonne.

    canal-petite-verte.jpg
    et ce joli panneau indicateur
    panneau-indicateur-3.jpg

    6 commentaires
  • Je ne sais pas pourquoi ce restaurant épicerie fine s'appelle Malesherbes ! Il était fermé quand nous y sommes passés. le propriétaire venait-il de notre ville ? du boulevard Malesherbes à Paris ?
    Il se trouve rue des Etuves, lieu de bains publics. Hommes et femmes prenaient leur bain ensemble, au Moyen-âge, c'était un endroit de détente. On devisait, on mangeait...
    rue-de-l---tuve-malesherbes.jpg rue-de-l---tuve-3.jpg rue-de-l---tuve-4.jpg rue-de-l---tuve-5.jpg

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique