• L’Irrawady (ou Ayeyaewady) traverse la Birmanie du nord au sud. C’est une voie de communication très importante. Beaucoup de marchandises sont transportées sur ce fleuve, par exemple des bambous assemblés en vastes radeaux. Nous avons navigué sur ce fleuve plusieurs fois pour visiter des temples. Le fleuve mesure 2170 km, prend sa source au Tibet et se jette dans la mer d’Adaman en un vaste delta. Son affluent principal en Birmanie est la Chindwin que nous avons traversée. Nous espérions voir les fameux dauphins d’eau douce mais ce jour-là, ils se sont cachés. Les villes que nous avons visitées et qui se trouvent sur les rives de l’Irrawady sont Bagan, Mandalay, Sagaing. 

    Le fleuve est immense

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Sur les rives, des temples, des pagodes

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    des bateaux à hélice

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    j'ai pris des dizaines de photos de ce coucher de soleil

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Coucher de soleil sur l'Irrawady

    Coucher de soleil sur l'Irrawady


    4 commentaires
  • Promenade dans le quartier chinois à Rangoon. On voit bien qu'on est dans le quartier chinois avec ces acrotères sur le toit :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    Rangoon, le quartier chinois

     

    il y a aussi une mosquée :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    plein d'oiseaux sur les fils (donner à manger aux pigeons fait gagner des mérites) :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    Rangoon, le quartier chinois

    on vend de tout dans la rue :

    des abats :

    Rangoon, le quartier chinois

    des châtaignes d'eau

    Rangoon, le quartier chinois

     

    la fabrication du bétel :

    Rangoon, le quartier chinois

    Rangoon, le quartier chinois

    les canards laqués, comme à Pékin :

    Rangoon, le quartier chinois

    des crêpes birmanes :

    Rangoon, le quartier chinois

    le durian, à l'odeur nauséabonde , mais pas si mauvais que ça

    Rangoon, le quartier chinois

    Rangoon, le quartier chinois

    le fruit du serpent, je n'en ai jamais mangé :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    des épices :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    le jaquier :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    Rangoon, le quartier chinois

    Rangoon, le quartier chinois

     

    une machine pour le sucre de palme, je ne sais pas vraiment à quoi ça sert :

    Rangoon, le quartier chinois

    des mangoustans :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    des oeufs (oeufs de cent ans ?)

    Rangoon, le quartier chinois

     

    des omelettes :

     

    Rangoon, le quartier chinois

     

    Rangoon, le quartier chinois

    le transport des denrées avec une palanche :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    des pamplemousses chinois :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    Rangoon, le quartier chinois

    à la vapeur :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    pitaya ou fruit du dragon :

    Rangoon, le quartier chinois

     

    des plantes pour les offrandes :

     

    Rangoon, le quartier chinois

     

    ramboutan :

     

    Rangoon, le quartier chinois

     

    gâteaux de riz gluant :

     

    Rangoon, le quartier chinois

     

    soupe de poisson :

     

    Rangoon, le quartier chinois


    4 commentaires
  • Quand nous sommes allés voir l'exposition Han au musée Guimet, nous avons fait un petit tour dans les collections permanentes, section Birmanie.

    Nous avons vu de très belles statues de Bouddhas, je les dédie à Aung, notre guide en Birmanie.

    1 – Bouddha Märavijaya paré , art Shan (XIX è) bronze. L’inscription grave sur le socle precise le nom du donateur et les circonstances de la donation

    La Birmanie au musée Guimet

    2 - Bouddha Märavijaya paré , art Shan (XVIIIe-XIXè), bois laqué et doré

    La Birmanie au musée Guimet

    3 – Bouddha, art de Mandalay XIXè , bronze

    La Birmanie au musée Guimet

    4 – Bouddha, art de Bagan XIIè bronze

    La Birmanie au musée Guimet

    5 manuscrit XIX è , feuilles de latanier laquées et dorées, couverture en bois laqué or et rouge, formulaire de cérémonie d’ordination employé dans les monastères à l’occasion des célébrations très importantes. Les feuillets sont calligraphiés en caractères päli carrés. En Birmanie, la langue päli, indo-européenne, est encore utilisée comme langue liturgique.  Les premiers textes bouddhiques, les tipitaka, sont écrits en langue päli.

    Exemple trouvé dans Wikipédia : Dhammapada, « Yamakavaggo patṭhamo » (« Versets conjugués »), verset 1 : 

    devanāgarī :

    मनोपुब्बङ्गमा धम्मा मनोसेत्था मनोमया । मनसा चे पदुत्थेन भासति वा करोति वा । ततो नं दुक्खमन्वेति चक्कमं ऽव वहतो पदं 

    Transcrption traditionnelle :

    Manopubbaṅgamā dhammā, manosetthā manomayā,
    Manasā ce padutthena, bhāsati vā karoti vā,
    Tato naṃ dukkhamanveti, cakkaṃ’ va vahato padaṃ.

    Traduction :

    Le mental est l'avant-coureur des conditions, le mental en est le chef, et les conditions sont façonnées par le mental. Si, avec un mental impur, quelqu'un parle ou agit, alors la douleur le suit comme la roue suit le sabot du bœuf (traduction du Centre d'études dharmiques Gretz)

    La Birmanie au musée Guimet

    6 – Bouddha Märavijaya paré, art Birman, XV è-XVI è, bronze laqué et doré

    La Birmanie au musée Guimet

     

    7 – Bouddha paré, art Birman post-Bagan, XIV è, bois laqué et doré 

    La Birmanie au musée Guimet


    2 commentaires
  • A la pagode Kyuthawdaw (Mandalay), nous avons rencontré cette petite fille qui a ensuite retrouvé ses copines puis sa grande sœur.

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka

    Une autre rencontre au thanaka


    2 commentaires
  • Les jolies Birmanes appliquent sur leurs joues et leur front une pâte jaune : le thanaka. Cette pâte a une action rafraîchissante, protège la peau des brûlures du soleil et l’hydrate. Certaines appliquent la pâte tout simplement, mais d’autres font de jolis dessins, en forme de feuilles ou de cœur. (une feuille sert d’empreinte pour faire les nervures). On obtient cette pâte en râpant l’écorce de l’arbre avec un peu d’eau sur une pierre circulaire appelée kyauk pyin. On trouve aussi cette pâte en forme de bloc comme une savonnette ronde.

    Nous avons passé un bon moment avec cette fillette de 12 ans qui voulait nous vendre des cartes postales faites avec du sable (cartes achetées, bien sûr, à la fin de l'entretien), elle était irrésistible avec son discours (en anglais) pratiquement chanté. Je n'ai pas tout compris mais il me semble qu'elle disait que son père ne voulait pas qu'elle aille à l'école. 

    Beauté birmane au thanaka

    Beauté birmane au thanaka

     

    Beauté birmane au thanaka

    Beauté birmane au thanaka

    Beauté birmane au thanaka

     

     

    les bâtons de thanaka :

    Beauté birmane au thanaka

    j'ai acheté un bloc de thanaka (impossible de faire autrement, sur le marché, une dame m'en a collé sur les joues et après il m'a suivie jusqu'à ce que je lui en achète) et j'ai acheté un bâton pour frapper sur le petit gong.

    Beauté birmane au thanaka


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique