•  

    Les rizières de Yuanyang

     

    A perte de vue, les rizières s’étagent dans les environs de Yuanyang. Nous ne sommes pas descendus dans les rizières et nous nous sommes contentés de les admirer depuis la route au cours de notre randonnée. Mais il fallait faire attention à la circulation. Paul, notre guide, semblait inquiet et nous trouvait imprudents.

    On dit que les Hani furent les premiers sculpteurs de terrasses. Car il s’agit bien de sculptures et on pourrait en faire des tableaux abstraits. Saluons le travail de ces hommes qui ont dû suer sang et eau pour creuser, niveler ces collines.

    Ces rizières sont inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

     

    Mon buffle (Koa Ki, poète chinois)

    Mon buffle a les cornes jaunies,

    Mon buffle a la queue pelée

    Je joue de la flûte, fais claquer mon fouet,

    Je mène mon buffle au champ de paddy

    S’il est fatigué, il marche lentement

    S’il a faim, il sait que je sais qu’il a faim

    Quand il se lève, je chante un air

    Quand il se couche, je dors un peu

    La nuit, le dors à ses côtés et il me tien chaud

    Je suis un très vieil homme

    Et rien ne me tourmente

    Sinon que le percepteur, pour payer mes impôts

    Me prenne mon buffle et le mette en vente.

     

    P1010622

     

    P1010634

     

    P1010612

     

     

     

     


    12 commentaires
  •  

     

    Nous visitons notre premier marché. Ce marché de Yuanyang, juste en face de notre hôtel, l’hôtel Yunti,  est un festival de couleurs. J’en avais la gorge nouée d’avoir la chance de voir tous ces beaux costumes.

    Le marché se tient tous les 5 jours, jours du dragon, du singe et du rat. Si le calendrier désigne un animal de mauvais augure (serpent), il n’y a pas de marché.

    Les vendeurs proposent de tout, des vêtements, des pipes à eau, des nouilles, des herbes, des légumes, de la viande, et bien entendu des fruits, des fruits, des fruits !

    Des boutiques plus modernes aussi comme « China mobile », de la pub pour Coca Cola…

    Sur ce marché, on rencontre des gens des ethnies Yi, Hani, Miao, Dai, Zhuang.

    Les femmes  Yi portent des costumes très colorés. Elles portent deux losanges dans le dos, ils représentent le soleil et le clair de lune. Sur leur pantalon, trois bandes évoquent les 3 étapes de la migration de ce peuple tibéto-birman : une bande noire pour la grotte primordiale, une bande bleue pour Kunming, une bande blanche pour Yuanyang.

    Les Hani (Hakha) ont des costumes foncés, indigo et noir.

    Les ancêtres des Hani et les Yi  habitaient le plateau tibétain

    Une femme portait une hotte sur le dos, presque aussi grande qu’elle. Je n’ose imaginer le poids de cette hotte, une fois remplie…

    La hotte est maintenue grâce à un bandeau contre le front.

    Un homme avait un drôle de bonnet rouge à pompons, peut-être un taoïste de la secte des bonnets rouges. Je ne publie pas la photo car il était très en colère quand il a vu que je le photographiais, j’ai quand même gardé la photo mais je la garde pour moi.

    Beaucoup de circulation dans cette rue, les piétons marchent au milieu des motos, des camions…

     


    16 commentaires
  • Village et marché yi près de Jiasha, pas loin de Yuanyang

    Beaucoup de personnes au travail dans les rizières. Et toujours des ostumes colorés , même si dans ce village quelques pièces seulement du costume sont brodés

    En fin de diapo, une femme avec un chignon sur le devant de la tête, peut-être une taï. Elle a dénoué ses cheveux pour les renouer avec un turban indigo.

    Sur le marché, nous avons acheté des mangues, petites mais mûres à point, 1 yuan l'une, c'est-à-dire 12 centimes. Nous avons aussi acheté de petites banaes, 6 yans 80 centimes) les 15.

     


    9 commentaires
  • avant de visiter le village miao, nous avons déjeune dans un restaurant sur pilotis (musulman) où nous avons vu ce joli bébé dans ce magnifique porte-bébé brodé. Un mignon bébé avec ses deux touffes de cheveux sur son crâne rasé.

    bébé au restaurant sur pilotis près de Yuanyang

     

     

    et maintenant, la visite du village miao.

     Les miao sont très nombreux dans le Yunnan (et aussi dans le Guizhou). Ils sont constitués en 3 groupes qui comportent eux-mêmes de nombreuses branches, d'où une grannde variété de costumes et de coiffes. Les femmes, tisseuses et brodeuses expertes, racontent les légendes dans ces broderies. Remarquez la beauté des jambières brodées  que certaines femmes portent sous la jupe. Celle-ci est très large et plissée (les plis de la jupe sont cousus au niveau des hanches). Pour former ces plis, la jupe est mouillée puis mise à sécher dans un tube de bambou, ce qui rend les plis indéformables. On appelle ces jupes, les jupes aux cent plis mais il y en a beaucoup plus !

     La jupe n'est pas cousue devant et le sexe est caché par un tablier brodé. (renseignements lus dans le guide bleu Hachette)


    13 commentaires
  • Visitons maintenant un village han (prononcer "ran") , toujours dans le sud du Yunnan Les hans constituent la majorité de la population chinoise.

     

    Maisons en pisé mais pourvues de panneaux solaires

    De chaque côté de la porte, des sentences parallèles qui annoncent (sous forme de vers) un événement, en général heureux.

    Au-dessus de la porte, un miroir pour éloigner les mauvais esprits.

    Une pancarte rouge : je ne sais pas ce qui est écrit dessus mais voyez-vous les petites étoiles rouges ? Il y a des petits trous dans lesquels le propriétaire peut mettre des étoiles.  Le propriétaire de cette maison-là en a mis 9. Elles signifient (mais je ne sais plus l'ordre) qu'il aime la patrie, le marxisme, les petits, les personnes âgées, les coopératives, qu'il est riche, qu'il donne du travail gratuit, qu'il respecte le contrôle des naissances (un enfant par famille chez les Hans), qu'il fait faire des études scientifiques à son enfant, qu'il n'a pas commis de crime. Il lui manque la septième étoile : être aimé de ses voisins

    Pas étonnant, cet homme-là devait être parfait, et de ce fait,  pas très populaire   !

    J'aimerais trouver des renseignements sur cette plaque... René pourrait peut-être m'aider ?

     

    Sur la porte, se trouvent aussi des dessins de guerriers, toujours pour éloigner les démons. On les retrouve sur toutes les portes des maisons, sous différents dessins.

    Dans ce village, nous avons goûté de l'alcool distillé à partir de la canne à sucre.

    Autour de la cour centrale, se trouvent plusieurs maisons qui abritent plusieurs familles.

    Dans une cour, deux enfants jouaient avec une grenouille. la petite fille avait un visage ravissant mais n'était guère souriante. Le petit garçon avait le crâne rasé sauf une touffe de cheveux devant et une touffe de cheveux derrière.

     

    Les personnages importants dans les villages sont le premier communiste et la directrice des naissances.

    La fête la plus importante est la fête du Nouvel An. On fait beaucoup de bruit, on met des bambous remplis de poudre dans le feu, on allume des torches et des lanternes rouges, on colle des sentences parallèles de chaque côté de la porte et on met des papiers rouges dans les arbres car la légende dit que le Nian, animal cruel et vorace qui dévorait les humains la veille du Nouvel An a peur du bruit, de la lumière  et du rouge.

     


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique