• Le soir, Marie et Jules nous posaient des questions pour voir si nous avions bien suivi pendant les visites.

    Voici le questionnaire de Jules (sur le site romain de Corinthe et le musée)

    1 – Quel animal Bellérophon a-t-il dompté ?

    2 – Raconte l’histoire de Sisyphe.

    3 – En entrant sur le site de Corinthe, quelle construction a-t-on vue en premier ?

    4 – Qui était Jason ?

    5 – Qui a aidé Jason ?

    6 – De quand date le temple d’Apollon ?

    7 – En combien de blocs est faite une colonne du temple d’Apollon ?

    8 – Quel monstre est dessiné sur un vase du musée ? de quels animaux est-il formé ?

    9 – Quel pied le kouros avance-t-il ?

    10 – Qu’y avait-il dans les tombes ?

    11 – qui était dessiné sur une des pièces antiques ?

    12 – Comment s’appelle l’instrument qui sert à gratter les peaux des athlètes après le sport ?

    13 – Comment sont morts les fils d’Octave Auguste ?

    14 - Qui était représenté sur la grande mosaïque ?

     15 – Qu’est-ce qu’un panthéon chez les Grecs ?


    1 commentaire
  • 17 – figurines pour mettre sur les tombes ou honorer les dieux

    Corinthe, le musée, suite

    18 – figurines de danseuses autour d’un flûtiste. Découvertes dans un sanctuaire situé sur la route de Sikyon, sans doute dédié à Pan et ses nymphes.

    Corinthe, le musée, suite

    19 – cratère représentant une scène de bataille . 580-555 av JC

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    20 – strigiles. Les hommes s’entraînaient dans la palestre et prenaient part aux compétitions qui se trouvaient dans le stade. Ils enduisaient leur corps avec de l’huile contenue dans des aryballes (vases pansus pour conserver l’huile parfumée des athlètes). Ils raclaient leur peau pour enlever la poussière avec des strigiles.

    Corinthe, le musée, suite

     

    21 – jouet d’enfant

    Corinthe, le musée, suite

    22 – Jules César (ou Zeus)

    Corinthe, le musée, suite

    23 – Octave Auguste

    Corinthe, le musée, suite

    24 - Gaius  César Gaius (20 av JC- 4 ap JC) . 

    Corinthe, le musée, suite

     

    25 - Lucius César (17 av JC-2 ap JC). Ils sont tous deux petits-fils maternels d’Auguste qui les a adoptés. Mort de maladie. Ils sont morts tous les deux jeunes, l'un au cours d'une bataille, l'autre de maladie.

    Corinthe, le musée, suite

     

     

    27 – mosaïque d’une maison romaine. Dans les coins, des canthares (vases profonds pour boire du vin) avec du lierre. Au centre, Dionysos à la tête parée de lierre et de fruits.

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    autres mosaÏques :

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

     

    Nous avons vu aussi des statues de Kouros (photos interdites) elles étaient sur les tombes et représentaient les défunts. Comme les kouros du musée d’Athènes, ils avancent le pied gauche.

    28  et 29 - Statues monumentales représentant des prisonniers phrygiens. Elles proviennent de la  basilique (mur des captifs), partie nord de l’agora

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

     

     

    30 – ex-voto

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    des statues dans la cour

    Corinthe, le musée, suite

     


    votre commentaire
  • 1 – œnochoé avec dessin de trière VIII è av JC.

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    2 – amphore avec décor géométrique VIII è av JC

    Corinthe, le musée

    3 – détail d'amphore

    Corinthe, le musée

    4 – offrandes votives VI è av JC. Site de Solygeia, près de Corinthe

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    5 – cratère . VI è av JC. Poseidonia (ou Paestum) près de Naples

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    6 – sphinx, VI è av JC. Poséidonia

    Corinthe, le musée

    7 – miroir en bronze. Vè av JC. Poseidonia

    Corinthe, le musée

    8 – dessus de sarcophage peint de lions. Chiliomodi

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    9 – Vase. Peinture représentant Dionysos et un banquet. VI è av JC. Région de Asai.

    Corinthe, le musée

    10 – vases trouvés au cimetière de Tenea

    Corinthe, le musée

    Corinthe, le musée

    11 – sphinx. Marbre funéraire. 575-550 av JC

    Corinthe, le musée

    12 – pièce représentant Pégase. 5 è av JC. Leukas

    Corinthe, le musée

    14 – figurine représentant un cheval VIII è av JC

    Corinthe, le musée

    15 cratère. Argos 750-730 av JC

    Corinthe, le musée

     

    Corinthe, le musée

    16 – cratère. Attique. 475-450 av JC

    Corinthe, le musée

     


    3 commentaires
  • Mardi 25 octobre

    Corinthe (Corinthos) était une cité antique très importante. Nous avons visité la période romaine.

    Deux dieux ont lutté pour Corinthe : Poséidon s’est installé dans l’isthme et Hélios sur la colline de l’Acrocorinthe. Il y a aussi un temple dédié à Aphrodite sur la colline et dans la ville, un temple dédié à Apollon.

    l'Acrocorinthe :

    Corinthe

    Les rois mythiques de Corinthe :

    Sisyphe, fils d’Éole, passe parfois pour être le vrai père d’Ulysse. Il trompa plusieurs fois la mort. Lorsque le génie de la Mort, Thanatos, vint le chercher, il réussit à l’enchaîner, si bien que plus personne ne mourait. Très mécontent, Zeus envoya Hadès, le dieu des Enfers, délivrer Thanatos et emmener Sisyphe aux Enfers. Mais auparavant, Sisyphe avait convaincu sa femme, Mérope, de ne pas lui faire des funérailles convenables. Il n’eut pas de mal à convaincre Perséphone, la femme d’Hadès, de le laisser retourner sur terre pour régler le problème. Mais une fois revenu à Corinthe, il refusa de retourner aux Enfers. Thanatos (mais c’était peut-être Hermès) dut venir le chercher. Cette fois, Sisyphe, enfermé dans le Tartare, ne put s’enfuir et il fut condamné à rouler un rocher en haut d’une pente, indéfiniment, car le rocher en redescendait sans cesse.

    Bellérophon, petit-fils de Sisyphe, a tué la Chimère en chevauchant le cheval ailé Pégase. Bellérophon fut exilé de sa ville pour avoir tué son frère par accident. Il se réfugia chez Proétos, roi de Corinthe. Il repoussa les avances de la femme du roi et celle-ci, pour se venger, l’accusa de viol. Furieux, le roi l’envoya tuer la Chimère, monstre à tête de chèvre, corps de lion, queue de serpent et crachant du feu. Pour l’aider, Athéna, lui permit de dompter le cheval Pégase. Bellérophon, monté sur Pégase,  tua la Chimère d’une flèche de plomb dans la gueule. Le plomb fondit et étouffa le monstre. Malheureusement, Bellérophon voulut égaler les dieux et voler jusqu’à l’Olympe. Furieux, Zeus envoyer un taon qui piqua Pégase. Le cheval, fou de douleur, fit tomber Bellérophon sur un buisson épineux et Bellérophon, devenu aveugle, fut condamné à errer à pied jusqu’à la fin de ses jours. Pégase devint une constellation.

    Corinthe était une cité antique très importante. Elle passe pour être à l’origine du dithyrambe, du dressage  des chevaux, du commerce maritime, des poteries. Elle a fondé Corfou et Syracuse au VIII è av JC.

    Elle connut une période faste sous le règne du tyran Périande (627 av JC).

    Au V è av JC, la cité s’allia à Sparte pour battre Athènes (guerre du Péloponnèse).

    Corinthe a résisté aux Romains mais a finalement été complètement pillée en 146 avant JC et devint cité intégrée. En 44 av JC, César reconstruisit la cité qui devint une colonie romaine et fut peuplée par les vétérans, puis par les Égyptiens et les Syriens.

    C’était une ville cosmopolite. Il y avait 200 000 habitants quand Saint Paul est arrivé en l’an 50. La ville avait la réputation d’une ville où régnaient la prostitution et la débauche. Un proverbe disait qu’il fallait de l’argent pour passer à Corinthe.

    Nous commençons la visite par la fontaine de Glauké.  Fontaine de Glauké. Le rocher est posé sur quatre citernes.

    Corinthe

    Voici la triste histoire de Glauké.  La magicienne Médée (nièce de la magicienne Circé) aida Jason à conquérir la Toison d’or, détenue par son père. Furieux, Éétès les poursuivit. Médée épousa Jason et ils se réfugièrent chez Créon, roi de Corinthe. Mais Jason tomba amoureux de Glauké, la fille du roi. Et il répudia Médée. Furieuse, celle-ci offrit à Glauké une robe empoisonnée. Atrocement brûlée, Glauké alla se jeter dans cette fontaine. Médée fit aussi périr Créon, et les enfants de Jason, Merméros et Phérès.

     

    La plupart des constructions grecques ont été démolies pour donner naissance à des monuments romains. Mais le temple d’Apollon qui date de l’époque archaïque dorique, a été conservé. Au Parthénon, les colonnes étaient en plusieurs blocs. Ici, les colonnes sont en un seul bloc.

    Corinthe

    Corinthe

     

    Corinthe

    Temple d’Octavie, dédié à la sœur d’Auguste. Ce temple romain situé sur un podium est plus élevé que les temples grecs. Chapiteaux corinthiens

    Corinthe

    Corinthe

     

    Forum (ancienne agora grecque) est bordé de boutiques.

    Corinthe

    temple d'Apollon et une boutique :

    Corinthe

    Corinthe

    On y trouve aussi le bêma (les rostres chez les Romains). C’est de cette tribune que les autorités romaines s’adressaient au peuple. Saint Paul y prêcha également. Les Juifs de Corinthe firent arrêter Saint Paul mais le gouverneur romain Gallion  le relâcha car l’activité de Paul n’allait pas contre les lois romaines. L’apôtre est resté un an et demi à Corinthe et a écrit 2 épîtres aux Corinthiens.

    Quelques extraits de la première épître aux Corinthiens : « Je veux pourtant que vous sachiez ceci : le chef de tout homme, c'est le Christ ; le chef de la femme, c'est l'homme ; le chef du Christ, c'est Dieu. 4 Tout homme qui prie ou prophétise la tête couverte fait affront à son chef. 5 Mais toute femme qui prie ou prophétise tête nue fait affront à son chef ; car c'est exactement comme si elle était rasée. 6 Si la femme ne porte pas de voile, qu'elle se fasse tondre! Mais si c'est une honte pour une femme d'être tondue ou rasée, qu'elle porte un voile ! 7 L'homme, lui, ne doit pas se voiler la tête : il est l'image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l'homme. 8 Car ce n'est pas l'homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l'homme, 9 Et l'homme n'a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l'homme. 10 Voilà pourquoi la femme doit porter sur la tête la marque de sa dépendance, à cause des anges. … »

    Corinthe

    La rue Lechaion (cardo-maximus), dallée de marbre, orientée nord-sud, conduisait au port de Lechaion, dans le golfe de Corinthe.

    Corinthe

    16 - Fontaine Pirène composée de 4 citernes. Pirène était la fille du dieu-fleuve Asopos. De Poséidon, elle eut deux fils, Léchès et Kenchrias. Un jour, Artémis tua par accident Kenchrias. Pirène pleura tellement qu’elle se transforma en source. C’est là que Bellérophon trouva Pégase. Les ruines actuelles datent de l’époque romaine mais la fontaine a été construite sur d’anciens bains grecs (VII è av JC). Les niches des façades abritaient sans doute des statues. Elle aurait été financée par Hérode Atticus, en souvenir de sa femme Régilla (c’est le même qui a fait construire l’Odéon à Athènes).

    Corinthe

     

    latrines publiques :

    Corinthe

     

    j'aimerais bien connaître le nom de cet arbre :

    Corinthe

    Corinthe

    Corinthe

    Corinthe


    2 commentaires
  • Après un repas au restaurant Alaloum (crudités, poissons grillés), nous faisons quelques achats dans les rues Vassileos-Konstantinos et Staikopoulo. On y trouve de tout, des savons à l’huile d’olive, des statuettes, des komboloï, des « yeux » grecs...

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Julie nous a donné rendez-vous devant la petite mosquée, transformée maintenant en cinéma, et nous partons pour une visite de Nauplie.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie fut occupée par les Francs, les Vénitiens, les Ottomans. Première ville libérée de l’occupation ottomane en 1822, elle devient capitale de l’État grec de 1828 à 1834.

    La ville tire son nom de Nauplios, fils de Poséidon et d’Anymone. Un autre Nauplios, fils de Clytonée, roi d’Eubée, participa à l’expédition des Argonautes. Le mythe dit que Palamède, fils de Nauplios (lequel des deux ?) inventa le jeu de dés et une forme archaïque du jeu d’échecs. La larve naulius est une forme larvaire des crustacés.

    Sur la place de la Constitution (Syntagma) se côtoient deux mosquées (la grande a été utilisée comme Parlement et conservatoire),une église orthodoxe et des bâtiments classiques.

    l'ancienne mosquée :

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    L’église de la Vierge (ou église de la Panagia), dédiée à Saint Anastase, date du XV è siècle. À l’intérieur, c’est un déluge d’icônes dorées sur l’iconostase.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nous nous arrêtons ensuite devant la statue du roi Oton, fils de Louis I de Bavière. Il a été roi de 1833 à 1862. Le roi apprend le grec, porte le costume traditionnel. Il était étranger mais a fait des efforts pour s’identifier aux Grecs. Il quitte Nauplie au bout d’un an pour Athènes qu’il désigne comme capitale. À cause de sa politique maladroite, il a été expulsé par les patriotes grecs et est retourné en Bavière. Mais a voulu être enterré avec ses habits traditionnels grecs.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Kapodistrias (natif de Corfou) fut le premier gouverneur après la Révolution de 1827 à 1831. Il a été assassiné en 1831.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    le monument aux soldats français qui ont lutté pour l'indépendance de la Grèce ;

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

     

    Nous visitons ensuite la citadelle Palomède (216 m) à laquelle il faut accéder par un escalier de 857 marches. La porte d’entrée du Bastion Saint-André est surmontée du Lion de Saint-Marc, vestige de l’occupation vénitienne (1690-1714). À l’intérieur, l’esplanade est bordée d’anciennes casernes et armureries. Théodore Kolokotronis, héros de l’indépendance grecque, fut enfermé dans cette forteresse. 

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

     

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

     

     La vue sur le golfe d’Argolide est magnifique, il fait beau et nous nous sentons en vacances !!!

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

     

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Vue également sur l’Acronauplie, citadelle franque et vénitienne.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Vue sur l’îlot Bourdzi, autrefois rattaché à la terre par une jetée. Le premier fort a été construit en 1493. La nuit, une chaîne tendue à partir de l’îlot barrait l’accès au port. Le bourreau de Nauplie y habitait.

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

     

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    Nauplie (Nafpio) en Argolide

    art urbain :

    Nauplie (Nafpio) en Argolide


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique