• cratère. Premier enlèvement d’Hélène (pas encore mariée à Ménélas) par Thésée. À gauche, Thésée conduit Hélène à son ami Peirithoos qui a déjà préparé le char. À droite, Phoibe, la sœur d’Hélène, regarde la scène. Les noms des personnages sont écrits en blanc. Peinture attribuée à Polygnotos. 430-420 av JC.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    Cratère. Thésée combat le minotaure dans le labyrinthe. Ariane s’apprête à couronner le héros tandis que le roi Minos regarde la scène. 480 av JC.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    stèle représentant l’initiation. En marbre du Pentélique. 440-430 av JC. Elle représente Déméter, déesse de l’agriculture (à gauche) et sa fille Coré (Perséphone) remettant les grains de blé à Triptolème, prince d’Éleusis (au centre). À la recherche de sa fille Perséphone, enlevée par Hadès, roi des Enfers, la déesse prit l’apparence d’une vieille femme et devint la nourrice de Démophon, un des fils de Céléos, roi d’Éleusis. Pour le rendre immortel, Déméter le plaçait toutes les nuits dans le feu mais elle fut surprise par la mère de l’enfant, Métanire. La déesse se fit reconnaître et dit à Céléos de lui construire un temple. Elle donna des grains de blé à Triptolème, fils aîné de Céléos, pour qu’il répande l’agriculture sur la terre. Céléos, jaloux, voulut le tuer mais Déméter le contraint à abdiquer.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    lécythe de Myrrhiné. 420-410 av JC. Le lecythe est un vase à long col destiné à recevoir l’huile parfumée. 0,97 m sur 1,56 m. En marbre du Pentélique. Il provient d’une tombe de jeune femme,  dans le cimetière le plus important d’Athènes (Syntagma). Il représente Hermès psychopompe (conducteur des âmes, reconnaissable à son casque, ses chaussures ailées et son manteau, conduisant Myrrhiné vers l’Achéron. À gauche, les parents de la morte, conduits par un homme âgé, probablement son père, qui lève la main droite en geste d’adieu.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Hermès et la jeune morte

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    la jeune morte

     

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    la famille de la morte et Hermès :

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    stèle funéraire d’Hégèsô. Fin du V è av JC. Marbre du Pentélique. La défunte assise (Hégèsô, fille de Proxenios) reçoit dans sa main gauche une boîte à bijoux que lui présente sa servante. Dans sa main droite, elle tient un bijou. Sculpure de Kallimachos. La défunte porte un chiton (robe ceinturée) et un himation (manteau). 

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    Aphrodite

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    vase avec dauphins :

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Stèle. III è av JC. les travaux d’Heraklès. L’hydre de Lerne. C’est le deuxième des travaux d’Héraklès. L’hydre de Lerne était pourvue d’une grande quantité de têtes qui repoussaient quand elles étaient coupées. Héraklès finit par la vaincre en brûlant les moignons des têtes coupées. Eurysthée refusa de valider ce travail car Héraklès avait demandé l’aide de son neveu Iolaos.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Sirène. Marbre du Pentélique. 330-320 av JC. Trouvée dans le cimetière du Céramique à Athènes. Elle tient une lyre (carapace de tortue) dans la main gauche et un plectre (médiator) dans la main droite. Elles représentaient les âmes des morts. Dans la Grèce antique, les sirènes étaient des oiseaux à tête humaine.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Poséidon. Marbre. 125-100 av JC. Trouvé dans l’île de Milos (Milo), même époque que la Vénus de Milo. Poséidon porte un himation et tenait un trident dans la main droite. Près de sa jambe gauche, se trouve un dauphin.

     

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Empereur Auguste. Bronze. 12-10 av JC. La statue a été trouvée dans la mer Égée entre les îles d’Eubée et Saint Eustrate. C’est un fragment de la statue équestre de l’empereur Auguste. Né Caius Octavius, il a pris ensuite le nom d’Octave, puis Octavien, puis à sa mort Imperator Caesar Divi Filius Augustus. Auguste est vêtu d’une tunique rayée de pourpre et d’un paludamentum (manteau) retenu sur l’épaule par une fibule. De la main droite, il salue et il tient les rênes de la main gauche. On voit la poignée de son épée derrière sa main gauche.Sur sa bague est gravé un groupe de prêtres symbolisant sa charge de Pontifex Maximus (grand prêtre).

     

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     

    Asclépios. Marbre du Pentélique.160 av JC. La statue a été trouvée dans le sanctuaire d’Asclépios à Épidaure. À ses pieds, son emblème, le serpent.

    Musée archéologique d'Athènes, sculptures de l'époque classique

     


    1 commentaire
  • Statue du dieu de l’Artémision (460 av JC). Caractéristique de l'art classique sévère.

    S’agit-il de Zeus tenant la foudre ou de Poséidon tenant un trident ? Cette statue a été trouvée au fond de la mer au large du cap Artémision sur les lieux d’un naufrage (comme l’enfant jockey). Les lèvres et les sourcils étaient en cuivre rouge. La  statue mesure 2,09 m. Elle est formée de plusieurs morceaux soudés. Elle serait attribuée à Kalamis. 

     

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes

     le jockey de l’Artémision. 140 azv JC. Cette sculpture a été retrouvée au large du cap de l’Artémision où elle avait coulé suite à un naufrage (comme le Zeus-Poséidon). Le jockey est un enfant esclave. Une Nikè est gravée sur la cuisse du cheval.

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes

    Sculptures en bronze au musée archéologique d'Athènes


    votre commentaire
  • Sculptures archaïques (700-500 av JC):

    Nous avions déjà vu les kouroï (au singulier kouros) au musée de l'Acropole. en voici d'autres que nous avons pu photographier : sourire archaïque, pied gauche en avant, nus pour les hommes, habillés pour les femmes. 

    Ce sont des statues funéraires.

    sanctuaire d’Artémis à Délos. 650 av JC. On pense que la statue représente Artémis. Sur la cuisse gauche une inscription indique que la statue est dédiée à Apollon, frère jumeau d’Artémis.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     Kouros du cap Sounion : 3,50 m. 610-590 av JC. Statue votive à Poséidon.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     Kouros. Statue trouvée à Thera (Santorin). 590 av JC.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    cratère trouvé à Délos, île des Cyclades. C’est sur cette île que Leto, fuyant la jalousie d’Héra, accoucha. Zeus immobilisa l’île, jusque là flottante. Léto mit au monde deux jumeaux : Apollon et Artémis. L’île devint sacrée, il n’était pas permis d’y naître ni d’y mourir. En 478 av JC, se forma la ligue de Délos, alliance entre les cités grecques pour lutter contre les Perses. Par la suite, le trésor de Délos fut transféré au Parthénon d’Athènes. Le cratère provient du temple d’Apollon. Il représente le retour d’Apollon à Délos après son séjour hivernal chez les Hyperboréens. Apollon conduit un char tiré par des chevaux ailés. Il tient à la main une cithare. Il est accompagné de deux femmes, sans doute les Hyperboréennes Opis et Argè. Il est accueilli par sa sœur Artémis qui tient un daim. Sur le goulot du vase, se trouvent deux guerriers, probablement les héros homériens, le Grec Achille et le Troyen Memnon. Le cratère date de 640 avant JC.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    Achille ou Memnon :

     

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    Apollon et deux femmes :

     

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    Artémis :

     

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    le char d'Apollon :

     

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    kouros. Statue trouvée à Anavyssos. 1,94 m. 530 av JC. La statue fut volée et transportée en France puis restituée. Le corps est articulé. C’est une statue funéraire de la tombe de Kroisos, soldat mort au combat, comme l’indique l’inscription sur le socle.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    base pour kouros funéraire. 510 av JC. En marbre du Pentélique. Trouvée à Athènes, dans le cimetière Kerameikos (cimetière du Céramique) construit dans le mur de Thémistocle. Elle se trouvait sur la tombe d’un athlète. Trois faces sont sculptées en relief. La face avant montre des athlètes dans la palestre : deux athlètes sont en action, à droite un athlète ameublit la fosse qui recevra l’athlète représenté à gauche et qui se prépare à sauter (sans doute un saut sans élan avec 5 bonds, en s’aidant de poids).

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    Sur la face de gauche, on voit six athlètes.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    Sur la face droite, on voit deux enfants qui tiennent en laisse un chien et un chat. Les animaux ne combattent pas mais s’affrontent.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    base pour kouros funéraire. 510-500 av JC. En marbre. Trouvée à Athènes, dans le cimetière Kerameitos (cimetière de la Céramique) construit dans le mur de Thémistocle. Elle se trouvait sur la tombe d’un athlète. Les faces de côtés montrent des chevaux et des hoplites.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    La face avant montre six athlètes en train de jouer à un jeu qui ressemble au hockey. 

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    poids pour saut en longueur. Trouvés à Corinthe. VI-V è av JC. Les athlètes tenaient les poids devant eux au début du saut puis les balançaient derrière eux au milieu du saut. Les poids pesaient de 1 à 5 kg.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    Kouros d’Aristodikos 1,98 m

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes

     

    cratère avec quadrige (Rhodes). 510 av JC. Départ pour la course en char. Peint par le peintre de Bologne.

    L'art archaïque, musée archéologique d'Athènes


    votre commentaire
  • Fresque de l'Acropole de Mycènes, appelée "La dame de Mycènes" ( XIII siècle av JC)

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

     

    grande amphore pour rituel funéraire. VII è av JC.. Trouvée dans le cimetière de Kerameikos à Athènes (cimetière du Céramique). Sous le lit du défunt, les membres de la famille tirent sur leurs cheveux pour pleurer. On voit même un enfant.

     

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

     

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes

     

    Amphore funéraire trouvée dans le cimetière d’Analatos (Analatos s’appelle maintenant Nea Smyrni). Attribuée au peintre d’Analatos. VIIè av JC.

     

    Au musée archéologique d'Athènes : peinture et poteries mycéniennes


    1 commentaire
  • Nous continuons la visite du musée archéologique d'Athènes avec les objets trouvés dans les tombes mycéniennes

    Les objets proviennent des tombes royales à l’intérieur de deux cercles situés à l’intérieur de l’Acropole de Mycènes. Les masques étaient destinés à conserver les traits du défunt.

    Le masque dit « d’Agamemnon » ainsi nommé par Heinrich Schliemann lors de sa découverte en 1876. En fait il date d’avant la guerre de Troie mais le nom est resté. 5 autres masques ont été découverts dans les tombes de Mycènes.

    L'or dans les tombes mycéniennes

    d'autres masques :

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

     tombe de femme enterrée avec son bébé. 16 è siècle avant JC

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    lion attaquant un taureau

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    dans une autre tombe, un bracelet sur lequel sont dessinés des armes :

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

     Les rhytons sont des vases funéraires en forme d’animaux. 16 è av JC

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

     

    Tombes mycéniennes à Midea (Dendra) 14-15 è s av JC

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

    Coupes en or trouvées dans le tholos à Vapheio, près de Sparte.

    Sur cette coupe, on voit un taureau attaquant deux hommes, un autre capturé dans un filet et un troisième qui s'enfuit

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

    Sur celle-ci, on voit un homme emmenant un taureau à l'aide d'une corne, d'autres bovins paissent paisiblement.

    L'or dans les tombes mycéniennes

    L'or dans les tombes mycéniennes

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique