• Je reprends la publication des photos de notre voyage en Inde du sud, avec un pincement au cœur et une pensée pour notre amie Jeannine qui avait tant aimé ce voyage.

    Le 30 janvier,  nous roulions vers Mysore et Arul a vu qu’une cérémonie se préparait sur le bord de la route. Le car s’est arrêté et nous avons tout de suite été invités à nous joindre aux festivités d’un mariage. Arul nous a dit que c’était un honneur pour les mariés de revecoir des étrangers mais l’honneur était surtout pour nous !

     

    Le mariage hindou c’est l’union d’un homme et d’une femme mais aussi de deux familles. Les cérémonies durent parfois plusieurs jours et rassemblent beaucoup de personnes. Les coutumes diffèrent selon les castes, selon les régions.

     

    Ce sont en principe des mariages arrangés, par l’intermédiaire de la famille, des amis ou parfois d’une entremetteuse. Maintenant, les conjoints sont souvent choisis sur internet en fonction de la caste, de la fortune, du métier, des goûts. La mariée peut parfois refuser le choix de la famille. Les gens se fiancent parfois très jeunes, Dans un restaurant, le matin, nous avons vu une petite fille d’une douzaine d’années, richement vêtue et parée de bijoux. Elle était pieds nus et ses ongles étaient peints en bleu. Elle arrivait à la poitrine de son fiancé qui semblait avoir une vingtaine d’années. En principe, les mariages ne peuvent avoir lieu avant 18 ans pour les filles et 21 ans pour les garçons.

     

    La cérémonie qui se déroulait dehors, sous un arbre, sans doute un banian sacré (au pied de l’arbre, il y avait des miroirs, des images de dieux) ne concernait que l’homme. Il était vêtu de blanc, était coiffé d’un magnifique turban blanc et portait un collier de fleurs blanches. Une dame et une petite fille ont retiré des colliers qu’elles avaient au cou pour les passer à celui du marié. Une autre dame lui a offert une montre. Sur le tapis devant lui, on a posé des plats avec des fruits, bananes, noix de coco… Puis il a mis les pieds dans un plat dans lequel une dame a mis du riz, des pétales de fleurs.

     

    Un mariage en Inde, partie 1

     l'arrivée des musiciens :

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    Un mariage en Inde, partie 1

    le marié part vers la salle où l'attend la mariée :

    Un mariage en Inde, partie 1

    les musiciens :

    Au Rajasthan, j'avais assisté à un mariage, depuis la fenêtre de notre chambre. Clic ici


    1 commentaire
  • Halebid fut un temps la capitale ds Hoysalas. Il en demeure surtout le temple Hoysalesvara (XII è siècle). C’est un des plus beaux temples hoysala (avec Belur et Somnathpur). Pour accéder au complexe, nous traversons un joli parc où des dames sont occupées à désherber minutieusement les pelouses.

    Halebid, temple Hoysala

    Nous entrons par la porte nord, dite Porte de la Reine qui ouvre sur le temple de Parvati.

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

     

    C’est un double temple dédié à Shiva (au sud) et à sa parèdre Parvati (au nord). Les deux temples sont reliés entre eux par un corridor.  Ils sont en forme d’étoile, caractéristique de l’art hoysala et installés sur une plateforme, le jagati. Les temples sont construits dans une roche tendre, la stéatite ou pierre à savon.

    Halebid, temple Hoysala

    1 – porte nord, dite Porte de la Reine

     

    2 - temple de Parvati

     

    3 - petit Nandi

     

    4 – temple de Shiva

     

    5 – grand Nandi

     

    6 – côté est

     

    7 – porte sud, dite Porte du Roi

     

    8 - côté ouest

     

    9 - canal d’évacuation des eaux sacrées

     

     

    À chaque temple, est associé un bâtiment à colonnes renfermant un taureau Nandi, monture de Shiva, « le seigneur de la joie », symbole de la puissance sexuelle. Le Nandi correspondant au temple de Shiva est plus grand et plus beau. Les fidèles font le tour du Nandi avant de pénétrer dans le temple. Les deux temples et les édifices qui contiennent les Nandi sont soutenus par la même plateforme.

    sur la gauche, le temple du petit Nandi et à droite, le temple de Parvati :

    Halebid, temple Hoysala

     

    le temple du petit Nandi :

    Halebid, temple Hoysala

    le temple du grand Nandi :

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

     

     

    La porte nord, dite de la Reine, est précédée de deux templions.

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

     

    Le fronton représente Shiva, sous un kirtimukka. Il danse sur le corps d’un démon.

    Halebid, temple Hoysala

    Il est entouré de deux makharas, créatures à trompe d’éléphant, dents de crocodiles et queue de paon. Ils sont propices à la fécondité.

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

     

    Ganesh dansant.

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

    Halebid, temple Hoysala

     

    Chamunda ?

    Halebid, temple Hoysala

     

     

     

    de chaque côté de la porte, les gardiens, les dvarapalas.

     

    Halebid, temple Hoysala

     

     

     


    1 commentaire
  • Nous arrivons à l’hôtel Royal Orchid Central Kiriti, à Hospet (la ville est appelée Hosapete depuis 2014), dans l’état du Karnakata. Il est 17 h 30 et nous avons le temps d’aller faire un petit tour autour de l’hôtel. Nous voilà partis avec Catherine et Jeannine. Nous prenons d’abord à droite en sortant de l’hôtel vers le canal Tungabhadra, l’occasion de prendre de jolies photos de coucher de soleil et des femmes qui lavent leur linge.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

     

    Nous revenons sur nos pas

    la rue devant l'hôtel, au fond la statue d'Hanuman :

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    et tournons à droite dans un quartier mi-hindou, mi-musulman.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Les enfants sont très excités en nous voyant et nous suivent dans le dédale des rues.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Les petites filles nous conduisent vers un endroit « very beautiful » disent-elles. Nous n’avons pas compris pourquoi, c’est un terrain vague.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Hospet

    Nous passons près d’une maison où la porte est ouverte. Des enfants sont assis par terre, et sont en train d’écrire. C’est l’heure de l’aide aux devoirs et les maîtresses nous font signe d’entrer.

    Hospet

    chez le coiffeur :

    Hospet

    Hospet

    Nous quittons la bande d’enfants en leur promettant de revenir le lendemain (ce que nous ne ferons pas, nous rentrerons trop tard à l’hôtel).

    Devant l’hôtel, se trouve le temple temple Sri Shiv Sai Maruthi Mandir. On nous donne la permission d’entrer, nous nous déchaussons.

    Hospet

    Des gens font le tour d’un kiosque, je n’ai pas osé m’approcher pour voir ce qu’il y avait dedans.

    Hospet

    Un arbre pipal (arbre sacré) a un tronc en forme de Ganesh (on voit vaguement une trompe sur le devant).

    Hospet

    À l’intérieur du temple, se trompe une statue, sans doute celle du guru, fakir et yogi Sai Baba de Shirdi (vers 1838-1918). C’est un des saints les plus populaires en Inde, aussi bien pour les musulmans, les hindous et les zoroastriens. Les Hindous y voient un avatar de Dattatreya. Il se rattache à la voie de Kâbir qui prône le syncrétisme. Son enseignement est un mélange d’hindouisme et de soufisme.

    Hospet

    Hospet

    Hospet

     

    Pour en savoir davantage sur ce temple (vidéos et photos) : clic sur la page facebook du temple.

     


    votre commentaire
  • Samedi 1 février

     

    Nous reprenons la route vers le nord, 350 km à parcourir en 8 h pour arriver à Hospet.

     

    Une seule grande visite : Halebid, visite que nous aurions dû faire la veille mais que Arul a eu bien raison de transférer. La journée de vendredi a été moins chargée et celle de samedi moins monotone.

     

    La route est longue, sans doute n’y a-t-il pas de restaurants sur le trajet car nous pique-niquons dans le car : du poulet grillé, un chapiti, deux œufs durs, une banane et une boule au sirop (le gulab jamaun). J’aime beaucoup ce dessert extrêmement sucré. Il faut faire un sirop avec du sucre, de l’eau, de la cardamome, du citron. Puis faire une pâte à base de lait en poudre, de levure, de farine, de beurre, de semoule. On façonne des boules qu’on fait frire et on les arrose du sirop chaud.

     

    Tout au long de la route, des scènes de la vie quotidienne nous font passer le temps : vannage des pois chiches, ferrage des bœufs,

    temple tamoul…

    un char (ratha)

     

    réservoir et barrage de Tungabhadra , sur le fleuve Pennar, juste avant Hospet

     

     

     


    2 commentaires
  • Les visites de la journée sont terminées. Nous arrivons tard à Hassan, à l’hôtel Hoysala village resort. Les chambres sont dans de petits bungalows. Le jardin est très agréable. Un spectacle de magie nous est proposé après le dîner.

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    un jeu : snake and ladder. Une sorte de jeu de l'oie. Règle du jeu : clic ici.

    Hassan, l'hôtel Hoysala

     

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    Hassan, l'hôtel Hoysala

    un collier d'accueil :

    Hassan, l'hôtel Hoysala

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique