• Photos publiées avec l'autorisation d'un des membres du groupe : le mouton d'Ouzbékistan au gros derrière. La poche de graisse peut peser 40 kg. Le gras de mouton est un mets de choix pour les Ouzbeks et entre dans la composition du plov, plat national.

    Un mouton, attaché là, à la porte du magasin, sans doute en attente d'un nouveau propriétaire.

    Moutons d'Ouzbékistan

    Moutons d'Ouzbékistan


    votre commentaire
  • Jeudi 5 octobre.

    Nous quittons Boukhara pour Samarcande (300 km)

    Premier arrêt, à 40 km de Boukhara : le minaret de Vakbent, construit par les Karakhanides (une ethnie turcophone) au XII è siècle, à la même époque que le minaret Kalon et la mosquée Magok-i Attari de Boukhara. Très fin, il mesure 39 mètres de haut.

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Nous traversons ensuite le désert du Navoï (c’est le nom de l’écrivain qui fonda la langue ouzbèke). C’est une région industrielle, riche en pétrole, gaz et or. Les mines sont à ciel ouvert. Des gens creusent 1 m² sur 10 mètres de profondeur pour trouver de l’or.

    Nous nous arrêtons ensuite, à 26 km de Karmana, au caravansérail royal Rabati-malik, qui date du XII è siècle. Il n’en reste plus que la porte principale, haute de 12 mètres,

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    et de l’autre côté de la route, la source (sardoba = eau fraîche). Il y avait 2000 sardobas sur l’Asie centrale ; actuellement il n’y en a plus que deux, les autres sont ensablées. Autrefois, il y avait un puits de 2 mètres de diamètre, maintenant l’eau est en surface car la nappe phréatique a remonté. Les chameaux, les chevaux, les balles de soie prenaient place dans les écuries du caravansérail et les voyageurs logeaient à l’étage.

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Le troisième arrêt sera à 60 km de Samarcande, dans le village où habitent les parents de Gayrat. C’est un village de 600 habitants, dans le district d’Ishtixon. Les parents de Gayrat nous ont préparé un délicieux repas, avec, bien sûr, un plov, de la vodka de Samarcande, du miel de leurs ruches et du vin doux (16 à 18 °) ! La ferme est tenue par les parents et un des frères de Gayrat et sa famille. L’autre frère de Gayrat, médecin à la ville voisine, était aussi là avec sa femme et ses enfants et aussi, la femme de Gayrat, prof d’ouzbek à Samarcande, et ses deux fils.

     

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

     En quittant le village, les hommes du groupe ont dû aider un paysan à remettre la charrette sur la route car les veaux étaient tombés dans le fossé.

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    Le paysan peut repartir se mêler à la circulation.

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    un peu plus loin, pris au zoom, le gros derrière d'un mouton :

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    et toujours, la récolte du coton :

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Après le repas, nous nous sommes arrêtés au mausolée de l’imam Al-Boukhari à Khortang (nous avions vu un mausolée commémoratif, à Boukhara, en face de la source de Job). Pour rappel, au retour d’un long pèlerinage de La mecque, cet imam a écrit le deuxième livre sacré qui retranscrit les 600 000 paroles de Mahomet (les hadith). Son mausolée est un centre de pèlerinage important. Pour faire plaisir à la gardienne, nous avons mis un foulard. Il ne reste que le bassin et les arbres de l’ancien site, le mausolée a été complètement reconstruit en 1998. Si les pèlerins viennent prier à ce mausolée et à deux autres situés à Samarcande (Rukhobod et Shah-i-Zinda), cela correspond à un mini-hajj.

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    une phrase de l'ancien président Karimov

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    des consignes précises :

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     

    le mausolée :

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    le dôme dans le style de Samarcande :

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

    Sur la route, entre Boukhara et Samarcande

     


    2 commentaires
  • Un plan pour récapituler nos visites à Boukhara :

    Nous quittons Boukhara

    une carte postale offerte par un marchand. Boukhara autrefois.

    Nous quittons Boukhara

    au hasard des rues :

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara

    Nous quittons Boukhara


    2 commentaires
  • Outre les danses, au cours du dîner, des mannequins défilaient pour montrer les créations de la boutique "Ovatsiya" en tissus traditionnels comme le "khan atlas" en soie, l'"Adras" (soie et coton). Les robes de soirée sont décorées de broderies d'or traditionnelles "zardouzi". La créatrice s'appelle Irina Sharipova.

    Des robes de princesses des 1001 nuits !

     

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode

    Boukhara, défilé de mode


    1 commentaire
  • Un peu de musique a été demandée.

    J'ai donc ajouté quelques danses à l'article précédent :

    un clic ICI 


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique