• Nous partons en 4x4 pour une excursion dans les oasis de montagne en direction de l’Algérie : Tamerza, Midès et Chebika. Chez nous, les panneaux indiquent « attention traversée de chevreuils », ici c’est « attention, dromadaires » ! Tout là bas, sur l’horizon, une ligne bleue : la mer ? non, c’est un mirage.

     

    entre-Tozeur-et-Tamerza--un-mirage.JPG

     

    entre-Tozeur-et-Tamerza--village-sinistre--7-.JPG

     

    Des roses des sables sont en vente un peu partout. Celles-ci sont trop grosses pour nos valises !

    entre-Tozeur-et-Tamerza--village-sinistre--10-.JPG

     

    Les vieux villages de Chebika, Tamerza et Midès ont été abandonnés suite aux inondations de 1969.

    Dans cette région, ont été tournés « Fort Saganne » et « Le patient anglais ».

     

     

    L'oasis de Chebika

    Une petite balade d’une heure dans les rochers nous ravit par la beauté des roches au soleil couchant et l’eau fraîche des sources.

    A lire : "Chebika" et "retour à Chebika" de Jean Duvignaud

    oasis-de-Chebika--1-.JPG

     

    oasis-de-Chebika--4-.JPG

     

    oasis-de-Chebika--6-.JPG

     

     

    Nous traversons le vieux village de Midès, achetons quelques roses des sables choisies avec soin, admirons la vue sur le canyon avec tout en bas, le lit asséché de l’oued. L'oued est à sec, mais, en crue, il est redoutable.

    oasis-de-Mides--6-.JPG

     

    oasis-de-Mides--7-.JPG

     

     

    le village sinistré de Tamerza. En blanc, un marabout

    Tamerza--2-.JPG

     

     Puis nous faisons une balade au pied d’une cascade dans le nouveau village de Tamerza. Un homme fume le narguilé au bord de l’eau pendant que les canards se promènent.

    Tamerza-nouveau-village.JPG

     

    Tamerza-nouveau-village--1-.JPG

     

    Tamerza-nouveau-village--2-.JPG


    9 commentaires
  • L'oasis de Tozeur mesure 1000 ha irriguée par 200 sources. Il y a 400 000 palmiers dans la palmeraie. Les dattes sont des deglet nour (doigts de lumière), elles sont excellentes.

    Nous avons visité la palmeraie en calèche. Notre jument s'appelait Sonia et Bachir, le conducteur, était très galant et m'a offert une rose au parfum délicat et une fleur d'hibiscus. 

    L'eau est répartie équitablement entre tous les propriétaires et il y a un système de clepsydres (les jarres que vous voyez dans le diaporama) pour déterminer le temps d'irrigation auquel chacun a droit.

    Un homme est monté en haut du palmier à toute vitesse. Les fleurs sont soit mâles, soit femelles et la fécondation se fait à la main, en haut de l'arbre.

    Le palmier dattier n'est pas un arbre mais une plante monocotylédone. Pas de racine chez le palmier mais un bulbe. Pas de tronc mais un stipe.

    Nous visitons le musée Eden Palm où l'on nous explique tout sur le dattier. A la fin de la visite, dégustation de confitures, et autres douceurs à base de dattes. Des achats s'ensuivent évidemment !

    Dans le diapo, vous verrez des fleurs : albizia, bananier, bougainvillier, grenadier, hibiscus, mûres blanches, une rose offerte par Bachir, le conducteur de la calèche. Je ne connais pas le nom de la dernière fleur. Qui peut m'aider ?

     


    2 commentaires
  • Nous repartons de Kairouan pour Tozeur en passant par Gabès car il est interdit de passer par Kasserine à cause des risques de sittings. 

    Nous traversons une région d’amandiers. Les amandes entrent dans la composition des gâteaux (les baklawas, les kaak avec une goutte d’eau d’églantine)

    Des peaux de moutons sont accrochées à la devanture des « boucheries-restaurants ». Les routiers achètent la viande et la font griller eux-mêmes.

    Nous voyons des champs d’agaves, d’alfa, de figuiers de Barbarie. Au temps des Romains, la région était beaucoup plus fertile et couverte d’oliviers.

    Il y avait beaucoup de villes romaines dont Sbeïtla.

    Après le repas à  Sbeïtla (salade méchouia, couscous (agneau, pois chiches, raisins blonds) qui se mange sans sauce, pomme, fraises, thé à la menthe et lait lben (petit lait, j'adore ça !), nous arrivons sur le site romain de Sbeïtla (l’antique Sufetula).

     

    On entre sur le site par un arc monumental dit de la Tétrarchie, construit sous Dioclétien.

    Sbeitla-entree--arc-de-la-tetrarchie.JPG

    Sur le site, subsistent des édifices romains (temple, forum, capitole, thermes) et des monuments byzantins (églises).

    Sous les rues, court un réseau de canalisations pour l’alimentation en eau et d’égouts pour l’évacuation des eaux usées.

    Le Capitole est formé de trois temples dédiés à la triade Minerve, Jupiter et Junon. Devant le temple de Jupiter, il y avait l’autel. On accède au temple de Jupiter par l’escalier du temple de Minerve ou celui de Junon. 

    Sbeitla--1-.JPG

     

    Sbeitla-Capitole--1-.JPG

     

    Sbeitla-Capitole--2-.JPG

     

    Le forum est bordé de boutiques.

     

    Sbeitla-forum--boutiques-le-long-de-la-rue--1-.JPG

    Les thermes sont constituées de thermes d’hiver et de thermes d’été. La palestre est pavée de mosaïques à motifs géométriques. Ali et Michel exécutent des pompes, pour notre plus grande joie.

     

    Sbeitla-palestre--2-.JPG

     

    Sous les tepideria (bains tièdes) on voit le système d’hypocaustes.

    .

     Sbeitla-thermes-hypocaustes.JPG

     

    L’église de Vitalis a conservé un magnifique baptistère revêtu de superbes  mosaïques.

    Sbeitla-baptistere-de-l-eglise-Vitalis.JPG

     

    le théâtre

    Sbeitla-theatre-derriere-lemur-du-fond-l-oued-Seitla.JPG

     

    l'église de Servus

    Sbeitla-eglise-de-Servus.JPG

     

    d'autres photos, je ne sais pas à quel édifice les rattacher

    Sbeitla--2-.JPG

     

    Sbeitla--3-.JPG

     

    Sbeitla-mosaique-poissons--2-.JPG


    9 commentaires
  • Impensaible de visiter Kairouan sans passer par la fabrique de tapis. On commence par nous servir le thé. Il y a différentes sortes de tapis, noués, tissés, berbères, en cachemire, en soie. Les vendeurs déballent des tapis, de plus en plus beaux, de plus en plus chers. « Admirez voir ! » Le chef vendeur en propose des plus petits, moins chers. « Admirez voir ! » Facilités de paiement, de transport. « Admirez voir » Il fait affaire avec quelques personnes.

     Kairouan fabrique de tapis 

     

     

    Kairouan fabrique de tapis (2)

     

    Kairouan fabrique de tapis (3)

     

     

    Nous pénétrons maintenant dans la Grande Mosquée. C’est un lieu de culte et une université. La salle de prière est composée de 17 nefs. Il y a donc 17 portes toutes différentes qui donnent sur l’extérieur. La cour repose sur des pilotis. La cour est en pente et un collecteur recueille les eaux de pluie. Au milieu de la cour, il y a un puits nécessaire aux ablutions des pèlerins et un cadran solaire (en tout il y en a 3) pour déterminer l’heure exacte des 5 prières quotidiennes.

    Les chapiteaux sont de récupération (éléments chrétiens, juifs, romains).

    Les femmes prient dans la même salle que les hommes mais tête couverte et séparément des hommes. On peut prier là où on se trouve, l’idéal étant de le faire en groupe, derrière un iman. 50% des Tunisiens prient régulièrement, 95 % font le ramadan. Il n’y a pas de charia. Les nattes au bas des colonnes, c’est pour l’esthétique et aussi pour isoler du froid ceux qui s’y adossent pour méditer.

    Kairouan Grande Mosquée (3)

     

    Kairouan Grande Mosquée (2)

     

    Kairouan Grande Mosquée (4)

     

    Kairouan Grande Mosquée (5)

     

    Kairouan Grande Mosquée (6)

          Quelques rues plus loin, nous entrons dans la zaouïa Sidi Abid Al Ghariani. Une merveille de colonnes noires et blanches, des stucs semblables à la dentelle la plus fine, des céramiques sur les murs. Un plafond en cèdre finement ouvragé est magnifique.

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani

     

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani (2)

     

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani (3)

     

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani (4)

     

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani (5)

     

    Kairouan mausolée Sidi Abid Al Ghariani (6)

     

    un joli balcon

    Kairouan rue

     

    Kairouan plats


    7 commentaires
  • La journée s’annonce chargée : 400 km à parcourir. Visites de Kairouan, des ruines de Sbeitla. Comme la région de Kasserine n’est pas sûre, il faudra faire un détour par Gabès pour rejoindre Tozeur. Partis de Kairouan à 7 h 30, nous arriverons à Tozeur à 21 h 15 pour le dîner. Mais Ali aura soin de calmer notre faim par des gâteaux (les makrouds, délicieux gâteaux en forme de losange) et des fruits.

     

    Nous commençons la visite par les bassins des Aghlabites, 128 m de diamètre et 5 m de  profondeur. L’eau contenue dans les bassins servait pour les besoins de la ville et pour rafraîchir l’atmosphère. Actuellement, ils ne servent plus. Au premier plan, on voit la tombe d’un marabout (un saint homme qu’on va solliciter en cas de maladie, cette pratique est contraire à la religion musulmane)

    kairouan bassin des Aghlabites (4)

    près des bassins, les remparts et le cimetière des Awlad Fathan

    kairouan bassin des Aghlabites (2)

    Nous nous rendons ensuite à la mosquée du Barbier (zaouïa de Sidi Sahab). A l’entrée du mausolée un groupe de personnes se prête volontiers à la séance photo. C’est un petit garçon qui va être circoncis. Cette opération se fait dans les hôpitaux mais traditionnellement, comme ici, elle peut être pratiquée dans un mausolée, sous la protection du Saint homme. C’est le coiffeur (barbier) qui procède.

    Le Barbier, compagnon du Prophète, s’appelle Sidi Abou Zamaa El Balaoui . Selon la légende il aurait conservé trois piols de la barbe du Prophète, d'où le nom de la mosquée. Il est mort à 35 km de Kairouan, le mausolée a été construit plus tard.. Les murs sont couverts de céramiques de Nabeul. Les cyprès représentent l’ascension vers le ciel. Tout ce qui est pointu est signe de protection (comme les queues de poisson, par exemple celle qui se trouvait au-dessus d’une porte dans les souks de Tunis, une corne de gazelle, la main de Fatima).

    Le tombeau est décoré de nœuds déposés pour faire un vœu. Quand le vœu est réalisé, le nœud est défait. Les jeunes filles offrent au mausolée, en ex-voto, leur premier tapis pour s’assurer la réussite.

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (8)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (2)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (3)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (4)

     

    dentelles de stuc, une merveille !

    KAIROUAN mausolée du Barbier (5)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (6)

     

     

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (7)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (10)

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (11)

     

     

    à gauche, le petit garçon qui va être circoncis. Il est habillé comme un petit prince !

    KAIROUAN mausolée du Barbier

     

    KAIROUAN mausolée du Barbier (9)


    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique