• Nous continuons notre voyage sur la côte nord de la Tunisie et nous visitons le joli port de Ghar-el-Melh (le trou du sel" car il y avait autrefois des salines.) Le port fut une base pour les corsaires. Le fort turc Borj Lazarit a servi ensuite de prison puis d'habitation.

     

    Ghar-el-Melh

    P1170410

     

    une seiche de belle taille

    seiche

     

    le fort turc

    fort turc

    fort turc (3)

    au plafond, des tubes (aération ?)

    fort turc (5)


    7 commentaires
  • Troisième journée de voyage : nous quittons Tunis pour nous diriger vers la côte nord.

    La route qui relie Tunis à Bizerte traverse la plaine de la rivière Medjerda (seule rivière qui a de l’eau toute l’année), qui était le grenier à blé de la Rome antique. Cette rivière prend sa source en Algérie, traverse la Tunisie sur 400 km et se jette dans la mer près d’Utique. Elle a changé de cours, ce qui causé l’envasement du golfe. Le port phénicien puis punique se trouve donc maintenant à l’intérieur des terres.

    Utique signifie « ville ancienne » au contraire de Carthage qui signifie « ville nouvelle ».

    Nous avons d’abord visité un petit musée (statue d’Hercule, des amphores, autel dédié à  Cybèle…) près duquel se trouve un bassin (à sec) dont le fond est décoré de mosaïques de poissons.

    Les maisons d’habitations romaines ont été construites sur les ruines de la nécropole punique. Elles sont bordées de rues (decumanus et cardo maximus).

    La maison de la cascade se trouve un peu plus loin. Le sol est couvert de mosaïques et de dallages en marbre de plusieurs couleurs (opus sectile) ou avec des petites briquettes posées debout par 3 (opus figlinum) eu en chevrons (opus signinum)

    je ne suis pas certaine des noms des pavements. Si quelqu'un peut me corriger...

    P1170388

    l'atrium

    P1170357

    le bassin aux poissons et Neptune

    P1170373

    Hercule

    P1170387

    rue entourant les maisons (decumanus est-ouest, cardo maximus sud-nord)

    P1170390

    P1170395

    opus sectile

     

    P1170398

    opus signinum

     

    P1170396

    opus figlinum

     

    Utique

    la maison de la cascade

     

     

    P1170397


    5 commentaires
  • L’aqueduc fait 130 km de long et a été construit au II è siècle après Jésus-Christ. Par endroits, la conduite est

    suspendue. L’aqueduc est construit en pierre et béton romain. Une partie a été restaurée et consolidée par des contreforts. La partie souterraine est encore en service et dessert Zaghouan et les villages alentour. Il est relayé par une conduite moderne pour alimenter Tunis.

    Près de Carthage, les 15 citernes de la Malga aprovisionnaient la ville en l’eau acheminée par l’aqueduc de Zaghouan.

    Dans son roman « Salammbô », Flaubert raconte que les mercenaires crèvent les canalisations pour priver d’eau les Carthaginois. C’est une erreur car l’aqueduc n’existait pas encore. 

    Je vous invite à aller voir l'article d'Ali, beaucoup plus documenté que celui-ci link

    P1160944

    P1160960

    l'aqueduc 

    citernes de la Malga près de Carthage (8)

    citernes de la Malga près de Carthage (9)

    citernes de la Malga près de Carthage (15)

    citernes de la Malga près de Carthage (16)

    citernes de la Malga près de Carthage (4)

    citernes de la Malga près de Carthage (7)

     

    lzs citernes de la Malga

     




    2 commentaires
  • Quelques photos de Tunis, la belle. Il faut aller en Tunisie ! ce voyage a été un enchantement, tant au niveau des paysages, des sites romains, des monuments, du soleil que de l'accueil que nous avons reçu.

    En prime, deux blogs : celui d'Eva qui a fait le même voyage que nous 3Tunisie romaine et grand sud" avec Arts et vie mais quelques années plus tôt link

    et le site d'Ali, notre guide, qui nous a donné tous les renseignements possibles sur les sites, la flore et qui nous a fait aimer son pays. Dans son blog, vous verrez qu'il loue des bungalows à Hammamet. Avis aux amateurs de soleil et de culture. link

    Tunis

    La ville de Tunis se compose de deux parties : la ville moderne et la médina, ville arabe traditionnelle.

    Nous entrons dans la Médina par la porte de la mer (bab El-Bahr)

    Dans la médina, nous avons parcouru avec beaucoup de bonheur les souks (les commerçants sont regroupés en corporations. Les commerces nobles (orfèvres, parfumeurs, libraires et ceux qui ne polluent ni par les odeurs ni par le bruit) sont regroupés autour de la mosquée, les autres sont rejetés à la périphérie. Nous nous sommes arrêtés devant la boutique d’un fabricant de chéchias (souk-ech-chaouachiya)… Les chéchias sont faites de laine cardée et filée dans la banlieue de l’Ariana puis teintée en rouge et mise en forme à Tunis. La coiffure est trempée dans l’eau bouillante ce qui feutre la laine et fait rétrécir.

    Beaucoup de joie chez les commerçants (c’était le lendemain des élections en France) ; ils nous interpellaient et nous proposaient leurs produits sans agressivité.

    Toujours dans la médina, nous avons visité la grande mosquée Zitouna (ou mosquée de l’olivier). C’est la plus grande mosquée de Tunis.. Fondée en 732, elle fut reconstruite au siècle suivant par un émir aghalbide puis modifiée au cours des siècles suivants. Le minaret d’où le muezzin appelle à la prière (la mosquée n’utilise pas de haut-parleur) date du XIX è siècle. Dans la cour intérieure, un cadran solaire aidait à fixer les heures de prières. La salle de prière comporte 15 portes ouvrant sur des nefs. Nous ne pouvons pas pénétrer dans la salle de prière. La mosquée jouait le rôle d’Université et on y vanait même d’Algérie.

    Nous visitons ensuite le palais Dar Othman (dar veut dire « maison » et Othman est le nom du bey qui fit construire ce palais fin du XVI è siècle.) Le palais fut ensuite transformé en lieu d’intendance militaire. Plâtre sculpté, céramique et marbre composent la décoration de style andalou et ottoman.

    Les portes des maisons sont magnifiques : vertes, bleues, jaunes, clotées de croissants de l’Islam, étoiles de David et croix chrétiennes.

    Plus loin, le Tourbet el-Bey est le mausolée des princes husseinites et de leur famille. Tout ce luxe, marbre, céramique est mal perçu dans la religion musulmane. Il y a 160 tombes : celles des hommes sont surmontées d’un turban pour les pachas ou d’un fez pour les beys. La deuxième salle renferme les tombes des épouses (tombes plus nombreuses car les hommes pouvaient avoir jusqu’à 4 épouses). Les épouses devaient être traitées sur un même pied d’égalité.

    Nous visitons ensuite 3 médersas (ou madrasas) : la médersa as-Slimaniya, la médersa du Palmier et la médersa el Mouradia. Il y a 30 médersas à Tunis. C’étaient des foyers pour loger les étudiants qui venaient étudier à la mosquée. Actuellement, ce sont des bureaux pour des associations et des écoles de formation professionnelle.

    La médersa el Mouradia est maintenant un centre de formation professionnelle (bijouterie, pâtisserie, sculpture, dorure du bois, tapis, tissage sur soie). Les élèves reçoivent une formation en 3 ans. Les professeurs les aident à monter un projet. Ce sont des enfants de milieu nécessiteux. Le local est prêté par l’Etat et les professeurs sont payés par l’Etat. Ce centre est géré par l’Union nationale de la Femme tunisienne (ce sont des bénévoles). Boumédienne a logé dans cette médersa.

    Près des médersas, se trouve le hammam Kachachine, réservé aux hommes. Il faut traverser la boutique du barbier pour entrer dans le hammam.

    fenêtres

    fenêtres (2)

    le poisson est symbole de bonheur, de fertilité

    hammam (2)

    entrée du hammam Kachachine

    madresa as-slimaniya

    la madresa as-slimaniya

     medersa el Mouradia (2)

    la medersa El Mouradia

    mausolée des beys (Torbet el bey) (9)

    mausolée des beys (Torbet el bey) 

    mausolée des beys (Torbet el bey) (10)

    mausolée des beys (Torbet el bey)

    mosquée Zitouna

     

    mosquée Zitouna

    mosquée Zitouna (3)

    la mosquée Zitouna

     

    palais dar Othman

    palais dar Othman

    palais dar Othman (6)

    palais dar Othman

    palais dar Othman (3)

    palais dar Othman

     

    portes

     

    portes (2)

     

    portes (3)

    pour revoir les souks  Tunis, les souks et le marché :  Tunis, le marché


    13 commentaires
  • Voici quelques fleurs rencontrées en Tunisie. Notre guide était un éminent botaniste et c'était fort agréable. Voici donc des fleurs que vous connaissez, d'autres que vous découvrirez peut-être !

    l'asphodèle

    asphodèle

    la rue de Syrie. C'est une plante hallucinogène, dans l'Egypte antique, elle était utilisée comme philtre d'amour.

     rue de Syrie à Sbeïtla (2)

     

    la bourrache aurait des propriétés adoucissantes, diurétiques, aphrodisiaques et calmerait la "gueule de bois"  mais elle contient des alcaloïdes et est dangereuse.

     bourrache officinale

    bourrache officinale (2)

     

    le plumbago

    plumbago à Sidi Bou Saïd

    le pittosporum qui sent si bon !

    pittosporum

    une plante médicinale et qui se mange en salade : le nombril-de-Vénus

    nombril de Vénus à Dougga

    les coquelicots... ils ont trouvé leur place dans un album scrap...

    coquelicot à Bulla Regia

    coquelicots à Dougga

    coquelicots à Dougga (4)

    coquelicots à Dougga (5)

    coquelicots à Dougga (3)

    coquelicot à Uthina

    les fleurs jaunes que vous apercevez parmi les coquelicots sont des chrysanthèmes couronnés

    chrysanthème couronné à Dougga


    11 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique