• L'église de La Ferté Loupière (Yonne), le dit des trois vifs et des trois morts

    Le nom aurait peut-être pour origine la présence de loups mais plus vraisemblablement des loupes de fer abondantes dans cette région.

     

     

    L’église Saint-Germain est célèbre pour ses peintures murales

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

     

    L’église primitive date de la fin du XI è siècle (portail et fenêtres romans) et ne comportait qu’une nef

     

    Elle a ensuite subi des remaniements au cours des siècles (fenêtres gothiques au XV è, surélévation des bas-côtés au XVII è )). Les piliers romans d’origine se trouvent maintenant sous terre (enfoncement de l’église ou alluvions apportées par la rivière Vrin, affluent de l’Yonne). Des restes de vitraux d’origine ont été insérés dans une fenêtre. L’église a subi des dégradations au cours de la guerre de cent ans.

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

     

    J’aime beaucoup le vieil escalier, maintenant condamné, qui conduit à une tribune.

     

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

     

     

    Dans l’église il y a quelques traces de peintures, presque effacées,

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    « l’annonciation »

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    et « Saint Michel terrassant le dragon »

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    mais surtout deux magnifiques ensembles de peintures : le dit des trois vifs et des trois morts et la danse macavbre

     

    On parle parfois, à tort, de fresques. En réalité ce sont des peintures murales réalisées sur enduit sec car les fresques sont, comme leur nom l’indique, réalisées a fresco, c’est-à-dire sur enduit frais.

     

    Les peintures ont été réalisées de la fin du XV è à 1550.

     

    Commençons par celle qui se trouve près de l'entrée.

     

    Le dit (ou dict) des trois vifs et des trois morts (on prononce "dite". Un duc, un comte et un fils de roi partent à la chasse au faucon. Arrivés devant un cimetière, ils rencontrent trois morts, à moitié enveloppés dans leur linceul. Un cheval se cabre, un autre tourne bride. Un chien aboie. Un faucon s’envole, un autre se pose sur la croix qui sépare la scène en deux. Un mort brandit sa lance, symbole de mort foudroyante, et s’appuie sur un pic de fossoyeur.

     

    Les morts n’entraînent pas les chasseurs avec eux mais les avertissent de leur fin prochaine et leur disent : « Vous serez comme nous sommes ; par avance, mirez-vous en nous ». Les trois vivants sont invités à renoncer aux vanités des charges, des honneurs et des richesses matérielles et à mener une vie pieuse et chrétienne, s’ils veulent assurer le salut de leur âme. La scène ne se passe pas dans l’au-delà (présence de branchages, herbes...)

     

    Les vêtements sont ceux portés à la fin du XV è siècle.

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    L'église de La Ferté Loupière (Yonne)

    Demain ! la danse macabre

     


  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Août 2021 à 10:39

    très bel édifice, merci à toi du partage biz

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :