• Voici une carte que j'ai achetée en ligne :

    Nénette et Rintintin

    Ces poupées de laine sont nées en 1918 et étaient censées protéger contre les obus et les bombardements. Elles devaient être données, échangées ou reçues. Elles étaient reliées par un bout de laine et on les portait autour du cou.

    Sur certaines cartes, on les voit avec leur enfant : P'tit Lardon ou Radadou.

    A l'origine, c'étaient de vraies poupées en porcelaine, dessinées par Poulbot. C'étaient les petits noms gentils que se donnaient le dessinateur et sa femme.

    On fera ces poupées jusqu'en 1950.

    Car l'histoire continue après la guerre. En 1918, des soldats américains trouvent une portée de chiots dans un chenil abandonné. L'un d'eux adopte un mâle et un femelle. Le mâle était très intelligen. Il est enterré au cimetière des chiens d'Asnières. 

    Rintintin sera le héros d'une série télévisée : Rusty et Rintintin.

    pour voir les paroles de la chanson "Nénette et Rintintin", un clic ici

    la chanson : clic

    et la vidéo Rusty et Rintintin : clic

     


    4 commentaires
  • Octave Moret est le grand-père de Guy (l'autre grand-père étant inconnu).

    Voici la transcription du registre matricule :

    Camille Octave MORET, n° du registre : 1139

    Né le 11 mars 1887 à Vitry-aux-Loges (Loiret)

    Menuisier, fils de X et de MORET Anisie Noémie, doméliciée à Vitry-aux-Loges.

    Cheveux et sourcils châtains, yeux gris, menton à fossette, visage ovale. 1,62 m.

    Inscrit sous le n° 28 de la liste du canton de Châteauneuf-sur-Loire. Soldat de 1è classe le 21 juin 1909. Envoyé dans la disponibilité le 25/09/1910.A reçu un certificat de bonne conduite. Rappelé à l’activité par décret présidentiel du 01/08/1914. Au corps le 3/8/1914. Parti aux armées le 6 /08/1914. Evacué blessé le 13 décembre 1914 sur ambulance des armées le 22 décembre 1914 sur hôpital de Neuville/Saône. Le 30 janvier sur hôpital complémentaire à Lyon. Rentre au dépôt le 21 février 1915. Reparti aux armées le 15 mars 1915.

    Passé au 40 è rég d’infanterie le 15/03/1915. Evacué malade le 07/08/1915 pour troubles paralytiques suite d’angine diphtérique. Rentré au dépôt le 11 novembre 1915. Parti le 5 janvier 1916 au 405 è rég. D’infanterie. Evacué blessé zone des armées le 7 mars 1916 sur ambulance des armées. A rejoint le 23 mai 1916. Evacué le 23 juin 1916. Passé au 39 è Reg d’infanterie le 11 juiillet 1916. Envoyé en congé illimité de démobilisation le 26 mars 1919.

    Blessures, actions d’éclat, décorations, etc

    Coup de feu à l’épaule gauche le 13/11/14 au bois de Mortmare.

    Blessé le 7/3/16 au bois de Ranzey  (M et M). Plaie épaule droite par E.O.

    Intoxiqué le 23 juin 1916.

    Cité ordre du Régiment  n°599 du 12 octobre 1917 : « Bon soldat, courageux et dévoué. Blessé une première fois le 13 décembre 1914 a de nouveau été blessé le 7 mars 1916 puis le 23 juin 1916.

    Cité ordre du Régiment n°733  du 24 août 1918 : «  Soldat  très brave au cours des récents combats, a toujours fait preuve de la plus belle bravoure notamment au cours de l’attaque du village de ….. où il s’est élancé un des premiers à l’assaut du village contribuant à la capture de nombreux prisonniers et d’un important matériel dont 1 canon de 210.

    Inscrit au tableau de concours pour la médaille militaire. Médaille militaire décret du 27 juillet 1930. JO du 9 août 1930.

    Octave Moret, le troisième poilu de la famille

    Octave Moret, le troisième poilu de la famille

    Octave Moret, le troisième poilu de la famille

    Nous n'avons pas de photo du grand-père, jeune. En voici une à la naissance de Laurent, en 1969 (il est avec sa seconde épouse, Alice Marie Séraphine Brûlé.

    Sa vie :

    Le 5/11/1910, il épouse à Vitry Julia Germaine Marguerite Mesland. Ils ont 3 filles : Lucette (°1911-1993), Madeleine, la mère de Guy (1913-1992) et Huguette Michelle (°1927). Après la mort de sa femme en 1948, il se remarie à Vitry le 8/09/1949 avec Alice Brûlé. Il est décédé le 20 octobre 1978, à Vitry.

    Octave Moret, le troisième poilu de la famille


    3 commentaires
  • J'ai écrit trois articles concernant mon village natal, Villiers-le-Morhier :

    le curé Adelphe Pousse a écrit ses carnets de guerre "Une soutane sous la mitraille" , clic ICI 

    les soldats de Villiers tués en 14/18 : clic ICI 

    la construction du cimetière : clic ICI


    votre commentaire
  • Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

     

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

     

    celle-ci ne date peut-être pas de la guerre mais doit quand même être de la même époque :

    Cartes pendant 14/18

     

    Cartes pendant 14/18

    Cartes pendant 14/18

    Cartes envoyées par Lucien Noël

     

    Calendrier de 1915

    Campagne 1914-1915   Souvenir du vaguemestre du 267 è d’infanterie

     

    Carte en couleurs « la mitrailleuse »

    Envoi de Noël ...... 267 è d’infanterie 5 è bataillon 18 è 6... secteur postal 109

    30/03/1915

    Chère grand mère

    Depuis 4 mois que je suis parti, il faut tout de même que je vous envoie une petite carte. Je vous souhaite une bonne santé et bon courage. Je me porte bien et je vous engage à attendre patiemment mon retour.                              L.Noël

    (adressée à Veuve Duteilleul à Villiers-le-morhier)

     

    Carte postale en couleurs « Guillaume et 3 généraux français sont allés sur ce champ de bataille. Trouvez-les

    30/03/1915

    Mon cher Pierrot

    Je t’envoie cette petite carte pour te distraire. Tu me diras si tu as trouvé Guillaume et les 3 généraux français. Ils sont bien visibles. Bonjour à Grand’mère, à maman et aux petits pour moi. Sois toujours bien sage et aide bien ta pauvre maman. Ton papa.

     

    Carte postale en couleurs « Veille de Noël sur le front»qui représente des soldats plumant des dindes  publicité Dubonnet

    8/15

    Grand-mère

    A vous pour le battage du grain et la popote, j’envoie cette veille de Noël sur le front. Dites-moi, si vous croyez que l’on en ait eu autant, à moins que ce soit dans les châteaux

    Je vous embrasse bien fort

    (adressée à Mme Vve Duteilleil de la part de son gendre. Ah ! les belles-mères)

     

    Carte postale en couleurs « tir au pigeon » publicité Dubonnet

    8/15

    Mon Georges

    Toi en récompense de ton travail, je t’envoie le tir au pigeon. C’est la mitrailleuse qui tire sur le pigeon et le pigeon c’est le Taube. Embrasse bien grand’mère pour moi. Ton papa                     L.Noël

    (adressée à Monsieur Georges Noël chez sa maman)

     

    25/8/15

    Chère maman,

    A vous j’envoie la première de mes photos de guerre. Je ne pourrai envoyer les autres que plus tard. Celle-la c’est l’épreuve que le photographe m’a donnée ce matin. Vous verrez que je n’ai pas beaucoup changé et que la guerre ne m’a pas bien usé au physique. Pour le moral il est toujours bon. Je vous embrasse de bon coeur et vous remercie du soin que vous prenez de ma petite famille.                     L Noël

     (Campagne de France 1914-1915 Devant Presle et Bove au bord de l’Aisne Face à Vailly)

     

    Carte en couleurs « Un taube passe », pub pour « Dubonnet »

    8/15

    Ma petite femme

    Toi qui diriges tout ça, tu vas recevoir une vue te montrant ton papa dans sa tranchée regardant un taube. Si c’était un Blériot, il pourrait essayer d’y grimper pour te porter des bécots. Je t’en colles un milion.                               L.Noël

                                  (adressée à Mme Noël Désirée de la part de son poilu. Vivent les poilus

     

    Photo dans les tranchées

    7/9/15

    Mon cher Pierre

    Tu es déjà assez grand et sérieux pour apprécier les misères de cette guerre qui a laisé tant de ménages et coûte déjà tant de vies. Je t’envoie donc un souvenir, mais aie confiance, de ce triste souvenir nous travaillons à l’égayer un peu par la chute définitive de ce maudit empire boche et barbare. Je t’embrasse de tout coeur Ton papa poilu                       L.Noël

     

    7/9/15

    Mon gros Georges

    Tu es encore jeune mais tu dois déjà sentir combien la séparation de ton papa est dure. Plus tard, tu sentiras mieux ce que cette guerre a de triste. Alors tu seras heureux de savoir que papa a contribué un peu à la délvrance du sol de la France. Embrasse bien ta maman et ta grand-mère pour moi, car elles le méritent. Je t’embrasse bien fort. Ton papa poilu. L Noël

     

    Carte postale en couleurs « calendrier de l’amour 1917)

    Meuse 28/12/1916

    Ma chère petite femme

    En plus de la correspondance que j’ai l’intention de reprendre, je me paie la fantaisie de vous envoyer à tous ainsi qu’à Simone une petite carte pour vous adresser tous mes voeux de bonne année. J’ai choisi celle-ci pour nous pauvres amoureux séparés, bien vieux, mais quand même sincères. Je souhaite que ce calendrier soit le dernier à effeuiller dans les tristesses de la séparation. Je me porte très bien ma purge m’a soulagé. Un gros bécot de ton poilu.                  L.Noël

     

    Une carte pas datée : en couleurs « lanciers belges défendant une route » publicité Dubonnet

    * car les canons de tranchées qu’il est question ne font que démolir et bouleverser la terre. On ne s’en était pas aperçu et je ne l’ai su que par les journaux et pourtant c’est en face nous. A propos pour le colis, mets-moi une douzaine de feuilles de papier pas plus grand que le tien et 6 petites enveloppes. J’en ai par ici et c’est trop grand. Tu vois que je réclame bien ce que j’ai besoin. Je vous embrasse tous comme je vous aime bien fort.

    Votre papa L.Noël

     

    Une autre carte écrite par quelqu’un d’autre : en couleurs « frères d’armes Angleterre, Italie, France, Belgique, Russie »

    La Mousse 3 _bre 1915

    Cher ami,

    La réponse se fait toujours attendre, mais enfin elle arrive tout de même, je vous remercie de votre carte, vous êtes bien photographié avec quelques années de plus sur la tête ; quand vous écrivez vous ne nous parlez jamais de Pierre, ce doit maintenant être un petit homme, je m’informe de lui parce que nous l’avons connu, il était encore tout petit quand vous nous avez quittés, il doit être grand et fort. Je pense que dans votre secteur vous avez toujours la même vie, que vous êtes à peu près calme et tranquille, en ce moment-ci nos braves français font de la bonne besogne, nous sommes très heureux quand nous avons de bonnes nouvelles comme depuis huit jours, les Russes se sont mis aussi au travail, ils marchent bien ce moment


    votre commentaire
  • Pour lire l'article sur mon grand-père poilu, un clic ici 

    Mon grand-père Lucien

    Mon grand-père Lucien


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique