• Nous nous garons sur la place, tout près de l’église. Au milieu de la place, se dresse une lanterne des morts qui date du XII è siècle. Elle est située à l’emplacement de l’ancien cimetière. À la tombée de la nuit, on allumait une lampe à huile pour rendre hommage aux morts, avertir les vivants que leur fin était certaine et servir de repère aux voyageurs.

    L'église romane d'Antigny

    L’église a été édifiée au XI è siècle et remaniée plus tard. Sur le parvis, il y a une sorte de petit banc de pierre, c’était peut-être une pierre sur laquelle les cercueils étaient posés avant d’entrer dans l’église.  Le porche qui se trouve côté sud a été construit au XVIII è siècle, on l’appelle « un balé ».

    L'église romane d'Antigny

    La charpente de la nef est en chêne. Le peintures murales ont été restaurées récemment. 

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

     

    le baiser de Judas :

    L'église romane d'Antigny

     

    la Cène :

     

    L'église romane d'Antigny

     

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

     

    ensevelissement d'un évêque :

    L'église romane d'Antigny

     

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    Saint Christophe portant le christ :

    L'église romane d'Antigny

    Saint Georges terrassant le dragon :

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny

    L'église romane d'Antigny


    2 commentaires
  • J'envie les gens qui ont pu voir l'éclipse de soleil hier ! Mais je me souviens avec beaucoup d'émotion de celle du 11 août 1999. Nous sommes allés du côté de Verdun pour la voir. Elle était totale. Quand nous sommes arrivés dans la campagne, il pleuvait. Mais juste avant l'heure de l'éclipse, les nuages sont partis et nous avons pu voir l'éclipse dans sa totalité. On en avait la gorge nouée. Tout s'est tu, plus de chants d'oiseaux, les vaches ont gagné le portail, croyant que c'était l'heure de la traite. Il a fait un peu plus froid. Une grande ombre est arrivée. Nous avons vu les petites perles autour du soleil (les perles de Baily).

    photos d'internet :

    Eclipse de soleil

    Eclipse de soleil

    Eclipse de soleil

    Et vous, l'avez-vous vue ? 

    Une petite vidéo : clic ICI

     

     


    3 commentaires
  • Un blog, c'est bien utile, j'ai finalement retrouvé (via google) un article que j'avais publié en 2011. 

    C'était bien un site russe qui proposait cette broderie.

    le site russe, c'est ICI

    Merci à toutes celles qui se sont préoccupées de ma recherche !


    votre commentaire
  •  Le château se dresse à l’aplomb de la falaise, à 60 m au-dessus du Loir. Pour y accéder, on peut y aller en voiture, ou, ce que nous avons fait, à pied depuis les bords du Loir, en prenant un escalier de 198 marches. La forteresse a été construite par Thibault Le Tricheur puis Thibault V a fait construire le donjon en 1180.

     En 1439, Charles d’Orléans fit don du donjon à son demi-frère Jean, dit Dunois ou le « bâtard d’Orléans », compagnon d’armes de Jeanne d’Arc (1403-1468).  Jean d’Orléans fit ajouter une chapelle et un logis. Les descendants firent ajouter d’autres bâtiments.

    l'aile Dunois :

    donjon et chapelle :

    maquette du donjon avant le toit :

    avec le toit :

    aile Dunois :

    aile Longueville :

     

    Le château de Châteaudun

     Le donjon : La visite se fait uniquement en visite guidée. Le guide commence ses explications au rez-de-chaussée. Ensuite, il nous prévient que, si nous voulons continuer la visite, il nous faudra monter 170 marches et qu’il ne sera pas possible de faire demi-tour. La montée est facile et la visite dure 1 heure 15. Le donjon mesure 31 m sur 3 étages. C’est un donjon de refuge, en cas d’attaque, et non d’habitation permanente.

    À l’origine, on n’accédait au rez-de-chaussée qu’à partir du premier étage, par une porte située à 10 mètres au-dessus du sol. Maintenant, une porte permet de commencer la visite en bas. C’était un cellier où l’on conservait les farines pour l’alimentation de la garnison. On n’y stockait que de la nourriture en cas de siège. Des évents percés dans le mur de 4 mètres d’épaisseur permettaient l’aération.

    L’accès à la nourriture se faisait à partir du premier étage par un trou par lequel seul, un jeune garçon pouvait passer. Il fallait être mince et pas claustrophobe car le garçon devait emprunter un étroit conduit pour traverser le plancher. Il remontait ensuite la nourriture à l’aide d’une corde.

    Le château de Châteaudun

    Les nourritures avariées étaient jetées dans un trou de 10 m de profondeur.

    Le château de Châteaudun

    Il n’est pas possible d’accéder à cette fosse à dépotoir, trop étroite et sans intérêt. Le trou d’homme a été bouché au 15 è siècle.

     Nous montons au premier étage où se trouve la chapelle haute pour les invités près de leurs appartements (la chapelle du seigneur était au rez-de-chaussée). Vestibule : dessin d’un château, sans doute celui de Dampierre, propriété du comte de Luynes.

    Le château de Châteaudun

    Les poutres de la chapelle sont en chêne (ce qui a été restauré au  XX è siècle est en bois foncé). Il y avait deux messes différentes : une dans la chapelle haute pour les invités et une dans la chapelle basse au rez-de-chaussée pour le seigneur.

     

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    on passe par un couloir pour gagner le deuxième étage :

    Le château de Châteaudun

    le trou d'homme :

    Le château de Châteaudun

    graffiti dans l'escalier :

    Le château de Châteaudun

    Deuxième étage : 4 soldats guettaient. Evier.

    Le château de Châteaudun

     

    Tom ne peut résister devant ces toilettes si confortables :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

     À partir du XV è siècle, il n’y a plus de soldats dans ce château.

     Troisième étage : la toiture a été faite en un an pour Jean de Dunois (avant le donjon n’était pas couvert). La charpente est en partie en chêne et le toit fait 17 m. La charpente est en 3 niveaux et les poutres rayonnent autour du centre. Il était fait pour être vu de loin. Au sommet, se trouve la fleur de lys qui rappelle que Jean de Dunois est le bâtard d’Orléans.

    Le château de Châteaudun

     La pièce était réservée aux officiers. Sous les fenêtres, doubles et hautes, des coussièges, banquettes pour travailler à la lumière. Au milieu, des trous servaient à insérer une cale pour les volets.

    Le château de Châteaudun

     Chambres : décor peint de fleurs et de phrases en latin. Blason de Agnès de Savoie, bru de Jean de Dunois.

     

    Le château de Châteaudun

    mâchicoulis du chemin de ronde :

    Le château de Châteaudun

     

    une belle vue depuis le donjon :

    Le château de Châteaudun

     

    on redescend pour aller pique-niquer au bord du Loir :

    Le château de Châteaudun

    Tom s'entraîne, au lieu de descendre il remonte :

    Le château de Châteaudun

    après le pique-nique, un moment de repos :

    Le château de Châteaudun

    le Loir :

    Le château de Châteaudun

    Nous visitons l'aile Dunois, il n'y a pas de visite guidée pour cette partie du château :

    toilettes doubles :

    Le château de Châteaudun

     

    Le château de Châteaudun

    la prison :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    De là, on peut aller dans le jardin suspendu. C'est Bernadette Desprées avec Tom Tom et Nana qui nous y emmène.

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Nous terminons par la visite de l'aile Longueville :

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    Le château de Châteaudun

    et le jardin médiéval :

    Le château de Châteaudun


    2 commentaires
  • D'après les Carnets d'aquarelle n° 43 Denis Chabault

    Les oies à la porte du jardin


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires