• Confortablement assis à l’entrée du site de Mycènes, nous écoutons les explications de Julie. Jules est impatient d’aller de l’autre côté des murailles. Il change dix fois de place.

    Plusieurs royaumes mycéniens se sont succédé. Les légendes ont été racontées dans les textes des années plus tard (« l’Iliade et l’Odyssée » a été écrit fin VIII è siècle av JC, Homère se basant sur des poèmes anciens oraux chantés par les aèdes). La guerre de Troie a eu lieu à l’âge du bronze : une fouille montre que la ville a été détruite au II è millénaire. Les textes ont été écrits à la même époque que les remparts de Mycènes mais les noms des rois ne sont pas mentionnés. On parle du titre des rois : wa-na-ka.

    Le mythe dit que c’est Persée (fils de Zeus et Danaé et petit-fils d’Acrisios) qui fonda Mycènes. Le dernier roi de la dynastie des Perséides fut Eurysthée (celui qui imposa à Hercule les 12 travaux).

    Les Mycéniens choisirent ensuite Atrée comme roi (au détriment de son frère Thyeste).

    La famille d’Atrée et d’Agamemnon (les Atrides) est une famille maudite depuis l’assassinat commis par Tantale, fils de Zeus, qui fit manger aux dieux le corps de son fils Pélops (celui qui donna son nom au Péloponnèse). Les Dieux (sauf Déméter qui mangea l’épaule de Pélops) s’aperçurent que le mets offert était de la chair humaine, firent revenir Pélops à la vie (ils lui greffèrent une épaule en ivoire) et condamnèrent Tantale au supplice de la faim et de la soif. Ensuite, Atrée, fils de Pélops et d’Hippodamie, jaloux de son frère Thyeste, (celui-ci était l’amant d’Érope, l’épouse d’Atrée), assassina ses neveux, les fit cuire et les donna à manger à Thyeste. Les générations à venir furent maudites et condamnées à avoir une fin tragique. Il s’ensuivit une suite de meurtres, infanticide, parricide, inceste.

    Ensuite intervient l’histoire de la guerre de Troie. Résumons. Lors des noces de Thétis et Pélée, Éris, la déesse de la discorde avait été oubliée. Elle lança sur la table une pomme d’or avec ces mots « À la plus belle ». Héra, Athéna et Aphrodite se disputèrent le titre. C’est Pâris, fils du roi Troyen Priam, qui choisit Aphrodite qui lui avait promis l’amour de la belle Hélène. Or, Hélène était la femme de Ménélas, roi de Sparte et fils d’Atrée. Ménélas demanda à Agamemnon, roi de Mycènes, de lever une armée faite de princes achéens pour aller reprendre Hélène, ce qui arrangeait bien Agamemnon attiré par les richesses de Troie qui se trouvait sur la route des métaux. Mais les vents sont défavorables et la flotte ne peut partir. Pour calmer la colère d’Artémis, Agamemnon accepta de sacrifier sa fille Iphigénie (selon certaines versions, au dernier moment, Artémis sauce Iphigénie en la remplaçant par une biche). Passons sur les combats de la guerre. Après la guerre de Troie, Agamemnon voulut retourner dans sa patrie. Son amante, la devineresse Cassandre voulut l’en empêcher car elle craignait un malheur mais elle avait été condamnée par Apollon à ne jamais être crue et Agamemnon partit donc retrouver sa femme Clytemnestre qui était devenue entre-temps la maîtresse d’Égisthe. Celui-ci était le fils que Thyeste avait eu de sa propre sœur Pélepia. Clytemnestre et Égisthe assassinèrent Agamemnon, Cassandre et leurs bébés. Oreste, le fils d’Agamemnon, vengea son père avec l’aide de sa sœur Électre en tuant Égisthe et Clytemnestre. Les Dieux envoyèrent les Érinyes, déesses de la vengeance, pour tourmenter Oreste. Athéna mit fin à la malédiction des Atrides en faisant juger Oreste par le tribunal criminel d’Athènes, sur l’Aréopage. Il fut acquitté et alla se purifier à Delphes. Il rentra à Mycènes et épousa sa cousine Hermione, fille de Ménélas et d’Hélène.

    La civilisation mycénienne se développe à partir de 1700 av JC.

    Nous entrons par la porte des Lions, entrée principale. Les linteaux sont soulagés par un triangle de décharge, le vide étant comblé par une sculpture plus légère.

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    la porte des lions vue de l'intérieur :

    Mycènes

    Les remparts étaient hauts de 12 m , certains mesurent encore 8 m. Ils sont formés de deux rangées de blocs énormes comblées avec des cailloux et de la terre. La légende dit que les remparts sont l’œuvre des Cyclopes (les fils d’Ouranos et de Gaïa), on les appelle « murs cyclopéens ».

    Mycènes

    Mycènes

    En 1874, Henrich Schliemann(qui avait exhumé le site de Troie et le trésor de Priam), s’attaque aux fouilles de Mycènes.

    Tout près de la porte des Lions, il découvre de nombreuses tombes royales à l’intérieur de 2 cercles. Dans  6 puits, se trouvaient 19 squelettes (8 hommes, 9 femmes et 2 enfants). Les tombes renfermaient un matériel funéraire en or (lion, taureau, couronnes, vases, bijoux, masques), en bronze (poignards, épées). C’est dans une de ces tombes qu’on a découvert le fameux masque dit d’Agamemnon. Schliemann a attribué à tort ces vestiges à Agamemnon alors qu’ils datent du XVI è au XIII è av JC. Elles sont plus anciennes que la destruction de Troie (XII è av JC ?). Le cimetière est entouré de murs.

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    Le sommet de la montagne évoque un visage (dit-on) :

    Mycènes

     

    Mycènes

    Nous empruntons un chemin fort raide qui nous conduit au Palais royal.

    Mycènes

    Mycènes

     

    vue sur le cercle des tombes A :

    Mycènes

    Le palais est composé de deux vestibules et du mégaron, salle rectangulaire. C’était la salle d’audience. Des colonnes en bois soutenaient un avant-toit.

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    Près de la citerne alimentée par une source, JUles est tombé et se fait consoler par Julie, Agathe et Marie.

    Mycènes

    Mycènes

    Porte secondaire (poterne nord)

    Mycènes

    Mycènes

     

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

     

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

    Mycènes

     

     


    votre commentaire
  • Bravo Marie, tu as réussi à affronter le vertige !

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

    Le canal de Corinthe relie le golfe de Corinthe (dans la mer Ionienne) à l’ouest au golfe Saronique (dans la mer Égée) à l’est.

    Pendant l’Antiquité on roulait les trières à travers l’isthme sur une voie dallée (diolcos) munie de rigoles de guidage pour les plateformes en bois avec des roues. 

    Les Grecs n’ont pas essayé de faire un canal. En 67, Néron a commencé les travaux pour faire un canal (il inaugura les travaux avec une pelle en or). 6000 prisonniers juifs y travaillèrent mais le projet fut interrompu suite à une révolte et la mort de Néron.

    Le canal a finalement été creusé entre 1882 et 1893 à l’initiative des Français. Il mesure 6343 m de longueur sur 21 à 25 m de large. Il est profond de 80 m. Les Grecs l’appellent « la rigole ».

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

     

    À l’entrée du pont, on voit un monument en l’honneur des deux Hongrois qui ont œuvré pour la réalisation du caanal : Istvan Türr et Béla Gerster.

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

    une petite sieste :

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige

    un autre monument à l'entrée du pont :

    Le canal de Corinthe ou vaincre son vertige


    2 commentaires
  • Un eptit tour dans la chambre de Jules m'a permis de découvrir ce poisson fabriqué pendant son année de CP

    POisson d'osier


    4 commentaires
  • Le soir, Marie et Jules nous posaient des questions pour voir si nous avions bien suivi pendant les visites.

    Voici le questionnaire de Jules (sur le site romain de Corinthe et le musée)

    1 – Quel animal Bellérophon a-t-il dompté ?

    2 – Raconte l’histoire de Sisyphe.

    3 – En entrant sur le site de Corinthe, quelle construction a-t-on vue en premier ?

    4 – Qui était Jason ?

    5 – Qui a aidé Jason ?

    6 – De quand date le temple d’Apollon ?

    7 – En combien de blocs est faite une colonne du temple d’Apollon ?

    8 – Quel monstre est dessiné sur un vase du musée ? de quels animaux est-il formé ?

    9 – Quel pied le kouros avance-t-il ?

    10 – Qu’y avait-il dans les tombes ?

    11 – qui était dessiné sur une des pièces antiques ?

    12 – Comment s’appelle l’instrument qui sert à gratter les peaux des athlètes après le sport ?

    13 – Comment sont morts les fils d’Octave Auguste ?

    14 - Qui était représenté sur la grande mosaïque ?

     15 – Qu’est-ce qu’un panthéon chez les Grecs ?


    1 commentaire
  • 17 – figurines pour mettre sur les tombes ou honorer les dieux

    Corinthe, le musée, suite

    18 – figurines de danseuses autour d’un flûtiste. Découvertes dans un sanctuaire situé sur la route de Sikyon, sans doute dédié à Pan et ses nymphes.

    Corinthe, le musée, suite

    19 – cratère représentant une scène de bataille . 580-555 av JC

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    20 – strigiles. Les hommes s’entraînaient dans la palestre et prenaient part aux compétitions qui se trouvaient dans le stade. Ils enduisaient leur corps avec de l’huile contenue dans des aryballes (vases pansus pour conserver l’huile parfumée des athlètes). Ils raclaient leur peau pour enlever la poussière avec des strigiles.

    Corinthe, le musée, suite

     

    21 – jouet d’enfant

    Corinthe, le musée, suite

    22 – Jules César (ou Zeus)

    Corinthe, le musée, suite

    23 – Octave Auguste

    Corinthe, le musée, suite

    24 - Gaius  César Gaius (20 av JC- 4 ap JC) . 

    Corinthe, le musée, suite

     

    25 - Lucius César (17 av JC-2 ap JC). Ils sont tous deux petits-fils maternels d’Auguste qui les a adoptés. Mort de maladie. Ils sont morts tous les deux jeunes, l'un au cours d'une bataille, l'autre de maladie.

    Corinthe, le musée, suite

     

     

    27 – mosaïque d’une maison romaine. Dans les coins, des canthares (vases profonds pour boire du vin) avec du lierre. Au centre, Dionysos à la tête parée de lierre et de fruits.

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    autres mosaÏques :

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

     

    Nous avons vu aussi des statues de Kouros (photos interdites) elles étaient sur les tombes et représentaient les défunts. Comme les kouros du musée d’Athènes, ils avancent le pied gauche.

    28  et 29 - Statues monumentales représentant des prisonniers phrygiens. Elles proviennent de la  basilique (mur des captifs), partie nord de l’agora

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

     

     

    30 – ex-voto

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    Corinthe, le musée, suite

    des statues dans la cour

    Corinthe, le musée, suite

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires