• Le roi Anouvong (ou Chao Anou ou Saya-Sethathirath III)1767-1835, a été le dernier roi de Vang Vieng. Bien que ses erreurs aient conduit le royaume lao à sa destruction, les mouvements nationalistes l'ont transformé en héros.

    Cette statue  en bronze de 8 mètres date de 2011, le gouvernement communiste a choisi d’ériger, une statue de ce roi qui a lutté contre le Siam de Rama III. À la suite de cette guerre, Vientiane a été rasée, le roi emmené en captivité à Bangkok où il mourut dans une cage de fer. Son bras tendu vers le Mékong montre la détermination du peuple Lao à résister aux géants qui l’entourent (la Chine, la Thaïlande, le Vietnam).

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

     

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane

    La statue du roi Anouvong à Vientiane


    votre commentaire
  • Bonzesse mettant des fils au poignet des gens

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    au bord du Mékong :

    Dans les rues de Vientiane

    étudiants :

    Dans les rues de Vientiane

    Marché du matin Talat Sao

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Offrandes de fleurs : C’est jour de repos pour les paysans car c’est la lune noire. Les gens vendent des offrandes.

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    moine à l'ombrelle :

    Dans les rues de Vientiane

     

    moine au téléphone. Des publicités sont inscrites sur les bancs :

    Dans les rues de Vientiane

    nouvel an chinois :

    Dans les rues de Vientiane

    Vente d’oiseaux à relâcher faisant un vœu. Cela permet aux libérateurs de gagner des mérites.

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

    Dans les rues de Vientiane

     

    Palais présidentiel. Cette ancienne résidence royale a été transformée en palais présidentiel depuis l’accession au pouvoir du Pathet Lao en 1975. C’est le lieu des grandes cérémonies nationales mais ce n’est pas la résidence du Président.

    Dans les rues de Vientiane

    devant le palais, un très bel arbre : le maisak tectona grandis:

    Dans les rues de Vientiane

    la Poste :

    Dans les rues de Vientiane

     


    2 commentaires
  • Ho Phra Keo (ho = chapelle, keo = pierre). Cet ancien temple royal a été transformé en musée. Le temple a été construit sous le règne de Setthathirat (XVII è siècle) pour abriter le Bouddha d’émeraude. À la suite d’un conflit avec le Siam, le Bouddha a été transporté à Bangkok où il est toujours et le temple fut détruit. Il a été reconstruit en 1936 d’après les plans originaux. La galerie autour du temple abrite une belle collection de Bouddhas en méditation.

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    À l’intérieur, il y a beaucoup d’autres très beaux Bouddhas (explications en anglais, en français et en lao, photos interdites).

    Dans le jardin, une statue représente la femme laotienne. Avant il y avait une statue d’Auguste Pavie, commissaire général au Laos.

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

    Vientiane : Ho Phra Keo

     

    Dans le jardin, se trouve également une grande jarre qui provient de la plaine des jarres. Nous ne sommes pas allés dans cette région mais Vic nous donne quelques explications. Cette plaine se trouve dans la région de Phonsavan dans le nord du Laos et il y a une grande quantité de jarres disséminées sur 1000 km². La plus grande pèse 6 tonnes. On ne connaît ni l’origine ni la signification de ces jarres. Cette plaine a été étudiée par Madeleine Colani. Ce secteur a été parmi les régions les plus bombardées par l’aviation américaine pendant la guerre du Vietnam. Dans la plaine des Jarres, il y a 2 millions de tonnes de bombes. 100 millions de litres de napalm ont été déversés. De nombreuses bombes non-désamorcées sont présentes. Pour agrandir leur terrain, les gens doivent déminer. Autrefois, dans cette région, se trouvaient des camps de rééducation, maintenant ils sont fermés et occupés par des militaires.


    1 commentaire
  • Arrêt à Vang Xang (= lac de l’éléphant). Ce site est peu visité par les autres tours opérators.  Nous empruntons un petit chemin de terre qui longe une rivière avant d’arriver sur le site qui est assez petit. C’est un ancien camp d’éléphants de l’époque de Setthatirah (le roi qui a transféré sa capitale de Louang Pravang à Vientiane). C’est un ancien site khmer (11 è au 13 è siècle). Le nombre 828 est inscrit mais on ne sait pas bien à quoi il correspond. On connaissait depuis longtemps l’existence de ce site mais son emplacement n’a été découvert qu’en 1970. On a trouvé des ossements. Quelques Bouddhas ont été dégagés mais il y en a sans doute encore. Deux groupes de statues se trouvent sur ce site. Le premier est en deux morceaux car la roche a été fendue à une époque indéterminée. Le Bouddha principal est dans la posture de l’enseignement (vitarka). Le cinquième Bouddha est séparé des 4 autres.

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Le deuxième groupe est constitué de deux grands Bouddhas de 5 m en position de vitarka et trois autres de 1,50 m.

     

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Un autel se trouve au pied d’un manguier. 

    Les Bouddhas de Vang Xang

    Les Bouddhas de Vang Xang

    des petits bouddhas dans des niches :

    Les Bouddhas de Vang Xang


    votre commentaire
  • Nous partons en ville pour déjeuner au restaurant Ahea fréquenté par la population locale et quelques touristes.

    Vang Vieng

    Des vendeuses de billets de loterie sont installées sur le trottoir. Le soir, les vendeuses apportent une petite table, une lanterne et vendent les billets.

    Vang Vieng

    Vang Vieng

     

    un autel aux esprits :

    Vang Vieng

     

    échafaudage en bambou :

    Vang Vieng

    Nous voyons passer un enterrement. Vic nous explique comment se déroule un enterrement. On garde les morts dans le linceul puis dans un cercueil de bois à la maison pendant plusieurs jours pour que les parents qui sont loin puissent venir le voir. On fait une marque discrète sur le corps du mort afin de voir s’il va se réincarner dans le corps d’un nouveau-né. On coupe un morceau du vêtement du mort. Le corbillard est décoré de fleurs. Les femmes sont en blanc, les moines marchent devant puis viennent les novices. On disperse du riz soufflé de la maison au crématoire. C’est le rituel du Phon-hâ-kèo (= pluie de pierres précieuses) qui sert à inviter les âmes du mort qui auraient pu s’égarer à revenir dans le corps et aussi à distraire l’attention des Phi pour qu’ils ne montent pas sur le corbillard (celui-ci deviendrait trop lourd pour les porteurs qui ne doivent pas s’arrêter). Les oiseaux mangent le riz, de façon que le mort ne puisse pas revenir à la maison. Le fils aîné allume le feu en premier avec des bâtons d’encens. Trois jours plus tard, une nouvelle cérémonie a lieu avec les moines pour récupérer les cendres et les mettre dans les stupas des morts. On demande l’autorisation de mettre les stupas dans l’enceinte du temple. La cérémonie coûte 20 millions de kips (2500 €), y compris le stupa et la nourriture pour les gens qui viennent voir le mort.

    la visite de Vang Vieng est terminée, nous rejoignons le bus pour le trajet jusqu'à Vientiane (4 heures de trajet)

    Vang Vieng

     

    Vang Vieng

    On quitte la partie nord montagneuse du Laos pour entrer dans la partie centrale, région des plaines.

    Nous nous arrêtons dans une station service, où se trouve encore un autel. Arlette nous offre des petites gaufrettes fourrées aux feuilles de pandanus et au riz.

    Vang Vieng

    Vang Vieng

    Ban Tha Heua :

     

    Marché de poissons (pâté de poisson cru mis à fermenter dans une feuille de bananier pendant 2 à 3 jours). Poissons pêchés dans le grand lac Nam Ngum.

    Vang Vieng

    Vang Vieng

    Vang Vieng

    Vang Vieng

    Vang Vieng

     

    des couennes :

    Vang Vieng

    Vang Vieng

     

    Vang Vieng

    des algues séchées pour préparer le khai phun :

    Vang Vieng

     

    arrêt aux toilettes :

    Vang Vieng

    Vang Vieng

     

    Arrêt dans un magasin de vannerie. Ce sont des prisonniers (voleurs ou drogués) qui travaillent pour la propriétaire du magasin. L’argent de la vente revient à 70% aux prisonniers. Nous achetons des boîtes pour faire cuire le riz. Avant de les utiliser, il faut les laver et cuire à la vapeur pendant 30 min ou dans l’eau bouillante pendant 15 min. Nous achetons aussi des petites nasses qui serviront à enfermer les mauvais esprits et des balles miniatures de sepak takraw (jeu très populaire qui consiste à renvoyer uneballe en rotin ou en plastique de l’autre côté du filet avec les pieds, les hanches, les genoux, les épaules mais ni les mains ni les bras.)

     

    Vang Vieng

     

    Vang Vieng

    Vang Vieng

     

    Vang Vieng

     

    photo wikipédia :

    Vang Vieng

     

    Nous arrivons tard à Vientiane. À l’entrée de cette capitale de 800 000 habitants, les rues en terre sont défoncées et il y a peu d’éclairage mais c’est meilleur en approchant du centre ville. Nous prenons notre repas à l’extérieur de l’hôtel, au restaurant Amphone.


    3 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires