• La réserve Carara (Costa Rica)

    Mardi 15 mars (130 km)

    Nous voilà partis pour une heure de piste et de magnifiques paysages. Nous rejoignons ensuite la route interaméricaine (c’est le segment centraméricain de 5390 km de la mythique route panaméricaine). Le long de la route, s’étalent des plantations de melons.

    La réserve Carara (Costa Rica)

    le Pacifique :

    La réserve Carara (Costa Rica)

    Nous nous arrêtons à l’immense boutique El Jardin pour acheter quelques souvenirs.

    La réserve Carara (Costa Rica)

    Puis c’est l’arrêt au pont de Tarcoles pour voir les nombreux crocodiles vautrés dans la rivière, un héron, des vautours.

    Pendant deux heures, nous visitons le parc Carrara. Suwany, ne connaissant pas ce parc, prend les services d’un guide local Freddy qui nous fait découvrir de nombreux animaux et plantes. Le parc tire son nom d’un mot huatar « crocodile ».

    La réserve Carara (Costa Rica)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    D’ailleurs, à l’entrée du parc, un panneau nous avertit de la présence de ces animaux. La réserve de Carrara est située dans une zone de transition entre la zone tropicale sèche et la zone tropicale humide donc plusieurs écosystèmes y sont présents : marécages, mangrove, lagunes, forêts secondaire et primaire… On y trouve beaucoup d’animaux dont les aras rouges qui avaient disparu de la zone Pacifique. Il faut faire attention où on marche à cause des serpents fer-de-lance, à l’attaque très rapide et au venin très actif.

    La réserve Carara (Costa Rica)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    À l’œil nu : un iguane,

    La réserve Carara (Costa Rica)

    des chauves-souris noires, un trogon à tête noire, des écureuils

    La réserve Carara (Costa Rica)

    , un nid de guêpe en forme de chaussette,

    La réserve Carara (Costa Rica)

    un paresseux, un urubu (vautour)à tête rouge planant dans le ciel, des termitières,

    La réserve Carara (Costa Rica)

    des zopilotes (urubus à tête noire). Au télescope, nous voyons une chauve-souris blanche (Fantôme du nord), un paresseux à deux doigts, un trogon à tête noire. La noix de virola est de la famille de la noix de muscade. La poudre extraite de l’écorce de cet arbre donne une drogue hallucinogène utilisée par les chamans.

    La réserve Carara (Costa Rica)

    Les arbres sont gigantesques : arbre Chiclé (ou arbre à chewing-gum), Ceiba Pentendra (kapokier) dont les bogues laissent apparaître le mousseux et blanc kapok, des ficus étrangleurs, des pejibayes ou palmiers pêche dont on consomme les cœurs et les fruits…

    La réserve Carara (Costa Rica)

    les Sabaneros (gauchos costariciens)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    La réserve Carara (Costa Rica)

    Ensuite, nous passons à table à l’hôtel Villa Lapas. Nous sommes très déçus car il ne reste presque plus rien. Les tables sont sales, les assiettes ébréchées, les verres sales, les crudités ont souffert de la grosse chaleur. Il n’y a plus de plats chauds ni de desserts. Mais tout s’arrange, des plats et des fruits nous sont servis quinze minutes plus tard. Les chambres sont très propres, la clim fonctionne bien. Heureusement car il fait plus de 35°, nous réglons la clim à 24° et quand nous sortons l’air chaud nous fait suffoquer et nos verres de lunettes se couvrent de buée. Des bonbonnes d’eau fraîche sont à disposition devant nos chambres. 


  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Juillet 2016 à 22:34

    Que de découvertes dans ce pays !

    Bisous bisous

    2
    Mardi 5 Juillet 2016 à 08:47

    pas très rassurant tous ces animaux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :