• Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Dimanche 1 octobre

    Aujourd’hui, en Ouzbékistan, c’est la fête des professeurs (remise de diplômes, spectacle, dépôt de fleurs au monument de l’Indépendance à Tachkent…). L’Islam dit « : « Respecte ton professeur encore plus que ton père ».

    Le trajet en bus sera long ce jour-là car nous partons vers le nord pour visiter les citadelles du désert : Ayaz Kala et Toprak Kala. Nous passons à Ourguentch, la capitale de la province du Kwarezm (statue de Al-Khwarizmi). Nous traversons l’Amou Daria, qui marque la limite entre la province historique du Kwarezm (Khiva, Ourguentch) et la république autonome du Karakalpakistan, la plus grande région d’Ouzbékistan (capitale : Nukous). L’Amou Daria, 2580 km, prend sa source dans le Pamir et se jette par un delta dans la mer d’Aral, de même que le Syr Daria. Le canal du Karakoum (1300 km) utilise 20% des eaux de l’Amou Daria ce qui a contribué à l’assèchement de la mer d’Aral (culture intensive du coton).

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Nous longeons des rangées de maisons, bien alignées. Les toits sont en métal (fer blanc) teint en rouge. Sous le régime soviétique, dans les années 80, ils étaient en fibro-ciment. À l’époque des grands-parents de Gayrat, les toits étaient en bitume mais ce revêtement ne durait qu’un an.

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Nous arrivons dans le district d’Élikkalla (république de Karakalpakistan) où se situent les forteresses. Le désert du Kyzyl Koum (sable rouge) est très vaste (300 000 km²). Nous visitons d’abord Ayaz Kala, « la forteresse du vent froid ». Le site se compose de trois forteresses : une forteresse située sur le sommet d’une colline (4 è siècle notre ère), une autre plus tardive (6 è ap JC) et une garnison fortifiée (1 er ap JC). Elles ont été abandonnées au X è siècle. Nous grimpons, ce n’est pas trop difficile, il faut prendre son temps. Du haut de la forteresse appelée Kala 1, nous voyons une plus petite, Kala 2, réservée au chef.  Ces forteresses, en terre, semblent bien fragiles pour résister au vent, aux différences de températures, aux touristes.

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

     

    au loin, le camp de yourtes

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

     

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

     

    Nous redescendons et nous nous dirigeons vers le camp de yourtes où nous prendrons notre repas. Ce n’est pas très confortable, il faut manger à ras-de-terre et je dis à Guy : « Si tu veux manger, tu n’as pas le choix ». Le repas est délicieux et il y a plein de choses à manger : des biscuits, des fruits secs, de la viande de mouton et des frites. En dessert, comme d’habitude : pastèque, melon ou quelque chose de ce genre.

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

     

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum

    Les citadelles du désert du Kyzyl Koum


  • Commentaires

    1
    Mardi 14 Novembre à 07:28

    Votre carte est arrivée hier....yes Merci

    Je pars choisir le carrelage pour la nouvelle cuisine.... à Mainvilliers... puis visite à ma fille

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :