• Il y a environ 7 millions de jaïns en Inde.

    À Jaisalmer, il y a 7 temples jaïns. Ceux que nous avons visités sont contigus et s’appellent Chandra Prabhu et Adinatha. Il faut se déchausser avant d’entrer dans un temple jaïn,  ne pas avoir d’objets en cuir et les femmes qui ont leurs règles ne peuvent pas entrer. On ne peut pas filmer, seulement prendre des photos.

    Chandra Prbhu en face et Adinatha à droite :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    devant le temple, une jolie rencontre :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Le jaïnisme date de 1000 avant notre ère, fondé par Ardinatha, le premier Tirthankara ou jina (Maître éveillé). Il y eut en tout 24 Tirthankaras, le dernier Mahariva étant contemporain de Bouddha. Les temples leur sont dédiés. Vers 600 avant notre ère, le jaïnisme s’est scindé en deux sectes : les Digambara et les Shvetambara, elles-mêmes divisées en sous-sectes. Les ascètes Digambara (= « vêtus de ciel ») vivent nus (sauf les femmes) et les Shvetambara (= « vêtus de blanc ») portent des vêtements de coton blanc, symbole de paix.

    Le livre sacré Kalpasutra (kal = air, sutra = formule) a d’abord été écrit en sanskrit puis a été traduit en pali et hindi.

    Les ascètes renoncent à tout (le corps est la prison de l’âme), ils transportent avec eux toutes leurs possessions : le dhoti (vêtement qui leur sert aussi de drap), le balai pour épousseter les lieux de repos pour ne pas écraser les insectes, un manteau qui leur sert de siège, un bol pour recevoir la nourriture et un masque devant la bouche pour ne pas avaler d’insectes. Le but est d’atteindre le moksha (l’équivalent du Nirvana du bouddhisme).

    Le jaïnisme est contre le système des castes. Les guerriers et les intouchables ne pouvaient pas se convertir au jaïnisme car ils devaient tuer, les paysans tuaient les insectes. Seuls les commerçants pouvaient se convertir au jaïnisme et ont fait commerce du diamant, symbole de pureté. C’est pour cela qu’il y a une communauté importante de jaïns à Anvers.

    Les jaïns doivent respecter les 4 vœux : non-violence envers les animaux et même les plantes, sincérité, honnêteté, chasteté (célibat pour les prêtres et fidélité conjugale pour les laïcs). Le disciple jaïn doit pratiquer les 4 vertus suivantes : amitié pour les êtres vivants, joie de voir les êtres plus avancés que soi dans la voie de la libération, compassion envers les créatures malheureuses, tolérance.

    Les jaïns sont végétariens. Ils ne mangent ni viande, ni œufs, ni poisson mais consomment parfois le lait. Les animaux qui naissent avec les yeux fermés se nourrissent de viande, ceux qui naissent avec les yeux ouverts se nourrissent de végétaux et vivent plus longtemps. Il faut donc adopter le régime végétarien. Certains ne consomment pas de racines de végétaux car cela revient à tuer la plante. Ils boivent de l’eau filtrée. Ils doivent manger avant le coucher du soleil pour que les insectes ne viennent pas se tuer contre les lampes. Les jaïns ont fondé des hôpitaux pour soigner les animaux, notamment les oiseaux à Delhi.

    Certains jeûnent pendant plusieurs mois, ce qui est parfois dramatique, comme la mort en octobre 2016 d’une jeune fille de 13 ans qui avait jeûné pendant 2 mois.

    Les femmes jaïns portent le sari et ont un voile devant la bouche.

    Les temples jaïns ont beaucoup d’éléments hindous. Ils sont considérés comme le corps d’une femme assise : la tête est le Mont Meru, le corps est la montagne, les jambes sont la grotte.

    Plan d’un temple : le portique appelé torana (métiers sales), l’entrée (les commerçants), le hall principal ou mandapa (les guerriers), le vestibule (les prêtres)

    Les sculptures des temples de Jaisalmer sont influencées par celles des temples de Diwara sur le Mont Abu, haut lieu de pèlerinage jaïn.

    Le temple Chandra Prabhu, qui date de 1509, est dédié à Chandra Prabhna, le 8 ème Tirthankara dont le symbole est le croissant de lune (qu’on voit sur le socle de la statue dans le sanctuaire).

    le portique :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    La coupole est sculptée dans un seul bloc de marbre. On voit quelques représentations de Ganesh, ce qui montre les liens entre jaïnisme et hindouisme.

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    sur la coupole, Ganesh :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Il y a également beaucoup de statues d’apsaras (danseuses), des motifs végétaux.

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    de belles moustaches :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

     

    À l'étage, se trouvent 108 statues de tirthankaras. Les statues jaïns ressemblent un peu aux Bouddhas mais les personnages ont nus et ont les yeux ouverts alors que les Bouddhas sont habillés et ont les yeux fermés.

    Sur la poitrine de la statue jaïn se trouve un diamant, le chakra (pouvoir de méditation).

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Dans le sanctuaire, officie le prêtre. Il réveille le dieu, le lave. On ferme les rideaux pour le déjeuner puis on les ouvre et les gens peuvent venir. On place un petit billet dans la boîte.

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    le masque :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     dans le sanctuaire, la statue de Chandra Prabhna, le huitième Tirthankara

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    Le temple d’Adinatha, qui date du XVI è siècle, est dédié à Rishabhanata dit Adinath, le premier Tirthankara. Il était roi de Bihar et aida son peuple pour l’agriculture et l’artisanat. Son symbole est le taureau.

    le sanctuaire avec la statue d'Adinath, premier tirthankara :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    Le hall est magnifique. Il y a de nombreuses sculptures, des apsaras,

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

     

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    une femme et son enfant :

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme

    et peut-être le tirthankara Vardhamana, le Mahavira (grand héros) dont le symbole est le lion qu’on voit sur le socle. Mais ce n'est qu'une interprétation de ma part.

    Les temples jaïns de Jaisalmer. Le jaïnisme


    3 commentaires
  • Un dieu très populaire au Rajasthan, il y en a partout, dans les maisons, sur les murs.

    Ganesh est le dieu de la sagesse, de l’intelligence, de l’éducation et de la prudence, le patron des écoles. C’est le dieu qui lève les obstacles des illusions et de l'ignorance. C’est le fils de Shiva et Parvati.

    Il est représenté avec un gros corps d'enfant de couleur souvent rouge possédant généralement quatre bras et une tête d’éléphant à une seule défense. Son gros ventre contient des petites boules qui représentent les planètes. Sa défense cassée lui a servi à écrire les Veda ou le Mahabharata. Son vâhana ou véhicule est un rat ou une souris, Mûshika..

    Les attributs les plus fréquents de Ganesh sont : une hache (parashu) qui lui sert à couper les obstacles, un lasso pour capturer l’erreur, un aiguillon à éléphant (ankusha) pour maîtriser le monde, un rosaire comportant 50 éléments, les 50 lettres de l’alphabet sanskrit et enfin un gâteau (modaka). Il a de grosses oreilles pour écouter mieux, une petite bouche pour parler moins, un front large, une trompe symbole de curiosité, un gros ventre pour digérer la critique et accepter la vérité

    Et maintenant, quelques légendes :

    Un jour, Parvati, la femme de Shiva, voulut prendre un bain et elle créa un enfant à partir de poussière et d’onguents qu’elle avait raclés sur sa peau. Quand Shiva, rentrant d’une longue période de méditation dans l’Himalaya, voulut entrer dans la maison, Ganesh, qui ne le connaissait pas, ne voulut pas le laisser entrer. Furieux, Shiva lui coupa la tête. Inconsolable, Parvati raconta l’histoire à Shiva mais on ne put retrouver la tête de Ganesh. Shiva lui mit donc celle du premier être vivant qu’il rencontra, un éléphanteau. Parvati offrit à Ganesh des gâteaux sucrés (modaka)

    Alors que Ganesh était encore enfant, une souris gigantesque se mit à terroriser son entourage. Ganesh  captura la souris Mushika avec son lasso et en fit sa monture.

    On raconte aussi qu’une nuit Ganesh, après s’être goinfré de bonbons, voulut faire une promenade digestive, à dos de souris. Un serpent surgit sur le chemin. La souris, effrayée, fit un écart et Ganesh tomba, le ventre ouvert, les bonbons répandus sur le sol. Il remit tous les bonbons dans son ventre qu’il ferma avec le serpent en guise de ceinture. En voyant cela, la lune éclata de rire. Ganesh lui lança alors la défense brisée et décida que la lune ne brillerait plus et qu’il n’y aurait plus de nuit. Comme cela posait des problèmes, il accepta le retour de la lune à condition qu’elle croisse et décroisse régulièrement. Depuis ce jour, lors des processions en l’honneur de Ganesh, on évite de regarder la lune.

    D'autres versions rapportent que la tête d'éléphant substituée à celle de l'enfant avait déjà une défense brisée.

    Avant chaque danse hindoue, on doit faire une prière à Ganesh.

    Voici les Ganesh de Jaisalmer 

    Ganesh

    Ganesh

     

    Ganesh

    Ganesh

    Ganesh

     

    Ganesh

    Ganesh

    Ganesh

    Ganesh

    Ganesh

    Ganesh

     


    votre commentaire
  • Portrait d’Hanuman sur un mur. Parfait disciple, il aide Rama (la septième incarnation de Vishnou) parti à la recherche de Sita, enlevée par le démon Râvana. Hanuman est souvent représenté avec une massue Les singes Hanuman seraient ses descendants

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    le paon, on en a déjà parlé

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    porte-bonheur :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    une pierre sacrée :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    des étudiants :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    des couleurs un peu bizarres :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    un puits très ancien :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    depuis la terrasse d'un café, nous avons une belle vue sur la vieille ville :

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    une femme fait ses dévotions, tourne plusieurs fois autour de ce pilier, puis s'en va : 

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

     

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Une raie peinte en rouge dans les cheveux, signe que la femme est mariée.

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer

    Dans les rues de la citadelle de Jaisalmer


    3 commentaires
  • Jaisalmer se trouve à 100 km de la frontière du Pakistan. La ville a été fondée en 1156 par Rao Jaisal, rajâ râjput du clan des Bhatti, qui lui donne le nom de Jaisalmer , « ville de Jaisal ».  Après lui, les rajâs prirent le titre de Mahârâwal et régnèrent jusqu’en 1949, date à laquelle le royaume fut rattaché au Rajasthan. Cité caravanière, la ville est construite sur une colline qui surplombe le désert du Thar. Elle est entourée d’un rempart de 5 km et de 99 bastions. Le mahârawal actuel (depuis 1982) est Brijrah Singh.

    La citadelle :

    Comme ceux d’autres citadelles, les habitants de Jaisalmer pratiquèrent le « jauhar », forme collective de la sati. Refusant de se rendre au sultan de Delhi, les guerriers se lancèrent dans une charge suicidaire tandis que 24000 femmes et enfants se jetèrent dans les flammes d’un immense brasier. Aux portes de la citadelle, des mains peintes en rouge évoquent ce sacrifice.

    Shailendra nous recommande de ne pas acheter de souvenirs dans la citadelle mais plutôt dans la ville basse. En effet, la citadelle est menacée d’effondrement suite aux infiltrations d’eau dans les murailles. Elle a besoin d’être restaurée et il faudrait que les commerçants quittent la citadelle et que les touristes logent en dehors de la citadelle afin de limiter les consommations d’eau (douches). La citadelle est également fragilisée par les séismes et les pluies et les gens ne peuvent pas jeter l’eau dans les rues n’importe quand.

    on voit bien les infiltrations :

    Jaisalmer, la citadelle

    Les murailles sont en calcaire jaune qui prend une couleur dorée sous le soleil. Les pierres sont emboîtées, il n’y a pas de ciment.

    Pour entrer dans la citadelle, il faut successivement passer 4 portes : Akhai Pol (porte de la bénédiction). On reconnaît Shiva car il porte le trident, la peau de tigre, le croissant de lune et le cobra.

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

     

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

     Les drapeaux sont les parasols des Bathi, descendants de Shri Krishna. L’affiche représente Ramdev (une manifestation de Vishnou) que nous avons déjà vue sur le marché de Bikaner et dans un buisson d’arachides près de l’étang aux grues demoiselles.

    Jaisalmer, la citadelle

    Ensuite vient la Surya Pol (porte du soleil). Au-dessus de la porte, sont représentés le soleil, le Gange et une statuette de Ganesh qui est partout représenté dans la citadelle et la ville basse, sur les murs, au-dessus de la porte des maisons…

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Une ruelle en épingle à cheveux nous emmène à la parte suivante. Efficace pour empêcher les charges d’éléphants armés.

    La porte de Butha Pol ( porte de Ganesh).  

    Jaisalmer, la citadelle

    vue de l'intérieur :

    Jaisalmer, la citadelle

     

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Hawa Pol (porte des vents) où se cachent des chauves-souris. Le courant d’air est important ! La porte passée, nous arrivons sur une grande place, Dussehra chowk, où se trouve l’arbre pipal (ficus religiosa), arbre sacré pour les Bouddhistes (c’est l’arbre de la Bodhi sous lequel Bouddha a atteint l’Éveil) et pour les Hindouistes (sous cet arbre, serait né Vishnu).

    Jaisalmer, la citadelle

     

    La place est bordée par le Palais royal : en face, les bâtiments des hommes et à droite, ceux des femmes (avec des motifs floraux et des moucharabiehs ajourés).

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    le bâtiment des hommes :

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    les bâtiments des femmes :

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Jaisalmer, la citadelle

    Trône en marbre (les cérémonies du couronnement ont encore lieu à cet endroit). La fête de Dussehra commémore la victoire de Rama (ou Durgan dans d’autres régions) contre le démon Ravana.

    Jaisalmer, la citadelle

     

     

     


    votre commentaire
  • Patwon Ki Haveli a été construite entre 1800 et 1860 oar Gunnan Chand Patwa pour les 5 fils de la famille (il y 5 maisons accolées). C’était un riche banquier et marchand  de textiles et d’opium, propriétaire de 300 boutiques de l’Afghanistan à la Chine. La façade comprend 60 balcons aux jali en pierre ouvragée. Du haut de la terrasse, nous avons une belle vue sur la forteresse.

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

     

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

     

    des habitantes de l'havelî :

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    du haut de la terrasse : vue sur la citadelle :

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

    Jaisalmer, ses havelî aux dentelles de pierre

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique